Belgique – le CIUF accorde 150 bourses d’études et 70 bourses de stage

Dans le cadre du programme des cours et stages internationaux 2010-2011, le CIUF (Conseil Inter Universitaire de la Communauté Française de Belgique) accorde 150 bourses d’études et 70 bourses de stage.

Vous trouverez sur ce site la liste des cours et stages internationaux concernés par les possibilités d’octroi de bourses, ainsi que les modalités d’introduction des candidatures et les critères de recevabilité devant être respectés en vue de l’obtention d’une bourse. Ces critères déterminent la conformité des dossiers et sont donc TRES IMPORTANTS.

Liste des cours et stages internationaux

Cours internationaux
Master complémentaire en Aquaculture
Master complémentaire en Gestion des Transports
Master complémentaire en Santé Publique – Orientation Santé et Développement
Master complémentaire en Sciences et Gestion de l’Environnement dans les Pays en Développement
Master complémentaire en Gestion des Ressources Animales et Végétales en Milieux Tropicaux
Master complémentaire en Gestion des Risques Naturels
Master complémentaire en Sciences et Technologie des Aliments
Master complémentaire en Médecine Transfusionnelle
European master in Microfinance
Master complémentaire en Protection des Cultures Tropicales et Subtropicales
Master complémentaire en Economie Internationale et du Développement
Master complémentaire en Développement, Environnement et Sociétés
Master complémentaire in Public Health Methodology

Stages internationaux
Stage à l’Usage des Technologies de l’Information et de la Communication dans les Bibliothèques universitaires
Stage en Système d’Information Géographique
Stage en Gestion des Systèmes de Services de Santé – Economie et gestion des ressources/planification (filière A) – Gestion scientifique et recherche en systèmes de santé (filière B)
Stage Méthodologique en Appui à l’Innovation en Agriculture Familiale
Stage en Environnement et Gestion Durable des Ressources Minérales


Modalités d’introduction des candidatures
Comment introduire un dossier de bourse ?

  • Le formulaire de demande de bourse et d’admission
    à l’une des universités francophones de Belgique peut être téléchargé à partir de ce site.
  • Il sera soigneusement complété et envoyé à la CUD, UNIQUEMENT par COURRIER POSTAL ou COURRIER EXPRESS, à la CUD qui devra être en sa possession pour le 15 FEVRIER* 2010 au plus tard (nous ne tenons pas compte du cachet de la poste. nous ne prenons en compte que les dossiers arrivés dans nos locaux pour la date limite, au plus tard)
  • Seuls seront pris en considération les dossiers de candidature présentés sur les formulaires adéquats, et dans la langue dans laquelle est dispensée la formation.
  • Tous les éléments nécessaires au dossier doivent être transmis dans le même envoi. Aucun complément de dossier transmis ultérieurement ne sera pris en considération.
  • Tous les candidats retenus et de réserve recevront un courrier électronique à l’issue des sélections (Mai 2010). Les candidats non retenus recevront un courrier électronique dans le courant du mois de juin 2010.
  • Aucun document transmis à la CUD ne sera renvoyé aux candidats.
  • Aucun suivi ne sera accordé aux dossiers qui ne respectent pas les critères de recevabilité clairement mentionnés sur le site (diplôme certifié conforme, âge, expérience professionnelle,…)

* avant le 22 JANVIER 2010 pour les stages suivants :

  • stage à l’Usage des Technologies de l’Information et de la Communication dans les Bibliothèques Universitaires
  • stage méthodologique en appui à l’innovation en agriculture familiale

Critères de recevabilité
Pour que sa demande soit recevable, il faut que le candidat :

