Comment devenir un candidat attractif sur LinkedIn ou Facebook ?

Trouver un emploi peut aussi passer par les réseaux sociaux, encore faut-il savoir s'en servir. Un pro vous donne quelques conseils.

Si vous pensez que les réseaux sociaux professionnels ne sont réservés qu'aux cadres et aux métiers de la communication, détrompez-vous. Quand on cherche un emploi, être présent sur Viadeo, LinkedIn, et même Facebook et Twitter, est devenu un atout. Mais reste à savoir comment les utiliser.  Aymeric Vincent, auteur de l'ouvrage Décrocher un emploi grâce aux réseaux sociaux et DRH (directeur des ressources humaines) adjoint dans l'édition, vous donne quelques clés pour taper dans l'œil d'un recruteur.

TF1 News : Avoir un profil sur les réseaux sociaux constitue t-il un atout quand on recherche un emploi ?

Aymeric Vincent : C'est incontournable, quels que soient sa fonction et son type de recherche. Cela permet de diffuser son CV et d'entrer en contact avec d'autres personnes. Quand on n'est pas en recherche active, cela permet aussi d'être contacté. Mais cela vaut essentiellement pour Viadeo et LinkedIn parce qu'ils sont  100% professionnels contrairement à d'autres réseaux, comme Facebook, qui ne le sont qu'en partie.
 
TF1 News : Mais est-ce vraiment utile quand on recherche un emploi peu qualifié ?
 
A .V. : Oui car les réseaux sociaux ont plusieurs niveaux d'utilité. Le premier n'est pas forcément de décrocher immédiatement un travail mais de savoir ce qui se passe, de vivre au XXIème siècle. Et même sur un poste peu qualifié, le recruteur peut  consulter Internet pour essayer de trouver des informations sur le candidat et si durant l'entretien, il lui demande « Qu'est-ce que Facebook ? » et que le candidat n'est pas capable de répondre, ce sera révélateur d'une certaine déconnexion de la vie actuelle. L'observation vaut également pour les seniors. Savoir ce que sont les réseaux sociaux, c'est montrer que l'on est connecté à la société actuelle.
 
TF1 News : Quels réseaux sociaux recommandez-vous ?
 
A .V. : Impérativement Viadeo et Linkedin. La différence entre eux est que Viadeo est un peu plus franco-français et Linkedin plus orienté à l'international. Il existe aussi des réseaux sociaux spécifiques à certains métiers qui ont pour avantage d'être spécialisés mais sont en conséquence moins fréquentés. Il faut aussi être sur Twitter, au moins pour engranger de l'information. Les réseaux sociaux ce n'est pas seulement un candidat qui met en ligne son CV, c'est aussi le candidat qui s'informe sur les réseaux.
 
TF1 News :  Construire son profil sur les réseaux sociaux demande t-il du temps ?
 
A .V. : Cela dépend de ce que l'on souhaite en faire. Le premier niveau consiste à créer sa page sur Viadeo ou Linkedin c'est-à-dire créer son CV amélioré et cela prend peu de temps. Le deuxième niveau consiste à multiplier sa présence sur d'autres réseaux sociaux notamment sur Twitter et là il y a deux attitudes. Dans un premier temps, on peut être en veille, lire ce que les autres diffusent. L'étape suivante, c'est de se mettre à diffuser de l'information. Précisément, il s'agit de partager  avec les autres membres des informations sur son profil professionnel. On peut donner, par exemple, des infos qualitatives mais un peu décalées comme des vidéos, des extraits d'articles. Ce dernier niveau peut effectivement prendre un temps important, il est variable selon si l'on est en recherche active d'emploi ou en écoute passive.
 
TF1 News :  Qu'est qu'un profil attractif sur le net pour un recruteur ?
 
