GABON – Grève illimitée dans l’enseignement supérieur pour les salaires

Les enseignants du supérieur du Gabon, qui réclament une revalorisation de leurs salaires, ont entamé une grève illimitée lundi, a annoncé le président du Syndicat national des enseignants et chercheurs (SNEC) gabonais, Jean-Rémy Yama.

“Nous sommes entrés en grève illimitée depuis ce matin (lundi). Nous demandons une seule chose, c’est la concrétisation de la mesure annoncée publiquement par le président de la République le 16 août 2011: la revalorisation des salaires des enseignants du supérieur”, a déclaré Jean-Rémy Rama, représentant du principal syndicat de l’enseignement supérieur.

“Cette mesure devait prendre effet le 25 janvier 2012 et nous sommes aujourd’hui en février 2013, plus d’un an après elle n’est toujours pas effective (…) nous attendons maintenant que le gouvernement nous appelle à la table des négociations”, a-t-il ajouté.

Selon le président du SNEC, “le mouvement est actuellement suivi par quasiment 100%” des 1140 enseignants et chercheurs de l’enseignement supérieur au Gabon.

“Un enseignant du supérieur en début de carrière touche 400 000 Francs CFA (environ 610 euros) plus 250 000 FCFA (380 euros) de prime de recherche, nous estimons que ce revenu est excessivement bas”, a affirmé M. Rama.

De leur côté, les principaux syndicats de l’éducation nationale, réunis au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed), ont voté samedi à Libreville un préavis de grève de dix jours, menaçant de paralyser le secteur éducatif à partir du 18 février si leurs revendications salariales ne sont pas prises en compte.

Ils demandent notamment le versement d’une prime “en attendant le respect du quota de 35 élèves par classe”, dénonçant les mauvaises conditions de travail des enseignants dans les lycées, collèges et primaire.

04 fév 2013 (AFP)

Leave a Reply

Your email address will not be published.