  1. Soit originaire d’un pays en développement. Pour être éligibles, les candidats doivent résider et travailler dans leur pays au moment de l’introduction du dossier,
  2. SEULS les ressortissants des pays suivants sont autorisés à postuler aux bourses de la CUD:
    Afrique du Sud, Algérie, Bangladesh, Bénin, Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cameroun, Chine, Colombie, Côte d’Ivoire, Cuba, Equateur, Ethiopie, Guatemala, Guinée, Haïti, Inde, Indonésie, Kenya, Madagascar, Mali, Maroc, Mozambique, Nicaragua, Niger, Ouganda, Pérou, Philippines, RD Congo, Rwanda, Salvador, Sénégal, Suriname, Tanzanie, Territoires Palestiniens, Vietnam, Zambie, Zimbabwe
  3. Soit âgé de moins de 40 ans pour les cours, et de moins de 45 ans pour les stages, et ce au moment du début de la formation,
  4. Soit porteur d’un diplôme comparable à un diplôme de 2ème cycle de l’enseignement universitaire belge. Toutefois, pour certaines formations, des exigences différentes peuvent être énoncées, qui seront alors précisées ci-après,
  5. Témoigne d’une occupation professionnelle dans un pays en développement d’au moins deux ans après la fin de son deuxième cycle universitaire, ou de trois ans après la fin de ses études lorsque le candidat est détenteur d’un diplôme de 3ème cycle délivré par une université d’un pays industrialisé,
  6. Ait une bonne connaissance du français écrit et parlé ; pour les formations organisées dans une autre langue, il y a lieu d’avoir une bonne connaissance de la langue du cours, écrite et parlée. On demandera en outre au candidat de s’engager à apprendre le français en vue de pouvoir participer à la vie quotidienne en Belgique,
  7. Postule pour UNE SEULE FORMATION

AUCUN SUIVI NE SERA ACCORDE AUX DOSSIERS QUI :

  • Sont incomplets
  • Sont envoyés par e-mail ou par fax
  • Arrivent à la CUD en dehors des délais (indiqués sur ce site dans les modalités d’introduction des candidatures)
  • Ne sont pas présentés sur le formulaire adéquat (téléchargeable sur ce site), et dans la langue dans laquelle est dispensée la formation
  • Ne correspondent pas à une offre de formation reprise dans la liste des cours et stages internationaux présente sur ce site
  • Font référence à plus d’une formation
  • Ne sont pas accompagnés des pièces à joindre obligatoirement (copie certifiée conforme du diplôme,…). Les photocopies ou documents scannés des copies certifiées conformes ne sont PAS acceptées
  • Ne respectent pas l’un des critères de conformité clairement mentionnés dans le formulaire (copie du diplôme certifiée conforme, âge, expérience professionnelle,…)

Lors du processus de sélection parmi les dossiers recevables, le CIUF tiendra compte des critères suivants :

Le cursus académique

Le jugement sur les qualités académiques des candidats se base sur les diplômes et listes de cours suivis avec résultats, activités d’enseignement ou de recherche, publications.

Pour les cours, priorité sera accordée aux candidats qui ne sont pas déjà porteurs d’un diplôme de 3ème cycle, sauf circonstances exceptionnelles dûment motivées dans le dossier de candidature.

Le bénéfice de bourses précédentes

Priorité sera accordée aux candidats qui n’ont pas déjà bénéficié d’une bourse en Belgique.

L’expérience professionnelle

Le CIUF accorde ses bourses en priorité à des candidats qui, après leurs études universitaires, ont eu l’occasion d’exercer une profession en relation avec les problèmes que pose le développement. L’impact social de l’expérience professionnelle est un élément d’appréciation.

L’appartenance à une institution partenaire

Les candidats qui travaillent au sein d’une institution avec laquelle le CIUF a conclu un partenariat, soit dans le cadre de la coopération universitaire institutionnelle, soit dans le cadre d’un programme d’initiatives propres, se voient accorder, en cas d’égalité sur les autres critères de sélection, une priorité.

L’engagement du candidat dans des activités de développement

Une attention particulière sera accordée aux dossiers des candidats qui, outre leurs qualités académiques, ont fait preuve d’engagement au service du développement. L’engagement est, illustré par le fait d’avoir travaillé avec les catégories sociales les plus défavorisées, et d’avoir cherché avec elles les moyens efficaces de défendre et promouvoir leurs intérêts.

Les critères de nationalité

Le CIUF souhaite diversifier l’origine géographique des boursiers. Il veille à ce que, pour la globalité des cours et stages internationaux organisés dans le cadre du programme Actions Nord, les candidats en provenance d’Afrique sub-saharienne repré-sentent 50% de la totalité des effectifs.