A .V. : C'est tout d'abord un profil impérativement mis à jour dans l'évolution de compétences et de postes. Ce n'est ensuite pas le simple copier-coller d'un CV. Typiquement, si vous êtes graphiste, il faut mettre en ligne quelques unes de vos réalisations. En fait le multimédia permet d'aller au-delà du CV traditionnel notamment sur la question des centres d'intérêts et hobbies. Par exemple, vous êtes dans une association, plutôt que d'écrire dix lignes sur son activité, mieux vaut poster le lien qui renverra sur cette structure. Troisième point, il faut évidemment que votre candidature et votre profil répondent à un besoin. Les réseaux sociaux ne vous permettront pas de décrocher immédiatement un job s'il n'existe pas de besoin. Cela relativise les choses. Enfin, être attractif sur les réseaux sociaux, c'est aussi prendre la parole comme par exemple commenter des articles sur des blogs, participer à des forums de discussions (ndlr : appelés "hub") sur Viadeo et Linkedin. En n'oubliant pas que l'on met en avant son image de candidat et qu'il faut donc être pertinent dans ses interventions.

TF1 News : Quelles sont les règles d'or à respecter ?
 
A .V. : Il faut faire attention à l'orthographe et à la syntaxe parce que les réseaux sociaux sont dans l'immédiateté et un commentaire bourré de fautes jouera en la défaveur de la personne même si ses propos sont pertinents. Il faut aussi être identifiable notamment si on a beaucoup d'homonymes. Donc il faut enfin maintenir une unité entre toutes les images que l'on donne de soi sur les réseaux sociaux, être en cohérence avec son CV papier. Cela passe par une photo et un mail identiques pour que le recruteur n'ait pas de doute qu'il s'adresse bien à la bonne personne.
 
TF1 News : Comment multiplier ses chances d'attirer l'œil du recruteur ?
 
A .V. : En dosant les propos que l'on tient, en étant atypique et original pour se démarquer des autres candidats.
 
TF1 News : Peut-on vraiment contrôler sa e-réputation ?
 
A .V. : Oui et non. Oui parce que plus on publie d'informations sur soi-même, plus elles remonteront dans les moteurs de recherche. Non, dans le sens où l'on ne maîtrise pas ce que les gens disent de nous sur Internet. On peut donc se retrouver exposé aux critiques et aux désaccords. D'où l'importance de se "googliser" régulièrement pour savoir ce qu'il se dit sur soi et ne pas paraître surpris si un recruteur pose des questions précises sur ce qu'il a trouvé sur vous sur Internet.
 
TF1 News : Un candidat peut traîner quelques casseroles sur le Net comme des photos peu valorisantes, que faire dans ce cas-là ?
 
A .V. : Il faut bien retenir que tout ce que l'on met sur Internet peut être complètement public donc le mieux c'est de bien réfléchir en amont à ce que l'on dévoile de soi sur Internet. Et si une personne vient à publier une photo gênante de vous, par exemple si vous dansez sur table,  il faut demander à cette personne de la supprimer. En général, elle le fait. Sinon, on peut essayer de la noyer dans l'immensité du web en publiant soi-même des informations. L'important c'est de savoir qu'une telle photo existe et de préparer une réponse adaptée pour le recruteur qui pourrait y voir un de manque de sérieux et de fiabilité.
 
TF1 News : Les recruteurs fouillent-ils vraiment tout de l'identité numérique des candidats ?
 
A .V. : Non, les recruteurs n'ont pas forcément le temps de vérifier de manière exhaustive sur Internet, d'où l'importance des résultats des premières pages. Pour maîtriser cela, le candidat pourra mettre sur son CV ses propres liens sur les réseaux sociaux ce qui incitera le recruteur à aller les consulter. Mais si vous cherchez un job en rapport avec le Net et que rien n'apparaît sur vous sur la toile, alors ce ne sera pas un bon signe pour le recruteur.
 
Pour en savoir plus : Aymeric Vincent, Décrocher un emploi grâce aux réseaux sociaux, éditions Studyrama-Vocatis, 15 euros.

Par Carole Guirado-Cailleau le 22 avril 2011 à 12:53

Source: http://lci.tf1.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published.