Lancement du projet de réseau électronique panafricain

Le gouvernement indien a démarré, jeudi dernier, le projet de réseau électronique panafricain, qui servira de support élargi pour les Etats membres de l’Union africaine.

La cérémonie d’inauguration s’est déroulée à l’Institut de l’éducation de Kigali (K.I.E), à Kimironko, en présence de l’ambassadeur de l’Inde au Rwanda, Niraj Srivastava et du ministre de l’Education, Daphrose Gahakwa.
Le réseau électronique panafricain, est un projet qui vise à offrir aux citoyens africains, des services d’éducation appropriés et des soins de santé accessibles ; deux défis majeurs auxquels sont confrontés de nombreux pays en développement.

L’Inde fournira la totalité du financement nécessaire à la construction de trois centres qui seront ouverts à tous les Etats membres de l’Union.. Le projet prévoit également la création d’un centre d’éducation à distance, la fourniture du matériel d’extrémité patient pour la télémédecine et un centre VVIP, l’équivalent d’un réseau de communication privé pour tous les Chefs d’Etat.

La ministre Gahakwa affirme que le gouvernement Rwandais participe au projet de réseau électronique panafricain. Une équipe de Telecommunications Consultants India Limited(TCIL) a déjà fait son arrivée à Kigali pour démarrer le projet en mai 2008.

« Les trois sites du projet sont installés au Rwanda explique Gahakwa. Les installations de télémédecine seront déployées à l’hôpital King Faysal (KFH), le (KIE) abritera les équipements d’éducation à distance et le VVIP occupera le bureau du Président de la République».

Les travaux de connexion à l’Internet sont achevés pour les trois sites. Les salles de cours de KIE, pour l’instant, ne peuvent accueillir que l’extrémité patient au KFH. L’installation du matériel médical sera effective au terme des travaux de construction.

Selon la ministre, un ingénieur est déjà arrivé de l’Inde et séjournera pendant un an au Rwanda, afin de former le personnel local et s’assurer du transfert de connaissances relatives à la maintenance et au fonctionnement du système.

Toujours dans le cadre du transfert de connaissances, ajoute-t-elle, cet ingénieur travaillera avec le personnel de RITA/RDB et avec un employé des diverses institutions hôtes, issu du nouveau personnel technique d’Artel.
La ministre Gahakwa a exprimé sa gratitude auprès de l’ambassadeur indien et a salué les liens de coopération qui unissent l’Inde et le Rwanda dans les domaines de l’enseignement, du commerce et de l’industrie.

L’ambassadeur Srivastava a pour sa part rappelé l’objectif principal du projet de réseau électronique panafricain, de soutenir l’Afrique dans le renforcement des capacités de ses citoyens, en proposant une éducation de qualité, dispensée par les meilleures institutions éducatives de l’Inde.

« Des services de télémédecine seront désormais disponibles à travers des consultations en ligne, opérées à distance par des praticiens sur leurs patients. Le transfert de connaissances sera assuré par des médecins spécialistes indiens et d’autres services offerts par des universités indiennes aux pays participant aux différents cours de certification et de qualification de 3ème, 2ème et 1er cycle, sélectionner par l’Union africaine, » révèle encore Srivastava.

10.000 étudiants africains suivront cette formation de cinq ans. « Ce projet reçoit le financement du gouvernement indien et représente un investissement global de 5429 millions de roupies, soit plus de 125 millions de dollars. Sa mise en œuvre sera effectuée en plusieurs étapes dans les 53 pays africains, sur une période de 18 mois, » ajoute l’ambassadeur.
Des 53 Etats membres de l’Union africaine, 33 ont ratifié le projet de réseau électronique panafricain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *