Ces Tunisiens de Corée

Ces Tunisiens de Corée

Séoul – De notre envoyé spécial – Petite communauté, grande réputation : la Corée et les Coréens cultivent une réelle amitié pour la Tunisie et les Tunisiens. Ils ne sont au total que 17 ressortissants à résider dans ce magnifique pays de 40 millions d’habitants vivant dans un pays moins vaste que la Tunisie, avec un revenu annuel moyen de 20 000 $ par habitant. Nouveau dragon, misant sur la science et la technologie, le pays de Samsung, LG et autres grandes marques devenues internationales, offre à nos concitoyens de réelles opportunités d’affaires, mais aussi d’études et de recherche scientifique.

Les 17 Tunisiens de Corée sont pour la plupart étudiants, chercheurs et enseignants universitaires. Rien que le Korean Advanced Institue for Science & Technology accueille dans ses deux sites de Séoul et de Daejon, 10 d’entre-eux. De la professeur Olfa Maalaoui, au tout nouveau bachelier venu du lycée pilote de Gabès, Abdelmoumen Moumen, en passant par la cheville ouvrière, Amin Mcharek. Les autres sont cadres supérieures dans de grandes compagnies et même chefs d’entreprise.

Une communauté laborieuse qui est soudée autour de l’ambassade de Tunisie à Séoul, l’une des missions diplomatiques les plus dynamiques, de l’avis des dirigeants coréens. Célébration d’une date historique, tenue d’un congrès international, simple vernissage d’exposition, récital de poésie, séminaire économique, présentation d’une innovation technologique, ouverture d’un parc écologique et autres événements, petits et grands, notre ambassadeur, M. Mustapha Khammari, s’arrange toujours pour que la Tunisie y soit représentée. Une présence vivement saluée par les officiels et les médias.

Entre la Tunisie et la Corée, une proximité qui se développe

Ici, les journaux alignent des tirages qui peuvent dépasser les 2 millions d’exemplaires et rivalisent de concurrence et joutes, exerçant un redoutable contre-pouvoir. La place accordée à la Tunisie dans la presse écrite, mais aussi les autres médias, est remarquable. Non seulement à travers des reportages touristiques bien illustrés et d’évocations de notre patrimoine civilisationnel, mais aussi, à la faveur de nombre d’articles de fond sur l’avancée de la femme, l’essor économique, l’effort en matière d’éducation. Difficile de prétendre que les Coréens connaissent bien la Tunisie, mais le pays ne leur est pas inconnu. A son évocation, les visages s’éclairent d’un large sourire d’appréciation. Une proximité qui se développe sans cesse.

La chambre des Députés, aux débats fort animés, joue, elle aussi, un rôle central dans la vie politique. Son président, s’est rendu récemment en Tunisie et en garde un excellent souvenir, tout d’ailleurs comme le ministre de l’Environnement. Les échanges sont multiples et fructueux. Rien que durant ce mois de mai, pas moins de 60 hauts fonctionnaires de l’administration tunisienne se rendent, par vagues successives en Corée, pour participer à des séminaires intensifs réservés au top-management dans des techniques de pointe de gestion moderne des affaires publiques. Ils sont pour la plupart directeurs généraux dans différents ministères, chefs d’organismes publics et d’unités pilotes et conseillers de haut-niveau, ils sont invités à échanger avec leurs homologues les bonnes pratiques dans un souci de perfectionner le service public.

La vie à Séoul est d’un standing international. Des palaces prestigieux, de grands restaurants et toutes les marques internationales sont prises d’assaut par une clientèle autochtone fortunée et des touristes japonais friands de produits de luxe. Evidemment, le coût de la vie est élevé. Un peu trop pour nos étudiants et nos diplomates. Mais, ils parviennent se serrer la ceinture. Le climat, rigoureux en hiver et chaud en été, offre ses délices le reste de l’année, avec une végétation luxuriante. Un cadre de vie très agréable, avec plein de parcs, d’aires de jeux, et de centres de loisirs.

Nos 17 Tunisiens se plaisent beaucoup en Corée. Même s’ils bossent très dur et ne trouvent quasiment pas le temps de profiter pleinement de tant d’attractions naturelles et sportives. La parfaite symbiose avec l’ambassade réduit quelque peu la nostalgie du pays et leur permet de se retrouver régulièrement pour savourer l’arôme du pays. Conseillent-ils à leurs compatriotes de s’aventurer en Corée ? « Oui, répond à Leaders, l’un d’entre-eux. A condition que les candidats soient très sérieux, très travailleurs, capables d’une réelle endurance et d’une grande capacité d’adaptation. Fort de ces atouts, la voie de la réussite est ouverte». Etudiants, chercheurs, et hommes d’affaires pourront alors, avec une bonne préparation préalable, en tirer le meilleur avantage.

Source: http://www.leaders.com.tn/
10 mai 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published.