TCHAD – Le pays révise son système éducatif

Le ministère de l’éducation national en partenariat avec l’UNESCO organise des assises sur l’appropriation et l’adoption des outils pédagogiques d’autoformation des enseignants à l’éducation au VIH/Sida dans la zone CEMAC du 16 au 24 Mai 2011 à N’Djamena. 

Dans sa déclaration, le directeur général de la planification et de l’administration Mr Ousmane Ber, a indiqué que le Tchad s’engage à réviser le système éducatif en mettant au cœur du dispositif la reforme curriculum visant l’amélioration de la qualité de l’enseignement et les conditions d’apprentissage des apprenants. Cette préoccupation selon lui, a abouti à la création du comité sectoriel de lutte contre le Sida au sein de son ministère. L’une de principales missions de ce comité est de coordonner les actions de prévention du VIH/Sida dans le milieu scolaire. Il participe aussi à la volonté de plus hautes autorités à assurer une réponse efficace contre cette pandémie dont l’une de ses victimes est le secteur de l’éducation. 

Sans cette formation qui renforce la connaissance des enseignants sur le VIH/Sida, l’aptitude en matière de pédagogie ne serait pas interactive appliquée à la conduite des leçons dans le domaine de prévention au VIH/Sida. Car les outils pédagogiques sont des sources qui contribuent fortement à la réalisation des objectifs d’apprentissage. Sans se substituer à l’enseignant, un outil pédagogique efficace remplit normalement une fonction de référentiel, d’organisation d’un ensemble de compétence et une fonction de guide d’orientation pédagogique. Cependant la rareté des ressources se fait remarquer et il se pose un problème pour atteindre un grand nombre d’enseignants. Il faut dire que l’enseignement à distance utilisant les technologies de l’information et communication offrent une plateforme propice. 

Pour sa part Mr Yacubaye Telnodji Delodji spécialiste national du programme, chef d’antenne de l’UNESCO au Tchad, représentant du Directeur du bureau de l’UNESCO de Yaoundé a souligné que pour atteindre le plus grand nombre d’enseignants dans un contexte de rareté des ressources dans les pays de la CEMAC, la conférence des ministères a recommandé l’utilisation des technologies de l’information et de communication. Et de poursuivre que cette dynamique seule pourra présider les actions présentes et futures de son antenne. 

En réalité l’éducation au Tchad a besoin d’une restructuration et d’un changement radical aussi bien dans l’administration que dans la tête des responsables qui sont souvent accusés de corruption. 

L’assistance technique et financière nécessaire de l’UNESCO aux cotés du Tchad dans le processus de la mise en œuvre des activités à travers un didacticiel n’a pas été perdue de vue.   

(Alwihda) – 21 Mai 2011

Leave a Reply

Your email address will not be published.