Emploi et formation professionnelle : Les ministres des pays de l’Uemoa en conclave à

Emploi et formation professionnelle : Les ministres des pays de l’Uemoa en conclave à Bamako

Pour jeter les bases d’un observatoire sous-régional de l’emploi et de la formation professionnelle, les ministres en charge de l’emploi et de la formation professionnelle des pays de l’espace Uemoa (union économique et monétaire ouest africaine) se réunissent à Bamako.

C’est au cours d’une conférence qui se tiendra, du 26 au 28 avril 2010, que les ministres poseront également les jalons de la pérennisation de relations d’échanges et de concertations entre les Etats sur les questions de l’emploi et de la formation professionnelle.

Au-delà du renforcement de la coopération sud-sud, cette conférence vise à définir une stratégie de promotion de l’emploi et de la formation professionnelle par la mise en place d’un observatoire sous-régional, à pérenniser des relations d’échanges et de concertation par l’instauration d’un cadre permanent de rencontre et de partage, d’information entre les ministres concernés, à inciter l’intérêt de tous sur le programme danois «la commission pour l’Afrique». Une cinquantaine de participants comprenant également des directeurs nationaux, de l’emploi et de la formation professionnelle ainsi que des directeurs d’observatoires de l’emploi et de la formation, des partenaires techniques (union africaine, Cedeao, Uemoa, Afristat, BIT, coopération danoise) sont attendus. La rencontre nourrit l’espoir d’être un cadre propice de renforcement du rôle de ces départements dans les stratégies nationales de réduction de la pauvreté. Elle s’inscrit dans le cadre de la présidence malienne de l’Uemoa confiée en mars 2009 au président de la République Amadou Toumani Touré.

Il faut dire que les autorités manifestent un désir de recentrage des politiques de développement sur l’insertion des jeunes dans la vie sociale et professionnelle qui accompagne le développement économique de nos pays. La création d’opportunités durables d’emploi productif et de travail décent pour les jeunes doit être au cœur de toute stratégie qui vise à bâtir des économies plus riches, des sociétés plus prospères et des démocraties plus solides. Il est avéré que les systèmes statistiques nationaux ne sont pas outillés pour rendre compte de la dynamique et des tendances du marché de l’emploi. Les insuffisances qui le caractérisent sont une insuffisante connaissance du marché de l’emploi et des services non coordonnés.

Seydou Coulibaly

Source: Le Républicain
23/04/2010

Leave a Reply

Your email address will not be published.