Algérie – Equivalence des diplômes de post-graduation

Algérie – Equivalence des diplômes de post-graduation

Les précisions de Harraoubia

Après avoir gelé dans un premier temps, puis dans un second définitivement annulé, le 18 mars dernier, la décision du ministère de l’Enseignement supérieur prise le 28 décembre 2008 en Algérie, relative à la non reconnaissance des diplômes obtenus par les étudiants algériens inscrits en doctorat ou en magister à l’Institut de recherches et d’études arabes (IREA) du Caire

Rachid Harraoubia est revenu jeudi devant les membres du Conseil de la nation sur cette question, en affirmant que « les étudiants algériens diplômés de l’IREA obéissent, à l’instar de leurs pairs, aux mêmes conditions et mesures établies par l’UNESCO, en matière d’équivalence des diplômes universitaires de post-graduation ».

Le représentant du gouvernement a souligné, dans ce contexte, que « les postes budgétaires de chaque diplômé de cet institut n’ont été ni touchés, ni modifiés » en précisant « la question de l’équivalence obéit à des conventions bilatérales et multilatérales, signées après examen du système d’enseignement, des cursus scolaires et des conditions d’accession à ces établissements sur la base des filières et spécialités, ainsi que la nature des diplômes universitaires remis, en se référant à un ensemble de normes établies par l’UNESCO ».

Le ministre a expliqué également que « l’équivalence des diplômes universitaires des rangs magister et doctorat aux diplômes nationaux n’est pas systématique, mais revêt une importance particulière et nécessite un examen du cas par cas, car étant étroitement liée à la préservation des degrés scientifiques et des diplômes de l’Académie nationale ».

Selon M. Harraoubia, « cet examen ne se limite pas à scruter le cursus des diplômes, objet de l’équivalence seulement, mais s’étend à examiner les acquis scientifiques cumulés depuis le début des études notamment le baccalauréat et les résultats obtenus en graduation ».

Dans son intervention, le ministre a rappelé l’ouverture de 65.000 postes de formation, en sus de l’accession d’un nombre d’étudiants aux écoles doctorales.

A rappeler que depuis l’annonce, le 28 décembre 2008, de la décision du ministère de l’Enseignement supérieur relative à la non-reconnaissance des diplômes obtenus à l’IREA, un conflit a opposé les centaines d’étudiants inscrits à cet institut et la tutelle.

Le bras de fer avait duré depuis le mois de janvier sans que la moindre solution ne soit trouvée. Il fallait que ces mêmes étudiants optent pour des actions de protestation, au début du mois de mars dernier, avec notamment un sit-in organisé devant le siège de l’ambassade d’Algérie au Caire et qui avait duré plus de 7 jours, pour que le département ministériel de Rachid Harraoubia réagisse avec dans un premier temps l’envoi au Caire d’une commission interministérielle MERSRS-MAE pour apaiser les esprits.

Ce qui avait fait réagir les membres de cette communauté ont été les déclarations d’un responsable du MESRS et à travers lesquelles il soutenait que ces diplômes ne pouvaient être reconnus au niveau national en raison notamment des conditions souples, selon lui, exigées pour l’inscription dans cet institut.

Après la première action de protestation organisée fin janvier avec un sit-in devant l’ambassade algérienne au Caire, les protestataires sont revenus à la charge au mois de mars par la tenue d’un sit-in devant la représentation diplomatique algérienne et une menace de recourir à une grève de la faim pour amener le MESRS à prendre, selon eux, une décision « claire et franche » afin de reconnaître les doctorats et magisters obtenus à l’institut.

Dans la foulée, les protestataires ont rendu public un communiqué menaçant de passer à une étape supérieure, qui va au-delà de la grève de la faim en comptant saisir la Justice algérienne par l’intermédiaire d’un avocat algérien agréé à la Cour suprême.

Le Quotidien d’Oran
Samedi 20 juin 2009.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *