Ile Maurice- L’Ecole de Médecine Louis Pasteur de Port-Louis lance sa faculté de phar

Ile Maurice: L’Ecole de Médecine Louis Pasteur de Port-Louis lance sa faculté de pharmacie

Port Louis — L’Ecole de Médecine Louis Pasteur, situé à l’angle des rues Remy Ollier et La Corderie à Port-Louis, comprendra dorénavant une faculté de Pharmacie.

Les cours de cette faculté seront assurés, au fil du programme, par quelque 80 professeurs, nommés par le Conseil de l’Université de France. Ces études de pharmacie s’étendront sur une durée de cinq ans, dont six mois de travaux pratiques en France.

De plus, cette formation a reçu l’accréditation de la Tertiary Education Commission, et sera soutenue par la Faculté de pharmacie de Lille, en France.

Les étudiants seront recrutés incessamment, car le début de ces cours de pharmacie est prévu pour le mois d’août 2009. D’ailleurs, le programme d’études auquel ils auront droit est fixé par la directive européenne.

Dans ce sens, les diplômes, qui seront remis aux étudiants à la fin de leur formation à la faculté de pharmacie de l’Ecole de Médecine Louis Pasteur, seront reconnus par tous les Etats européens.

Selon le Professeur Soorianarain Baligadoo, directeur de cette institution, au fur et à mesure que la durée de vie des gens s’allongera au niveau mondial, le besoin en médecins et pharmaciens augmentera. La région océan Indien n’en est pas épargnée.

«A Madagascar et aux Comores, il y a un énorme besoin de médecins spécialistes, de biologistes médicaux et de dentistes. A Maurice aussi, nous souffrons d’un manque de spécialistes»

Et d’ajouter, «Cette pénurie se fait également sentir dans les nouvelles spécialités de la médecine. Par exemple, en cardiologie, en neurochirurgie ou encore en chirurgie plastique. Il nous faut aussi des spécialistes dans ces domaines».

Celui qui gère l’Ecole de Médecine Louis Pasteur est d’avis que les diplômés de cette académie, notamment ceux qui commenceront bientôt une formation au sein de sa faculté de Pharmacie, seront en mesure de contribuer, à la fin de leurs études, à la diminution de ces carences dont souffre le pays.

Par Béatrice Hope
21 mai 09
Source: http://www.lexpress.mu/Accueil

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *