Plagiat – Une arme informatique contre le plagiat des étudiants fraudeurs

Plagiat – Une arme informatique contre le plagiat des étudiants fraudeurs
AFP – [07/06/05]

De jeunes savoyards (France) ont mis au point et commencent à commercialiser un logiciel de détection des plagiats sur internet, permettant de démasquer les "copier-coller" dans les travaux des étudiants de l’enseignement supérieur.
Le logiciel intitulé Compilatio-net (compilatio signifiant plagiat en latin) a été mis au point par la société Six degrés créée, en octobre 2003, par d’anciens étudiants, actuellement collaborateurs de l’université de Savoie, Frédéric Agnès, 26 ans et Jérôme Savoie, informaticien, 24 ans.
Ce logiciel, accessible directement sur internet, découpe un texte en paquets de dix mots de manière aléatoire et recherche, sur le web, les passages semblables à ceux de la copie de l’étudiant. Après analyse, apparaissent alors, surlignés en rouge, les passages plagiés et le système donne, de manière précise, les adresses internet sur lesquelles l’étudiant a "copié-collé" des éléments du texte.
Selon M. Savoie, ce logiciel est "beaucoup plus rapide qu’un simple moteur de recherche puisqu’il fonctionne sur le principe du métamoteur" (moteur de recherche qui interroge simultanément plusieurs moteurs et annuaires).
"J’ai constaté, en analysant les travaux d’une classe de DESS de création d’entreprise en Savoie, qu’ils étaient, pour les deux cinquièmes, plagiés à hauteur de 25 à 30%", souligne M. Agnès.
Pour utiliser ce système, le professeur achète un droit d’utilisation à compilatio.net, et demande à ses étudiants d’envoyer leurs travaux directement sur un site, où leurs copies sont analysées. Ce logiciel ne nécessite aucune installation informatique, seulement une connection internet et il n’y a aucun besoin de faire de mise à jour. "Cet outil a un côté radar au bord des routes, mais j’espère qu’il sera utilisé à des fins dissuasives", affirme M. Agnès.
L’université de Savoie a déjà fait l’acquisition de ce logiciel. Un ancien professeur de M. Agnès, Henry Isaac, responsable MBA à Paris Dauphine a testé le logiciel qu’il a trouvé efficace, mais il a regretté qu’il n’aille pas explorer les "copier-coller" sur les sites payants d’échanges de travaux corrigés.
Selon la chef du département informatique de l’IUT2 de Grenoble, Dominique Rieu, "si un texte est repris tel quel dans un devoir, cela se remarque et le logiciel permet de vérifier plus rapidement et d’avoir une preuve".
Ce système peut être également utilisé par un chercheur pour veiller sur ses travaux et savoir quel site internet les plagie, a ajouté M. Agnès.

Leave a Reply

Your email address will not be published.