Education pour tous : L’EDUCATION NON FORMELLE, OUVRE A « LA FORMATION TOUT AU LONG D

Education pour tous : L’EDUCATION NON FORMELLE, OUVRE A « LA FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE »

Ce secteur qui est le moins bien loti du système éducatif offre une opportunité inespérée à un grand nombre de personnes de s’instruire
L’éducation non formelle est la seule voie vers l’apprentissage pour nombre de jeunes et d’adultes dans les pays en développement. Cette réalité a incité la communauté internationale a faire de l’alphabétisation des adultes un des six objectifs de l’initiative « Education pour tous » (EPT). Dans certaines parties du pays, l’on a vite pris conscience de cette nécessité et l’on a consenti de gros efforts pour permettre au plus grand nombre d’analphabètes de s’instruire.

Le village de Fanafiécoura dans la commune de Kambila (cercle de Kati) fait partie des pionniers en la matière. Le Centre d’éducation pour le développement (CED) de ce village a formé, il y a quelques années, une vingtaine d’adultes. Ceux-ci forment actuellement à leur tour de nombreux auditeurs dont une majorité de filles et de femmes.

L’exemple de ce village mérite d’être encouragé. C’est pour cette raison que le ministre de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues nationales a choisi la localité pour le lancement officiel, lundi, de la semaine nationale de l’EPT. Le ministre Salikou Sanogo était accompagné de son homologue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mme Siby Ginette Bellegarde.

Les ministres en charge de l’Education ont été accueillis à leur arrivée à Fanafiécoura par le maire, le représentant du chef de village, le directeur de l’Académie d’enseignement de Kati, les directeurs de centre d’animation pédagogique de Kati, Fana, Baguinéda et Kangaba ainsi que les autorités administratives du cercle de Kati et de la Région de Koulikoro.

La cérémonie de lancement de la semaine a débuté par les interventions de bienvenue des autorités locales (le représentant du chef du village et le maire de Fanafiécoura). Celles-ci se sont déclarées très honorées par le choix porté sur leur village pour abriter l’évènement.

Le directeur de l’académie d’enseignement de Kati, Moussa Sissoko, a lui aussi fait part de sa fierté que l’académie qu’il dirige ait été choisie. Ce choix, de son point de vue, est une marque de confiance et de sympathie des responsables des départements en charge de l’Education.

L’académie d’enseignement de Kati avec ses 62 écoles maternelles, 1512 écoles classiques et ses 355 structures éducatives non formelles avance bien dans la mise en œuvre de l’éducation pour tous. Mais à côté des progrès enregistrés, les défis à relever pour parvenir à l’éducation pour tous à l’horizon 2015 restent nombreux.

Salikou Sanogo a salué les efforts de Fanafiécoura pour faire progresser l’alphabétisation. Il a ensuite situé la semaine nationale de l’EPT dans le contexte plus large de la mise en œuvre des Objectifs du millénaire pour le développement.

Depuis quelques années, a rappelé le ministre, notre pays accorde une priorité absolue au secteur de l’éducation. Et les résultats sont là : les taux de scolarisation et d’alphabétisation sont ainsi passés de 30 % et 14 % en 1990 à 80 % et 30 % en 2008 même si à ce niveau, il existe de grandes disparités à corriger entre les hommes et les femmes. Ces progrès prouvent que le slogan de cette année "alphabétisation des jeunes et des adultes, formation tout au long de la vie", n’est pas un vain mot sous nos latitudes.
A ce propos, Salikou Sanogo a demandé à l’ensemble des partenaires de l’éducation de s’engager davantage dans l’éducation non formelle qui une des voies appropriées pour la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement. Malgré les opportunités qu’elle offre, a-t-il constaté, cette éducation non formelle demeure le parent pauvre du système éducatif.
Plusieurs activités sont programmées dans le cadre de cette semaine de l’éducation pour tous. Aujourd’hui, le Centre Djoliba abrite la cérémonie de lancement du rapport mondial de suivi de l’EPT au titre de l’année 2009. Des émissions radiophoniques vont s’échelonner sur le thème de la semaine. Des visites des centres d’éducation de Missabougou et Kalabancoura sont programmées.

C. DIAWARA
L’Essor n°16455 du – 2009-06-03
Pour en savoir plus – http://www.essor.gov.ml/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *