Cameroun – Université : Soa se modernise

Cameroun – Université : Soa se modernise

L’inauguration hier à l’université de Yaoundé II, de plusieurs infrastructures marquent l’entrée dans une nouvelle phase de développement.

«Soa-la-neuve », « Soa-la-belle » ! Les autorités administratives et académiques n’ont pas tari d’éloges pour qualifier le nouveau visage du campus universitaire de Yaoundé II Soa. Notamment l’Immeuble académique 2.000, baptisé « Dialogue des cultures ». « Ce bijou architectural et culturel est le premier bâtiment universitaire de 2 400 places. Ça n’existe nulle part au Cameroun. Donc je suis particulièrement heureux de l’inaugurer », a déclaré le Pr. Jaques Fame Ndongo. Le ministre de l’Enseignement supérieur (Minesup) et le vice-recteur de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), le Pr. Bonaventure Mvé Ondo, ont effectué le déplacement de Soa hier, pour une série d’inaugurations et de remises de distinctions honorifiques à certains personnels d’appuis de cette institution.

La première étape de la journée spécialement chargée sur le campus de Soa, a consisté au lancement officiel des activités de l’Unité d’ingénierie du numérique de l’université de Yaoundé II. Il s’agit en fait d’un centre informatique, chargé de produire des cartes d’étudiants à code biométrique. Le document désormais numérique devra faciliter l’identification et le suivi du parcours des étudiants. Selon le recteur de l’université de Yaoundé II, le Pr. Jean Tabi Manga, « les services de cette unité vont s’étendre entre autres à la mise en ligne des résultats d’examens et du payement des droits universitaires».

Autre chose hier à Soa, l’inauguration du Campus numérique francophone (CNF). Mis en oeuvre conjointement par l’AUF et l’université de Yaoundé II, le CNF, aux dires du Pr. Bonaventure Mvé Ondo, « est une plate-forme technologique d’appui aux universitaires et chercheurs du Cameroun ». En réalité il va s’agir de promouvoir la formation à distance. Avec ses 64 postes ordinateurs, le CNF est constitué d’une salle de formation, d’une salle de ressources et d’une infothèque. Selon le Minesup, « avec désormais deux campus numériques, dont un a Ngaoundéré, le Cameroun peut être considéré comme un partenaire privilégié de l’Agence universitaire de la francophonie ».

Avant l’inauguration de l’immeuble académique 2000, le grand bâtiment de 24 salles de travaux dirigés de 100 places chacune, le Minesup et sa suite sont allés souscrire à la pose de la première pierre du « Campus social ». Le futur bloc académique sera constitué entre autres des salles de cours, d’une bibliothèque, d’un restaurant et d’une cité universitaire.

Félicité BAHANE N.
[30/04/2009]
Source: http://www.cameroon-tribune.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *