Cameroun – Dans l’univers des facilitateurs de voyage vers l’Amérique, l’Europe de l’

Dans l’univers des facilitateurs de voyage vers l’Amérique, l’Europe de l’Est, l’Asie…

A la recherche du visa Schengen

On transite par la Pologne, l’Ukraine, la Slovaquie ou la Lettonie pour rentrer dans un pays de l’Union européenne.

Le nombre d’annonces qui proposent des possibilités d’étudier à l’étranger est croissant dans les journaux. On peut, par exemple lire : « Inscrivez vous et obtenez vos diplômes dans toutes les filières. Transfert après deux ans aux Usa, Angleterre, Canada. Visa garanti. NB : entrer à l’université sans Bac possible ». Ces groupes, à l’exemple de « Jeunesse sans frontières » ou d’« Interconsulting », proposent des destinations telles que la Russie, la Lettonie, la Slovaquie.

Dans les universités proposées par ces groupes, les cours sont tous dispensés en anglais. Les diplômes que l’on peut obtenir sont le Bachelor, après trois années d’études, et le Master après cinq années d’études. Les filières, quant à elles, sont aussi variées que : «Mechanical Engineering », «Aircraft maintenance », « Telecommunications », « Management » ou encore «Environmental science ».

De plus, « nous avons noué des partenariats avec des universités qui proposent aux étudiants de commencer leur cursus dans un de ces pays et de les finir en Grande-Bretagne, par exemple. Ces partenariats prévoient également que l’étudiant puisse bénéficier d’une réduction de ses frais de scolarité pouvant aller jusqu’à 40%, si son inscription se fait par notre biais», explique Venant Hareri, le directeur de l’ONG Educontact.

Pour étudier à l’étranger par le biais de l’Ong Educontact, par exemple, il faut constituer un dossier comprenant des photocopies certifiées conformes des diplômes et des relevés de notes, une photocopie du passeport, 3 photos 4X4 et des frais de dossier. « Ces frais varient de 100 à 250 dollars en fonction du pays choisi. Toutefois, il ne s’agit pas d’une commission versée pour les conseils que nous fournissons. Ce sont les frais exigés dans les universités et qui sont versés directement dans leurs comptes bancaires respectifs », précise venant Hareri.

Le dossier ainsi constitué est transmis à l’université, qui renvoie ensuite la lettre d’admission. «Les frais de scolarité sont spécifiés dans la lettre d’admission», ajoute Venant Hareri. Une fois la lettre d’admission reçue, l’étudiant doit prévoir des frais de procédure et des frais d’ « assistance-visa» qui peuvent aller à près d’un million de Francs cfa.
S’exprimant sur la sécurité des étudiants une fois partis dans ces pays, Venant Hareri déclare : « A la suite de certaines violences perpétrées sur des étudiants, nous avons arrêté d’envoyer des jeunes dans des pays tels que la Russie. De plus, nous gardons le contact avec nos étudiants et continuons d’apporter notre aide à ceux qui veulent changer de pays ». Pour illustrer ses propos, il montre des photos d’étudiants camerounais en Lettonie, qui sont collées sur les murs de son bureau.

Ecrit par Anne Mireille Nzouankeu
25/08/09

Leave a Reply

Your email address will not be published.