Un ivoirien “Young Global Leader” à Harvard Kennedy School of Government

Eric Kacou a fait ses marques dans un environnement qui est un monde loin des bureaux feutrés à laquelle de nombreux jeunes diplômés MBA aspirent. Celui âgé de  35 ans a contribué à transformer un pays couvert par une sombre histoire en un des nouveaux espoirs brillants de l'Afrique.

Il y a dix ans, à la demande du président rwandais Paul Kagame, Kacou a été impliqué dans le lancement de l'innovation nationale du Rwanda et du programme pour la compétitivité, ainsi que Michael Fairbanks, l'expert en développement et auteur.

L'initiative a pour but d'aider le pays à relancer son secteur privé et renforcer la compétitivité inexistante des secteurs d'exportation tels que le tourisme et le café suite aux 100 jours de génocide en 1994.

Après deux ans d'absence dus à ses études deMBA à l'Université de Pennsylvanie Wharton School de Philadelphie, Kacou est retourné au Rwanda et a pris la direction du programme, jusqu'à l'an dernier.

«Le monde prend bonne note du Rwanda comme une lueur d'espoir en Afrique", dit Kacou aujourd'hui. La clé de la transformation du pays, croit-il, est la nature de son leadership et une focalisation sur des solutions locales aux problèmes de son entreprenariat.

Les expériences de Kacou au Rwanda sont au cœur de son nouveau livre, qui résume ce qu'il considère comme sa mission dans la vie:  équiper les entrepreneurs et les dirigeants des sociétés les plus pauvres du monde avec des mentalités et des outils pertinents pour prospérer au fond "de la pyramide "- le plus grand groupe, mais les plus pauvres socio-économiques – et de créer la prospérité de leurs sociétés.

Né et élevé en Côte d'Ivoire, le premier voyage hors de l’Afrique de Kacou était pour des études à la HEC Montréal en 1993. Après avoir suivi un programme d'échange à l'Essec à Paris en 1995, il obtient son diplôme en 1997 avec un BA en gestion des affaires et a été embauché par Monitor Group, un cabinet de conseil en stratégie internationale.

Trois ans plus tard, il fait partie de l'équipe de Monitor qui s'est détachée – avec le soutien de capital-risqueurs – pour former On the Frontier  avant de devenir le Groupe OTF. Une des premières missions Kacou au sein de la nouvelle société était de développer une stratégie nationale du tourisme pour le Rwanda.

En 2002, cependant, il avait passé cinq années en tant que stratège d'affaires servant à la fois les pays à faible revenu et les sociétés, et était prêt pour un changement radical, tant en termes de croissance personnelle que de son impact professionnel.

Il dit: «Bien que mon expérience a été exaltante, j'ai trouvé que mes compétences laissaient à désirer. Pour y remédier, le MBA a été un moyen de combler les lacunes ».

Kacou apprécie l'expérience d'apprentissage d'un programme MBA. "Je pense que c'est très important, dit-il," parce qu'il vous donne une bonne compréhension des différents domaines d'activité tels que la finance et le marketing. "

Toutefois, il dit que ce n'est que la pointe de l'iceberg en termes de l'ensemble des avantages de ses deux années à Wharton, avec trois aspects en particulier qui se démarquent.

La première leçon clé qu'il a apprise est l'importance de poser les bonnes questions.

"Dans le monde des affaires, il est très facile de trouver la réponse à tout problème si vous cernez le vrai problème», dit-il. "La plupart des gens ne peuvent pas le faire, alors ils leur manquent le discernement nécessaire pour répondre à leurs questions."

L'acquisition de cette capacité au cours de sa formation à Wharton a été déterminante pour sa carrière ultérieure, a-t-il ajouté.

Un deuxième avantage est étroitement lié à la capacité de penser de manière systématique. « Vous voyez le monde littéralement comme un écosystème, dans lequel le contexte favorise certaines mentalités qui poussent certaines actions, et ils mènent à leur tour à des résultats précis », dit-il.

Cette façon de regarder le monde est détaillée dans le livre de Kacou, où il dissèque ce qu'il appelle le «piège de la survie", un cercle vicieux qui prévaut sur les marchés au bas de la pyramide et dans lequel les hommes d'affaires et les dirigeants appliquent les mêmes solutions pour résoudre les problèmes.

"Einstein dit que la définition de la folie est de faire la même chose encore et encore et s'attendre à un résultat différent», dit Kacou. «Être coincé dans le piège de la survie est une situation plus particulière, les entreprises dans le monde et les pays en développement en font face."

Le troisième avantage du programme de MBA, dit-il, est qu'il lui a permis de perfectionner ses compétences en leadership.

«Le leadership est la capacité de fonctionner avec des gens qui sont différents de soi-même pour atteindre un objectif de bénéfice mutuel», dit-il. "Et quand je dis« fonction », il s'agit d'être efficace, si ses collègues ont des différences de formations, de cultures ou de mentalités."

Pour  illustrer l'influence de la pensée systématique, Kacou donne une foule d'autres raisons pour lesquelles le MBA de Wharton l’a attiré – son réseau international des anciens étudiants, par exemple.

«Quand je me suis inscrit, Wharton avait plus de 600 anciens élèves de l'Afrique – Je crois que le premier diplômé de Wharton venant d’Afrique l’a été en 1953, dit-il.

Il a exploité ce réseau largement. «Depuis l'obtention du diplôme», dit-il, "j'ai visité environ 25 pays et dans chacun d’eux j'ai utilisé le réseau de Wharton. Qu'il s'agisse de l'ouverture des portes ou des connexions, mon inscription à Wharton m’a aidé. Le leadership de Wharton dans les milieux universitaires est également important. "

La plupart des professeurs de Wharton sont des leaders d'opinion mondiaux dans leur domaine d'expertise», dit-il. "Dans la plupart des disciplines, y compris les finances, la santé, la commercialisation et l'esprit d'entreprise, elle est classée parmi les meilleures écoles aux Etats-Unis et dans le monde."

Enfin, l'école marque particulièrement par son implication avec ses élèves, en adaptant les cours en fonction de leurs intérêts et en les impliquant dans le programme.

L'année dernière, Kacou a été désigné « Young Global Leaders » au World Economic Forum – une marque de reconnaissance de l'organisation de Davos à fort potentiel de publicité.

Après avoir démissionné de FTO en Juin dernier, il est de retour à l'école, pour clôturer une année en administration publique à Harvard Kennedy School of Government et à la préparation pour la prochaine étape de sa carrière.

Son objectif immédiat après avoir quitté FTO a été de terminer son premier livre. Certains éléments qu'il a appris à la Wharton ont fourni la matière première qui, associé à des études en affaires et son expérience de travail au Rwanda et dans d'autres pays en développement, forment les idées développées dans le livre. Il vise à aider les entreprises à trouver des débouchés à la «base de la pyramide» et encourage les dirigeants à réfléchir sur une nouvelle pratique du management. Un exemple est son concept de «capital intelligent» – en reconnaissant que les entreprises dans le pays en développement ont besoin de nouvelles compétences et mentalités, ainsi que de l’argent pour réussir.

Avec ce livre, Kacou a pour objectif d’ouvrir un nouveau chapitre dans sa carrière cette année avec une nouvelle aventure. Son engagement à soutenir le Rwanda dont « la métamorphose est en cours » reste forte, dit-il, "mais maintenant je veux aider à trouver la bonne combinaison de capital et des idées aux entrepreneurs, cadres et dirigeants à travers le continent et d'autres régions à faible revenu."

Source: Financial Times, 15/02/2011

Leave a Reply

Your email address will not be published.