Les étudiants maliens de Chine méritent-ils…

Les étudiants maliens de Chine méritent-ils de payer près de 5 millions de francs pour un seul billet de vacances au Mali ? Jugez plutôt…

Savez-vous combien a couté chaque billet de vacances pour les étudiants et stagiaires maliens basés en Chine cette année ? Et bien tenez vous bien : cinq millions quatre cent soixante quinze mille (5 475 000) francs CFA. A l’entendre ainsi, il n’y peut-être rien d’étonnant ou de choquant dans l’affaire, mais pour celui qui connait le prix réel d’un billet de ce genre, c’est une bonne raison de s’indigner contre les individus mafieux de l’administration qui s’évertuent à s’enrichir au détriment du pauvre contribuable malien.

Pour mieux éclairer vos lanternes sur le sujet, commençons par le début. En effet, l’Etat malien, soucieux du bien-être des étudiants et stagiaires maliens à l’étranger, met à leur disposition, après trois longues et nostalgiques années, des billets de vacances pour leur permettre de regagner le bercail et passer quelques semaines parmi les leurs.

Mafia autour des billets de vacances

Mais voilà que des individus sans morale, se sont saisis de cette opportunité pour créer un réseau d’enrichissement personnel autour de la délivrance de ces billets, avec à la clé une sous-traitance injustifiée et une honteuse surfacturation. Pour parler du cas précis de Shanghai en Chine, chaque billet de vacances a coûté cinq millions quatre cent soixante quinze mille (5 475 000) francs CFA. Un prix vertigineux, au dessus du prix réel du billet qui ne dépasse, en aucun cas, 1 500 000) francs CFA.

Les billets en question ont été délivrés par une agence qui répond au nom de MASSA Voyages, suite à un contrat passé avec l’administration. Cette agence mystérieuse aurait à son tour sous-traité avec Azur Voyages qui a émis des billets endossés sur l’une des compagnies les plus chères de la place à savoir Air France. Vous-pouvez déjà imaginer pourquoi les billets ont été si exorbitants, car du fonctionnaire qui passe le marché au Bureau des transits, et les agences de voyage impliquées, chacun y trouve son compte. Résultat : le pauvre étudiant ou stagiaire qui a passé trois bonnes années à attendre impatiemment le moment ultime des retrouvailles avec les siens, est obligé de passer la moitié des ses vacances sur place, le temps que les magouilleurs finissent leurs jeux d’intérêt et de ‘’Tagnini’’.

Les vacances ont officiellement commencé depuis le mois de juin, mais ce n’est qu’à la deuxième quinzaine du mois de juillet que les boursiers ont pu mettre la main sur leur billet. Or toutes les écoles et universités réouvrent en début septembre. Donc un mois perdu pour rien. Le malheur des billets en question ne s’arrête pas là. Après avoir reçu leur billet, aussi cher qu’ils aient couté, les boursiers ont découvert à leur grande surprise, que : ‘’ce sont des faux billets ‘’, selon les termes de l’Agence Air France de Shanghai. Cette dernière leur a fait savoir que les références données par Azur voyages, n’existaient nulle part dans leur base de donnée.

Commence alors un autre calvaire où le boursier est obligé de dépenser une bonne partie de ses économies dans les cartes téléphoniques pour pouvoir joindre parents et collègues. N’est-ce pas là une situation pitoyable pour les boursiers maliens, à qui le Gouvernement, s’il acceptait de verser directement les bourses, auraient facilement acheté un billet et investi le reste de l’argent dans un projet ?

Le rôle des autorités

N’est-ce pas là, une situation qui interpelle nos autorités afin qu’elles soient plus vigilantes face à la rationalisation des dépenses publiques, car à ce rythme, on imagine difficilement l’avenir de notre pays et de sa jeunesse.

Par T.M. TOURE
06/08/2009
Source: http://www.journaldumali.com

Leave a Reply

Your email address will not be published.