Du Cameroun à Bruxelles, enquête sur l’ivoire de Boko Haram

C’est l’histoire d’un pays – le Cameroun – qui finance son ennemi juré : la secte terroriste Boko Haram (alliée de Daesh en Afrique de l’Ouest).

C’est le portrait d’un Hydre a 50 têtes, d’un système absurde toléré – sur son sol – par la Belgique et où il est question de terrorisme, de prolifération des armes, d’espèce en voie de disparition (l’éléphant), de petites mains exploitées et parfois torturées (les bakas), de filières de trafiquants d’ivoire, d’entreprises forestières, de commerçants, d’une armée, de juges et d’officiels corrompus qui instrumentalisent – en partie – les droits de l’homme. Sans oublier les garde-chasse, qui tuent l’éléphant pour le sport mais qui sont, au Nord du Cameroun, un des derniers remparts contre le braconnage. Suite

La route de l’ivoire – Suite

Leave a Reply

Your email address will not be published.