Recrutement spécial de 25.000 jeunes diplômés Camerounais

Emmanuel Bonde : Le ponceur public

Il a conduit la première phase du dépôt des dossiers de recrutement des jeunes diplômés. Les prochaines étapes ne seront pas de tout repos pour lui.

Depuis le 10 février 2011 au soir, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra) n’a pas dû dormir à poings fermés. Fait, bien malgré lui, maître d’œuvre du recrutement spécial de 25.000 jeunes diplômés Camerounais dans le répertoire budgétaire de l’Etat, il a piloté une politique sans cesse revue et corrigée. C’est que la pression le prenait à la gorge, au point parfois d’étouffer. Il y a les «listes» de la présidence ; celles de tel officier supérieur, de tel directeur général, de tel membre du comité central du Rdpc… Chaque élite, ou supposé telle, doit avoir «sa part» dans les 25 000. Sinon le village va s’enflammer en cette veille d’élection présidentielle capitale. 
Passé le 14 avril, le plus dur reste à venir. Il y aura au moins 300.000 dossiers pour 25 000 places. Donc potentiellement, 275 000 frustrés.

Donc autant d’ennemis du Renouveau. Emmanuel Bonde a-t-il une solution ? En dépit des assurances, on a bien peur qu’il ne soit dépassé par les évènements. En effet, comment va-t-il calmer les désabusés du recrutement spécial ? Ceux qui, recalés n’auront certainement pas envie de se rendre aux urnes en octobre prochain. Et qui de fait, vont vomir le pouvoir et son candidat pour imposture.

Comment par exemple dire à cet homme de 40 ans, père de 5 enfants et vendeur d’eau qu’il est condamné, quels que soient les cas de figure, à ne jamais connaître le travail de la Fonction publique ? Malgré le fait qu’il le veuille ou pas, il contribue à renflouer les caisses de l’Etat. Il rira jaune. Il faudra pourtant que ce quadragénaire sache ce qu’il est advenu de son pesant dossier. De ses frais sonnants et trébuchants dont il faudra bien parler ? De ses espoirs suscités, et qui s’achèveront en torrent de désillusions. 

Filières additives
Que lui répondra donc Emmanuel Bonde malgré toute sa bonne volonté ? Que…Rien ! Le jour des résultats approche pourtant. A grands pas. Que vont-ils dire lors des résultats, ce 2 mai ? Que demandera-t-on à Emma de dire à ceux qui ont transpiré ? Qui se sont bousculés ? Qui ont espéré ? Qui ont prié ? Rien. Rien du tout. Des balivernes. Comme toujours. «Le 2 mai, la liste des présélectionnés sera publiée et autour du 6 juin 2011, les personnels recrutés seront affectés dans les administrations. Ce qui marquera le début de l’opération de prise en charge financière», rassure le Minfopra. 
Sauf que dans ce pays, les grandes orientations politiques ne dépendent pas du Minfopra… D’ailleurs, on se rappelle qu’Emmanuel Bonde a dû surseoir au concours pour le recrutement des officiers principaux des douanes en octobre 2008 sur décision du Premier ministre de l’époque, Inoni Ephraïm.
Mais avant ce 2 mai fatidique, Emmanuel Bonde a droit à sa mi-temps.

Après un match-aller qui a nécessité de nombreux changements de tactiques. «Les services du gouverneur sont les seuls endroits où nos équipes se trouveront, et où les candidats devront se rendre. Et c’est valable même pour Yaoundé», martelait le Minfopra. Il a dû revoir sa copie après le goulot d’étranglement constaté ci et là. Plus tard, les sous-préfectures ont été appelées à la rescousse. Puis, des filières ont été oubliées. Emmanuel Bonde les a de suite inclues dans le liste. Le 5 avril dernier, les éditeurs –l’une des 9 filières additives- se sont rangés dans la course aux postes. Et que prévoit l’après 14 avril ? «L'ordinateur est paramétré pour reconnaître l'âge, les origines, les diplômes, et tous ces traitements nous permettront de faire un premier classement à publier avant début juin», soutient l’élite de l’Est. Facile à dire pour cet ancien secrétaire général du ministère de la Santé publique. Il aura pourtant à traiter un plus épieux dossier.
Précédemment secrétaire d’Etat aux Travaux publics, c’est depuis le vendredi 22 septembre 2006, à la faveur d’un remaniement ministériel qu’Emmanuel Bonde devient le patron de la Fonction publique, 

Monique Ngo Mayag

Source: http://www.quotidienmutations.info

15/04/2011

Leave a Reply

Your email address will not be published.