L’E2C, ou « école de la deuxième chance »: une 2e chance pour les jeunes sans diplômes

Quand on est sorti du système scolaire, qu’on a ramé quelques années sans trouver d’emploi à son pied et qu’on est à présent mieux disposé pour se former à nouveau, vers qui se tourner ? L’école de la deuxième chance, ou « E2C » pour les intimes, c’est une école adaptée, qui permet d’étudier en alternance tout en étant rémunéré. Avec en prime, des témoignages en vidéo.

Entre Sophiane, Steven, Mesrine, Fallon et Eva, le professeur circule, s’arrêtant pour corriger une expression sur les copies, répondre à une question. Hormis le petit nombre et l’âge des participants, on pourrait se croire très facilement dans une classe habituelle. Il s’agit pourtant d’un endroit un peu spécial, où les élèves sont particulièrement choyés : bienvenue à l’ « E2C ».

L’E2C, ou « école de la deuxième chance », c’est un réseau national de 25 écoles, réparties sur 63 sites. Celui de l’antenne parisienne, qui vient d’emménager dans de nouveaux locaux rue d’Aubervilliers, est situé à côté du CENTQUATRE et tout contre le jardin d’Éole, entre sport et culture. 

Le concept est né au début des années 1990, sous la houlette d’Edith Cresson, alors  commissaire européenne à la jeunesse : il s’agissait de redonner une deuxième chance à des jeunes sortis trop tôt du système scolaire et sans diplômes. Et ils sont nombreux : en France, ils seraient de 80 000 à 150 000, ou environ 20% de cette classe d’âge…

Une petite aide financière est fournie aux élèves, qui ont le statut de stagiaire de la formation professionnelle : de 320 euros à 650 euros mois, en fonction du nombre d’heures travaillées auparavant (pour toucher 650 euros, il faut ainsi avoir travaillé au moins 920 heures sur une période de douze mois).

« Le discours n’est pas de dire : ‘nous refaisons ce que l’école a raté, explique Jacques Serror, coordinateur pédagogique. Mais plutôt de reconnaître que dans certaines circonstances, il n’est pas possible de suivre une scolarité normale : quand on a des problèmes de santé, ou des problèmes familiaux, ou encore quand on traverse une crise d’adolescence difficile ».

Mais lorsqu’on a 23 ou 24 ans, qu’on a connu des petits boulots ou des périodes de chômage, comment revenir dans une classe de 1ere ou de Terminale, entouré de jeunes gens qui ont parfois 6 ans de moins ? Au cœur d’un système où ils se sont sentis parfois exclus…

Approche personnalisée, éducation à la culture et à la citoyenneté
A l'E2C, on favorise une approche concrète et personnalisée : les enseignements d’histoire ou de français sont déclinés au travers d’ateliers d’expression orale ou sous forme de projets, en travaillant sur les centres d’intérêt des élèves.  « Les élèves deviennent très réceptifs à partir du moment où l’on ne fait pas un cours de manière magistrale. Et ils font très bien les choses quand on les responsabilise, quand on leur donne une tâche concrète. Si en plus on leur fait confiance, ça marche », argumente Loïg Picard, le formateur de culture générale.

La pédagogie est adaptée aux besoins de chacun, et d'une population descolarisée mais souvent pleine de créativité et de ressources. « Les profs ici sont plus décontractés, explique Fallon, une jeune stagiaire. Bien sûr ils sont obligés de nous gérer, sinon on ferait n’importe quoi (rires), mais c’est plus cool qu’au lycée », résume la jeune fille. Fallon a  23 ans. Elle a arrêté ses études en seconde, à cause notamment de problèmes de santé. Elle est rentrée à l’ « E2C » il y a deux mois de cela, « pour se remettre à niveau en orthographe, grammaire, ne plus faire de fautes d’accords et de liaison » et décrocher, in fine, un boulot. «J’ai en marre d’être dépendante de ma mère, surtout à 23 ans », lâche-t-elle.

Enfin, autre pilier de la formation, l’éducation à la culture et à la citoyenneté jouent un rôle essentiel, notamment d’intégration. Le savoir-être, la ponctualité y sont enseignés : il s’agit d’acquérir des codes auxquels le milieu familial n’a pas toujours permis d’accéder, et de comprendre leur importance et leur rôle au sein de la société, dans une démarche pragmatique.

Pour en savoir plus

Voir le flyer de la formation 

Accéder à la fiche info de Paris.fr 

Consulter le site parisien de l'Ecole de la deuxième chance

 

Source: www.paris.fr/

18/04/2011

Leave a Reply

Your email address will not be published.