Algérie – Cours de soutien pour les classes d’examen

Algérie – Cours de soutien pour les classes d’examen

Les cours de soutien pour les classes d’examen ont débuté hier. Les établissements scolaires resteront ouverts durant la première semaine des vacances d’hivers. Cette opération qui entre dans le cadre de la réforme du système éducatif n’est pas une mode. L’année dernière, les élèves de classes de terminale ont eu droit à ce genre de cours particulier et le taux de succès de cette opération a atteint, selon les responsables de la tutelle, une moyenne de 80%. Cette réussite a appelé les directeurs de lycées à ouvrir leurs établissements tous les jours de semaines après 17h et le même le vendredi, pour des cours surveillés durant ces vacances de printemps.
Parmi les mesures et les moyens didactiques mis en place pour la réussite de cette opération on cite la transmission aux 1500 lycées des CD comportant les cours de l’ONEFD, les exercices corrigés et les annales du bac des dix dernières années, la dotation de tous les lycées d’une enveloppe financière pour l’acquisition d’un micro-ordinateur et d’un Data Show. Le ministre de l’Education nationale a toujours insisté dans ce cadre sur l’amélioration des résultats du BAC dont le taux de réussite a été fixé à 51,15% durant l’année précédente. Pour ce qui est des facteurs importants qui ont permis l’amélioration du taux de réussite, les responsables du ministère évoquent en premier lieu les conditions de scolarisations des élèves et l’effort de l’Etat qui est dirigé vers ce secteur.
Pour le ministre les résultats de l’examen du baccalauréat des dernières sessions, confirment la justesse des décisions parfois douloureuses, qui ont été prises par les responsables du secteur depuis la rentrée scolaire de septembre 1998, particulièrement dans le domaine de l’évaluation qui est qualifiée comme le clou de la réussite des élèves scolarisés, par M Benbouzid qui a toujours insisté sur ces mesures qui ont permis d’opérer une rupture radicale avec des pratiques qui ont plongé le système éducatif dans une certaine forme de léthargie pédagogique.
Ces mesure se basent sur l’évaluation qui a conduit à l’élimination du système de quotas, la suppression du rachat au BAC puis au BEF, l’institution d’un test de contrôle pédagogique à la fin de l’enseignement primaire et l’exploitation de ses résultats pour un véritable travail de remédiation pédagogique, la revalorisation du statut du Brevet de l’enseignement fondamental en l’instituant comme critère d’accès direct au secondaire. Un autre critère aussi important, il s’agit du suivi rigoureux des classes d’examen, la responsabilisation accrue des chefs d’établissements et la gestion collectif (chef d’établissement, enseignants et parents d’élèves), des établissements scolaires. L’évaluation et le suivi scolaire font partie de l’acte pédagogique qui vise la diminution des déperditions scolaires.
On notera à ce sujet que le taux national de scolarisation est de 98%, et qui a été réalisé grâce aux efforts considérables consentis par l’Etat en matière de réalisations, de moyens pédagogiques et didactiques et au lourd budget réservé à ce secteur.
Pour le lancement immédiat du suivi pédagogique des élèves l’inspection générale a organisé durant le premier trimestre 20 regroupements régionaux pour la prise en charge des classes d’examen. Cette prise sera concrétisée par l’organisation des cours de soutien et d’appui, les études surveillées, les cours inter-actifs entre les élèves.

Par : Sarah SOFI
Samedi 22 décembre 2007
http://www.elmoudjahid.com

Leave a Reply

Your email address will not be published.