France – A Saint-Lô, l’offre de logements étudiants est large

A Saint-Lô, l’offre de logements étudiants est large

Les résultats du bac ne sont pas tombés que déjà la chasse au logement étudiant commence. À Saint-Lô, les démarches sont simples à condition d’agir avec méthode.

1 800 étudiants à loger. Le bac en poche, commence alors un autre examen : celui de toutes les possibilités d’hébergement. À Saint-Lô, on dénombre près de 1 800 étudiants. « Pas de panique ici, rassure Dominique Saint, directeur du Foyer des jeunes travailleurs (FJT) Rabelais. L’offre est supérieure à la demande ». Mais de là à laisser couler… « La demande étudiante se concentre sur des studios et F1 à proximité des écoles ou du centre-ville, observe Ginette Grasset de l’agence immobilière Royer-Regnault. Sur ces critères, l’offre de qualité est limitée. Les premiers seront les mieux servis ! »

Le premier réflexe : le Cllaj. Derrière ces initiales se cache le Comité local pour le logement des jeunes. Cette association, située dans les locaux du FJT Rabelais, met en relation propriétaires, office HLM et foyers d’une part, et étudiants et jeunes travailleurs de l’autre. « On a près de 250 logements en catalogue », explique Véronique Favray, l’une des trois animatrices de la structure. Y accéder est gratuit ! Il suffit de remplir un dossier et l’association se charge ensuite de trouver les logements qui correspondent le mieux à la demande. Le catalogue est aussi consultable sur le net (1). Malgré ces avantages, « le nombre d’étudiants accueillis par l’association diminue, reprend Véronique Favray. Ils étaient 309 en 2008 contre 408 un an plus tôt ».

Les agences immobilières, un gage de sécurité. « Entrer dans un logement n’est pas tout, il faut aussi en sortir », rappelle Tony Hamon, directeur de l’agence immobilière Cabinet Faudais. Un argument qui joue en faveur des agences immobilières. « On fait l’arbitre entre le propriétaire et le locataire, reprend Tony Hamon. En passant par une agence, on s’assure que le bail est rédigé en bonne conformité. » Les frais d’agence sont généralement inférieurs à un mois de loyer.

Les logements HLM, une solution à ne pas négliger. Alternative souvent méconnue, le parc des logements HLM de la ville est aussi ouvert aux étudiants. Là encore, l’idéal est de s’adresser au Cllaj. « L’an dernier, 58 étudiants ont opté pour cette solution », explique Véronique Favray. Pour des T1 ou T2, les loyers oscillent entre 160 et 200 € alors que, sur les mêmes surfaces, le prix moyen des loyers avoisine les 250 € dans le parc privé.

Les foyers, des places limitées. Les foyers de jeunes travailleurs (FJT) Rabelais et les Quatre vents ont de quoi séduire. Des chambres meublées, l’accès au Wifi à moindre coût, la possibilité d’y manger midi et soir aux tarifs des restaurants universitaires… Il n’y a plus qu’à poser les valises. Le hic ? Les places sont très limitées. « Pour les deux foyers, il ne peut y avoir plus de 25 % d’étudiants », explique Dominique Saint. Cela représente 60 places à Rabelais et 18 aux Quatre vents.

Fabrice POULIQUEN.
Ouest-France
30 juin 2009
http://www.saint-lo.maville.com

Leave a Reply

Your email address will not be published.