Étudiants africains en France : ce qui va changer

Hausse des frais d’inscription, bourses, visas facilités… Le gouvernement français veut attirer toujours plus d’étudiants étrangers, mais change de paradigme.

Édouard Philippe, le Premier ministre français, a beau citer Alain Mabanckou, l’écrivain congolais, en ouverture de son discours pour le lancement de la « stratégie nationale d’attractivité des étudiants internationaux », ce lundi 19 novembre, à l’occasion des Rencontres universitaires de la francophonie, les étudiants africains n’auront pas de traitement de faveur. Bien au contraire.

Hausse des frais d’inscription dès 2019

Ce n’est d’aileurs pas pour rien qu’il a attendu la fin de son discours pour aborder cette question-clé du financement des études. Les droits d’inscription dans les universités françaises pour les étudiants non européens vont augmenter, là où ils paient aujourd’hui les frais d’inscription classiques de quelques centaines d’euros, 170 euros pour la licence, 243 euros en master et 380 euros en doctorat – la nouvelle stratégie dite « différenciée » prévoit qu’une partie d’entre eux paient des frais d’inscription plus élevés (de l’ordre d’un tiers du coût réel). Par exemple, les futurs étudiants africains auront désormais à payer 2 770 euros en licence et 3 770 euros en master et doctorat. En effet, le ministère de l’Enseignement supérieur estime le coût des formations universitaires à 9 660 euros en moyenne par an. Du côté français, les calculs sont faits : faire payer aux étudiants extracommunautaires le coût complet de leur cursus rapporterait 4 milliards d’euros, selon le FCE.

Du côté des étudiants africains, tout cela n’est pas pour rassurer, surtout que les conditions de vie sont déjà difficiles pour nombre d’entre eux. Pamela Moore, une doctorante venue du Nigeria, rencontrée ce matin au Cenquatre, où se déroulent les Rencontres universitaires de la francophonie, nous confie ses craintes quant à son avenir. Arrivée en France pour des études en linguistique, master suivi d’un doctorat, elle n’a bénéficié d’aucune prise en charge particulière. Elle a dû solliciter chaque année le renouvellement de son titre de séjour avec la crainte de devoir quitter le territoire avant chaque rentrée scolaire, sans compter le coût du logement, qu’avec une maigre bourse elle paie 317 euros. Elle a même dû retourner dans son pays une année, faute de logement. « Sur le papier, nous avons des bourses, mais elles ne sont pas toujours payées à temps. »

Les bourses et exonérations renforcées

Pour compenser, le gouvernement français entend renforcer les programmes de bourses et d’exonérations. 15 000 bourses d’études du gouvernement français (contre 7 000 aujourd’hui), qui seront délivrées par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, concerneront prioritairement les étudiants en provenance du Maghreb et des pays d’Afrique. Édouard Philippe entend ainsi rééquilibrer les forces et mettre fin à un système qui privilégie les élites ou les enfants de familles favorisées. Pas si sûr, rétorque une source en contact permanent avec ces étudiants. Selon elle, ces familles privilégiées sont minoritaires en Afrique et, en général, elles ont les moyens d’accompagner leurs enfants partis étudier à l’étranger la première année, mais rarement la deuxième ou sur le long terme. La solution serait d’y aller au cas par cas et de continuer à travailler en lien étroit avec les gouvernements, comme le fait Campus France, citant quelques réussites avec des pays comme le Gabon, la Côte d’Ivoire ou le Sénégal.

D’autres pays tentent d’avoir la même approche, mais encore faut-il avoir des marchés du travail réceptifs et des emplois à la clé pour le retour au pays des diplômés. Ce que Campus France observe aussi à son niveau, c’est le nombre de diplômés qui ne souhaitent plus rentrer dans leur pays. Ceux-là pourront dès 2019, s’ils sont diplômés avec un niveau master en France et s’ils sont retournés dans leur pays d’origine, bénéficier d’un titre de séjour pour revenir en France et chercher du travail, annonce le Premier ministre. C’est un projet qui fait partie de la loi du 10 septembre 2018 sur l’asile et l’immigration pour favoriser les mobilités circulaires, conformément à l’engagement pris par le président de la République dans son discours prononcé à Ouagadougou.

Vers une simplification de la procédure de délivrance des visas  ?

Dans tous les cas, le gouvernement Philippe veut miser sur la simplification de la procédure de délivrance des visas. Les étudiants seront prioritaires dans le traitement des dossiers de visas par les consulats et, la première année, ils bénéficieront d’un visa de long séjour valant titre de séjour. Dès mi-2019, la validation du visa pourra avoir lieu de façon dématérialisée, sur une plateforme internet, pour éviter aux étudiants d’avoir à se déplacer à l’Ofii. De bonnes nouvelles  ? Là encore, il faudra attendre pour vérifier et préciser les choses, car, pour l’instant, l’entrée sur le sol français des étudiants se fait encore au bon vouloir des consulats, du ministère de l’Intérieur français et des universités.

La France en mal d’attractivité

Disons-le tout de go, les enjeux sont immenses dans cette guerre des cerveaux qui se joue à l’échelle mondiale. La France, bien que quatrième pays d’accueil d’étudiants étrangers (340 000 chaque année sur 5 millions dans le monde), derrière les États-Unis (19 % de l’effectif mondial), le Royaume-Uni (10 %) et l’Australie (9 %), est en perte de vitesse, rattrapée par de nouveaux pôles d’attractivité tels que l’Allemagne ou le Canada et surtout par les émergents comme la Chine, la Turquie, voire l’Arabie saoudite. Ces pays, comme dans d’autres domaines, développent des stratégies offensives pour attirer davantage d’étudiants, en particulier ceux venant d’Asie et de plus en plus du continent africain. Résultat : le nombre d’étudiants en mobilité y progresse beaucoup plus vite qu’en France. Le risque de décrochage est donc bien réel et quantifiable. Pour vous donner une idée plus précise, la France ne figure même pas dans le top 20 des plus fortes progressions de la mobilité entrante en volume et en pourcentage entre 2011 et 2016.

La Chine séduit en masse les étudiants africains

En guise de comparaison, en Chine, 8e au classement des pays d’accueil en 2016, la mobilité étudiante en provenance des pays africains (14 % du total des étudiants étrangers) est celle qui bénéficie de la croissance la plus importante. Depuis 2003, le taux de croissance annuel moyen de la mobilité étudiante africaine en Chine augmente de plus de 35 % par an. En lien avec la volonté de faire monter en gamme l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur chinois et d’augmenter la diffusion de sa langue et de son soft power, la stratégie chinoise s’appuie sur l’implantation d’Instituts Confucius dans les principales capitales et sur le financement de bourses d’études dans les pays cibles. C’est dire combien l’enseignement supérieur est un élément puissant du soft power d’un pays. SUITE

 

Leave a Comment