L’égalité des sexes

Le CIUF accorde une attention particulière à la participation de femmes aux cours et stages internationaux organisés dans le cadre du programme Actions Nord.

Les perspectives de réinsertion future

Il est exigé un maximum de garanties concernant le retour du candidat dans son pays d’origine ou dans un autre pays en développement ainsi que sa réinsertion dans une profession qui lui permettra de mettre la formation acquise en Belgique au service du développement (p. ex. contrat de travail, promesse formelle d’engagement) et de produire un effet multiplicateur au bénéfice de son pays d’origine.

Le CIUF se réserve le droit, au cours de la sélection, d’apprécier la conformité des dossiers aux critères de sélection, pris individuellement ou en combinaison les uns avec les autres.

Source – http://www.cud.be

One Reply to “Belgique – le CIUF accorde 150 bourses d’études et 70 bourses de stage”

  1. Expliquez les motivations de votre demande de participation au cours ou stage demandé :

    Ingénieur Agronome d’orientation Chimie et Industries Agricoles, je travaille actuellement comme formateur des petits entrepreneurs agricoles sur les techniques de transformation et de conservation des denrées alimentaires pour le compte de ….(ONGD)…

    Mon travaille auprès des petits producteurs du Congo me confronte de plus en plus à des problématiques nouvelles sur le génie de procédé appliqué aux industries du secteur agroalimentaire, sur les méthodes d’implémentation des systèmes d’assurance qualité dans les petites et moyennes entreprises agroalimentaires et sur la nécessité de promouvoir la formulation des produits à plus grande valeur ajoutée. Des nombreuses questions qui me sont posées sur la transformation, la conservation, la microbiologie et la biochimie des denrées alimentaires qui m’obligent à acquérir des nouvelles compétences en ces matières.

    En République Démocratique du Congo aucune formation universitaire complémentaire n’est assurée dans ce domaine, et les institutions chargées d’assurer la formation dans ce secteur ne disposent pas des ressources humaines et compétences suffisantes pour assurer la transmission des connaissances de pointes en Sciences et Technologie des aliments.

    Le Master complémentaire en Sciences et Technologie des Industries agricoles qu’organisent l’Université Catholique de Louvain et la Faculté des Sciences Agronomiques de Gembloux offre une possibilité d’approfondissement des connaissances dans ces domaines. Ma participation à ce programme renforcera mes capacités d’intervention au bénéfice des paysans que je côtoie fréquemment dans le cadre de mes activités professionnelles.

    Décrivez comment la formation suivie en Belgique pourra être mise en pratique par vous lors de votre retour au pays :

    Le Programme d’Action Prioritaire pour l’année 2010 nouvellement présenté par le Ministère du plan de la République Démocratique du Congo fait du secteur agroalimentaire l’un des futurs pôles de compétitivité économique de mon pays.

    A l’issu de ma formation en Science et Technologie des aliments, le renforcement de mes capacités me permettra d’être plus efficace dans le travaille de vulgarisation des connaissances au profit des petits agriculteurs et transformateurs des produits agricoles de mon pays. En effet, ma profession actuelle, que j’espère conserver après ma formation en Belgique, me met régulièrement en contact avec les petits entrepreneurs du secteur de l’agroalimentaire. L’amélioration de la qualité de service de formation que je leur rends est susceptible de contribuer, tant soit peu, à l’essor du secteur agroalimentaire de la RDC.

    Concrètement, à l’issu de ma formation en Sciences Et Technologie des aliments, je compte initier, dans le cadre de …(notre ONG)… des projets de formation innovants dans le domaine d’assurance qualité dans les très petites entreprises de transformation des produits agricoles afin de fournir aux responsables de ces entités les bases de connaissances pouvant les adapter à faire face aux contraintes sans cesse croissantes et aux réalités changeantes de leur secteur d’activité.

    Ces formations intéresseront non pas seulement les petits agriculteurs qui collaborent avec … (Votre ONG)… mais également les responsables des regroupements des producteurs et transformateurs du secteur d l’agroalimentaire de mon pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *