Burkina Faso: année académique 2009-2010, des sacrifices à consentir pour rattraper

Burkina Faso: année académique 2009-2010, des sacrifices à consentir pour rattraper le grand retard accusé par l’année académique

Des sacrifices sont demandés aux différents acteurs de l’Université pour rattraper le grand retard accusé par l’année académique. Pendant ce temps, la rentrée solennelle des Universités publiques du Burkina aura lieu le 26 mars 2010 à Ouagadougou. C’est le menu du point de presse animé par trois vice-présidents de l’Université de Ouagadougou (UO), le lundi 22 mars 2010 au département Arts et communication de l’U.O.

Ce sont les professeurs Albert Ouédraogo, vice-président chargé de la professionnalisation, Gustave Kabré, vice-président chargé des Enseignements et innovations pédagogiques, et François Houséini Tall qui se sont donné pour tâche d’entretenir les journalistes sur l’objet du point de presse. Premier sujet, la rentrée solennelle des universités publiques du Burkina. Elle aura lieu le vendredi 26 mars 2010 à l’Université de Ouagadougou. En plus du parrainage du Premier ministre Tertius Zongo, cette rentrée, que le Pr Gustave Kabré a décrite comme une communion familiale et un cadre de solidarité, sera rehaussée par la présence de Cheick Modibo Diarra.

L’illustre homme de science aura l’honneur de prononcer la leçon inaugurale de cette rentrée. Une rentrée où seront également célébrés le mérite et l’excellence à travers la reconnaissance et la récompense des meilleurs agents et des meilleurs étudiants des Universités. Ce sujet épuisé, place a été faite au second sur lequel les journalistes ont concentré leurs questions : l’état de l’année universitaire 2009-2010. Le retard qui plombe cette dernière a été reconnu par les vice-présidents. Si au niveau de l’Université de Ouagadougou, la reprise des cours est effective, et que certaines facultés sont déjà au tiers de leur programme d’enseignement, l’Université de Ouaga II, elle, cependant n’a toujours pas encore démarré le moteur de l’année 2009-2010. Mais le Pr Gustave Kabré a assuré qu’à ce niveau, ce n’était plus qu’une question de semaine.

Qu’à cela ne tienne, l’année pourra-t-elle être bouclée à temps, c’est-à-dire avant novembre 2010 ? La réponse a été plutôt positive. Et les sacrifices et la pression sont les remèdes préconisés, selon les animateurs du point de presse, pour rattraper ce retard et remettre le campus sur un cycle normal. Pas de congé de Pâques, des cours intensifs et non-stop de 7h à 21h (avec tout de même une pause de 13h à 15h !) sont entre autres exemples de sacrifices. Gustave Kabré estime que tous les acteurs ont pris conscience de l’enjeu et qu’ils accepteront cette pression. En définitive, tout devrait rentrer bientôt dans l’ordre. Si bien-sûr des trouble-fêtes ne s’invitent pas dans la danse, en l’occurrence les grèves. Et on touche du bois du côté de la présidence de l’U.O.

Abdou ZOURE

Source: Le Pays
24/03/2010

Leave a Reply

Your email address will not be published.