SANTE – Journée mondiale de lutte contre le sida/Mali : le taux de prévalence est passé de 1,7% à 1,3%

BAMAKO (Xinhua) – Dans le cadre de la lutte contre le VIH/SIDA au Mali, le taux de prévalence est passé de 1,7% à 1,3%. Ces chiffres sortent d'EDS IV (Enquête Démographique et de Santé, 4è génération élaborée).

En matière de lutte contre le VIH/SIDA, le Mali a enregistré d’importants progrès. Au nombre desquels, on peut citer les sites de dépistages qui sont passés de 22 à 266 entre 2003 et 2010, soit 10 fois plus ; au cours de la période, les sites de préventions de la transmission mère-enfant sont passés 13 à 307, soit 24 fois plus.

Quant aux sites de traitement ARV, ils sont passés de 3 à 74, soit 25 fois et les patients sous traitement ARV sont passés de 1 073 à 33 580, soit 31 fois plus.

En outre, on peut citer le nombre de personnes dépistées qui est passé de 5 605 à 129 030, soit 23 fois plus ; la baisse du taux de séroprévalence chez les professionnelles du sexe de 35,3% à 24,2%. Sur ce point, il est à souligner que ce secteur est un des moteurs de la propagation du VIH en Afrique subsaharienne, selon les spécialistes.

L' ensemble de ces données ont été fournies par M. Malick Sène, secrétaire exécutif du HCNLS (Haut Conseil National de Lutte contre le Sida au Mali).

De l' avis de M. Sène, c' est à partir de la création du secrétariat exécutif du HCNLS en 2004 et la mise en œuvre des grands programmes en 2005 que son pays a assisté à une accélération de l' atteinte des résultats.

Le moins que l' on puisse dire, c' est le combat contre le VIH/SIDA est une lutte tous azimuts au Mali.

En effet, selon M. Sène, ces résultats ne sont pas le fait du seul HCNLS, mais celui de tous les acteurs de la lutte et de tout un peuple engagé à différents niveaux.

En premier lieu, on peut citer le président de la République du Mali, M. Amadou Toumani Touré qui avait dit "Je veux que les médicaments aillent aux malades et non les malades aux médicaments". Depuis des années, cela est une réalité au Mali car, les ARV sont acheminés aux malades dans leurs localités respectives.

Il n' y a pas longtemps au Mali, les porteurs du VIH et malades du SIDA souffraient à cause de la stigmatisation à leur égard. "Aujourd' hui, les choses ont beaucoup évolué de façon positive. Certaines personnes ont compris que le SIDA est une maladie comme les autres et elles nous acceptent", ont indiqué des personnes vivant avec le VIH/SIDA au Mali, au cours d’un entretien.

Dans le cadre de la lutte contre cette pandémie, le secrétaire exécutif du HCNLS privilégie la création d' un fonds national de lutte contre le SIDA, afin que le Mali puisse continuer à mener la lutte au cas où les partenaires se retireront.

30/11/2011 

Leave a Reply

Your email address will not be published.