Cameroun – La corruption freine l’investissement US au Cameroun

Cameroun – La corruption freine l’investissement US au Cameroun
AngolaPress – [26/01/05]
Le Cameroun continue d`être lent dans tous les indices de perception de la corruption, ce qui décourage les intérêts des investisseurs a déclaré mardi, l`ambassadeur des Etats-Unis dans ce pays, Niels Marquardt.
Ce fléau a aussi des effets négatifs sur plusieurs aspects de la vie nationale et c`est également l`un des freins du potentiel de croissance et du développement dans tous les domaines a-t-il souligné, au cours d`une conférence de presse tenue à Yaoundé, la capitale du pays.
Le diplomate américain, tout en se félicitant des premiers indices dans la lutte du gouvernement camerounais contre la corruption, a promis l`aide de son pays dans toutes les initiatives visant à mettre un terme à ce phénomène.
————————————————–

CAMEROUN – La corruption freine l`investissement US au Cameroun
http://www.angolapress-angop.ao

Yaoundé, Cameroun, 26/01 – Le Cameroun continue d`être lent dans tous les indices de perception de la corruption, ce qui décourage les intérêts des investisseurs a déclaré mardi, l`ambassadeur des Etats-Unis dans ce pays, Niels Marquardt.

Ce fléau a aussi des effets négatifs sur plusieurs aspects de la vie nationale et c`est également l`un des freins du potentiel de croissance et du développement dans tous les domaines a-t-il souligné, au cours d`une conférence de presse tenue à Yaoundé, la capitale du pays.

Le diplomate américain, tout en se félicitant des premiers indices dans la lutte du gouvernement camerounais contre la corruption, a promis l`aide de son pays dans toutes les initiatives visant à mettre un terme à ce phénomène.

Evoquant les engagements des pouvoirs publics à payer régulièrement les salaires des fonctionnaires, les pensions des retraités et à prêter une oreille attentive aux besoins des populations, Niels Marquardt a estimé que cette démarche «réduira le désir de rechercher d`autres sources d`enrichissement, permettant un grand pas vers l`élimination de la corruption».

«Toutefois, selon lui, le programme ne disposerait pas de la crédibilité nécessaire, si le public n`y voyait également des actions pour punir les cas patents de corruption, par des personnalités de haut rang».

Dans le même ordre d`idées, il a invité les autres responsables camerounais dans le domaine des affaires, toutes les personnes ayant des intérêts au Cameroun, la société civile et même les citoyens ordinaires, à se joindre à cette croisade et a encourager les uns et les autres, à «insister sur le suivi, à demander des comptes en matière de bonne gouvernance, et, en définitive, à veiller à la réalisation diligente des grandes ambitions du pays et de son potentiel illimité».

Commentant le volet économique, l`ambassadeur des Etats-Unis a fait état de son insatisfaction quant à l`impact sur le Cameroun, de la loi américaine sur les opportunités d`affaires en Afrique (AGOA).

Tout en mettant cette tiédeur des échanges sur le compte de la mauvaise connaissance du marché américain par les exportateurs camerounais, ainsi que du trafic maritime lent, du fait de l`éloignement, il a annoncé dans la foulée, de nouvelles mesures pour faire face aux obstacles.

Le Cameroun a été admis à l`AGOA début octobre 2000 rappelle t- on. Entre janvier et novembre des années 2001, 2002 et 2003, ses exportations totales vers les Etats-Unis se chiffraient respectivement à 94,771 millions, 169,932 millions et 189,330 millions de dollars, selon les statistiques du département au Commerce, qui classait en 2003, le Cameroun au 103ème rang mondial des importations, sur un total de 236 pays.

Interrogé sur la réouverture probable au Cameroun, de l`Agence pour le développement international des Etats-Unis (USAID), Niels Marquardt a martelé que «c`est une fausse question centrée autour d`une mauvaise organisation».

Pour lui, «la vraie institution est fixée sur le compte des Défis du millénaire (MCA) qui se propose d`appuyer les investissements dans les pays dirigés avec plus de justice, qui investissent pour leur peuple et qui encouragent plus de liberté économique».

Le Cameroun pourrait être éligible à ce programme dans quelques années a expliqué le diplomate, ce pays devant encore améliorer les domaines de la santé et de l`éducation et son système démocratique à travers le dialogue politique, ou encore, la création de plus d`espace pour les voix dissidentes.

Il a noté que des progrès avaient été accomplis dans le domaine du respect des droits de l`homme, et encouragé tout ce qui peut concourir à son amélioration.

Sur un autre plan, il s`est appesanti sur la notion d`«immigration sélective» pratiquée par les Etats-Unis. Celle-ci «est liée au souci de faire émerger un climat d`investissements et d`opportunités d`affaires. Il faudrait par exemple, que des Camerounais reviennent s`installer chez eux, forts du potentiel et de l`expérience acquise chez nous».

Leave a Reply

Your email address will not be published.