SENEGAL – Boursiers de l’enseignement supérieur: 2,5 milliards par mois pour payer les étudiants

Dakar, 7 juil (APS) – Environ 2,5 milliards de francs CFA sont positionnés par mois pour payer les boursiers de l’enseignement supérieur inscrits dans le projet de bancarisation des étudiants, a appris à l’APS auprès de la banque qui assure l’opération pour le compte de l’Etat du Sénégal.

‘’Nous positionnons autour de trois milliards par mois s’il y a des rappels et, sans rappel, nous sommes à 2,5 milliards par mois’’, a déclaré dans un entretien avec l’APS, Yves Coffi Quam-Dessou, Administrateur-Directeur général d’Ecobank-Sénégal.

Le positionnement des bourses mensuelles concerne toutes les villes sénégalaises qui abritent des universités publiques, Dakar, Saint-Louis, Thiès, Ziguinchor et Bambey, a-t-il expliqué. Le projet qui concerne plus 50.000 étudiants, est une nouveauté sur la place bancaire du Sénégal.

‘’Avoir 50.000 ou 60.000 personnes, c’est une petite ville. Cette population estudiantine là, elle est bancaire. Beaucoup de banques seraient contentes d’avoir 60.000 clients d’un coup. (…) Il n’y a pas plus de cinq banques au Sénégal qui ont chacune plus de 100.000 clients’’, a indiqué M. Coffi.

‘’Là, nous avons réussi à bancariser près de 50.000 clients en moins de trois mois’’, a-t-il signalé. Le contrat du projet de bancarisation des étudiants a été signé en 2008 tandis que la banque opératrice n’a commencé le recensement des étudiants qu’en avril 2011.

‘’Depuis cette date, nous avons distribué 40.000 cartes dont 32.000 sont entrées en activité’’, selon le patron d’Ecobank-Sénégal. ‘’C’est une population très sensible, qui ne dispose pas de beaucoup de moyens et qui est habituée aussi à gérer ses petits moyens dans le temps’’, a-t-il noté.

‘’Nous sommes à la fin de l’année académique. D’ici là, tous les étudiants auront leurs cartes, de sorte que partout où ils seront en vacances, ils pourront percevoir leur argent. Nous sommes présents dans toutes les capitales régionales, c’est l’avantage du réseau’’, a affirmé le banquier.

Sur place, deux types d’équipes, dont une constituée d’équipe d’étudiants triés sur le volet et une autre de professionnels de la banque, se postent devant les guichets automatiques d’Ecobank (GAB), pour expliquer, informer et communiquer les novices sur les opérations de bancaires.

‘’Nous avons placé des affiches sur le campus où nous disposons d’un bureau avec un personnel qui prend des renseignements, en donne aussi et qui explique le fonctionnement des cartes. Quand il y a des difficultés, (les étudiants) viennent réclamer comme sur les codes’’, a signé M. Coffi.

Les avantages de la bancarisation sont, entre autres, que les GAB fonctionnent 24h/24 toute l’année, épargnant les étudiants de perdre du temps dans la confection de listes d’attente et de mise en rang devant les box de paiement par le procédé manuel auquel les boursiers étaient habitués.

‘’Au moment où l’argent est positionné sur leurs comptes, qu’ils soient à Dakar, à Ziguinchor, à Kaolack, à Touba ou à Thiès, ils ont accès à leurs bourses. C’est une indépendance par rapport aux guichets (de billetterie) devant lesquels, ils faisaient la queue du 1er au 5 du mois’’, a-t-il souligné.

‘’Avec la carte, a dit Yves Coffi Quam-Dessou, nos nouveaux clients peuvent aller au GAB à tout moment et prendre la somme qui leur plaira jusqu’à hauteur toutefois du montant de la bourse. Nous pouvons leur offrir cette flexibilité dans le temps.’’

La deuxième chose, a-t-il ajouté, ‘’c’est qu’ils rentrent dans le monde moderne parce que nous allons de moins en moins vers le cash’’. ‘’Ils ont ainsi la possibilité d’épargner et de pouvoir aussi se porter acquéreurs d’un certain nombre de biens, comme un ordinateur, etc.’’, a annoncé M. Coffi.

‘’Ce sont des programmes que nous avons et que nous allons mettre en place sous peu’’, a-t-il annoncé indiquant qu’à cette occasion, ‘’les étudiants pourront avoir accès à de petits crédits bien proportionnés, bien définis et subventionnés par rapport à leur possibilité financière’’.

En matière de coût, l’opération n’est pas à rentabilité immédiate, a dit le Directeur général d’Ecobank-Sénégal. ‘’Il est clair que nous avons fait des investissements qui permettent quand même à l’étudiant de s’en sortir puisque les cartes sont distribuées gratuitement’’, a-t-il reconnu.

‘’Les opérations sont gratuites au niveau de nos guichets. Ils ont un moyen d’accéder à leurs fonds sans dépenser de l’argent ni perdre du temps’’, a-t-il insisté. Selon lui, pour tout retrait hors-réseau Ecobank effectué dans un GAB membre du GIM-UEMOA, l’étudiant paie 100 francs l’opération.

 

SAB/ASG – http://www.aps.sn/

Leave a Reply

Your email address will not be published.