Tunisie – Des ingénieurs plus nombreux, une nécessité pour l’économie tunisienne

Tunisie : Des ingénieurs plus nombreux, une nécessité pour l’économie tunisienne

La Tunisie qui a misé sur l’attraction des Investissements Directs Etrangers (IDE) notamment dans le domaine des nouvelles technologies, des industries mécaniques et électriques et de l’aéronautique, se doit d’assurer la pérennité de l’un de ses atouts, à savoir celui de la disponibilité sur le marché d’une main-d’œuvre de qualité.

Les entreprises étrangères désireuses de délocaliser n’accordent plus seulement leur attention à la faiblesse des coûts de production, mais également à la qualité de compétences engagées. À titre d’exemple, la Tunisie tient la dragée haute en matière informatique, face à des géants comme l’Inde ou la Chine, elle se prévaut d’une flexibilité, d’une proximité culturelle, et de la possibilité de se positionner sur des petits marchés de niche sur lesquels les asiatiques ne sont pas concurrentiels, mais pour des coûts de main-d’œuvre plus bas.

Toutefois, pour assurer ce flux continu d’investissements, il faut parallèlement garantir un nombre critique de diplômés et d’ingénieurs sortant des universités tunisiennes. C’est dans cette perspective que s’est tenue, lundi, une conférence nationale sur le thème « formation des ingénieurs : nouvelles tendances ».

Il appert que le nombre de bacheliers tunisiens orientés vers les écoles préparatoires d’ingénieurs va crescendo. Ainsi, en 2002, on dénombrait 1630 ingénieurs pour 4510 ingénieurs en 2008-2009 et 7000 ingénieurs à l’horizon 2011-2012. A ce chiffre s’ajoutent les 1500 ingénieurs tunisiens poursuivant leurs études en France dans le cadre des accords de coopération ou des bourses accordées aux étudiants de l’Institut préparatoire aux études scientifiques et techniques (IPEST).

Les ingénieurs tunisiens se répartissent pour 31% d’entre eux dans le domaine informatique, 16% dans le domaine de l’agroalimentaire alors que le reste se répartit sur les autres secteurs de l’économie nationale. Il existe en Tunisie 43,7 ingénieurs pour 100 000 habitants, des chiffres bien en deçà des besoins d’une économie en pleine mutation. A titre de comparaison, ce taux est de l’ordre de 86,5 ingénieurs en France et de 164, 9 en Corée du Sud, selon une classification établie par l’OCDE.

Source: African Manager
18/08/2009

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *