Etudes à l’étranger – Les bourses d’études de plus en plus rares

Etudes à l’étranger – Les bourses d’études de plus en plus rares

Les bourses traditionnelles accordées par des pays étrangers aux étudiants marocains sont d’origine européenne.

Cependant, avec le nombre de plus en plus limité de ces bourses, les étudiants se tournent vers d’autres destinations allant jusqu’au pays du soleil levant.

Bacheliers, étudiants de l’enseignement supérieur, cadres en quête de performance et de formation continue… sont tous à l’affût de bourses d’études à même de les aider, ne serait-ce qu’en partie à financer leurs études. C’est dans ce sens que ces étudiants cherchent toutes les offres qui leur passent sous le nez, notamment celles de pays étrangers. Cependant, depuis quelques années, ces bourses se font de plus en plus rares. En effet, la majorité de ces bourses, déjà rares, sont destinées, en grande partie à l’enseignement du troisième cycle et plus.

Ainsi, l’on peut constater que la France reste le pays qui offre plus de chances aux étudiants étrangers d’étudier. Cependant, ces derniers font des études grâce à des bourses de leurs pays d’origine. Pour octroyer des aides financières, la France exige par exemple que la formation visée ne soit pas proposée ou qu’il n’existe pas d’établissements de qualité la dispensant. Or, il est également possible d’obtenir des bourses de mérite ou dites « sur critères sociaux ».
De même, les bourses des organismes internationaux comme l’ONU, l’Unesco ou l’OMS, sont avant tout attribuées à des étudiants de troisième cycle ou en séjour de recherche qui ont fait une demande dans leur pays. Dans ce sens, l’Unesco publie un guide – en anglais- sur les bourses, «Study abroad» (www.unesco.org). L’une des bourses les plus importantes, appelée « Bourses Erasmus Mundus » est ouverte directement aux établissements d’enseignement supérieur, aux organismes de recherche au même titre qu’aux étudiants, aux doctorants, aux enseignants, aux chercheurs et au personnel universitaire du monde entier. Elle soutient des programmes de master européens et octroie des bourses d’études pour permettre à des étudiants du monde entier de poursuivre des études de deuxième cycle en participant à un master Erasmus Mundus en Europe.

Donc, cela relève d’un véritable casse-tête que de décrocher une bourse pour pouvoir étudier à l’étranger. Pourtant, les jeunes bacheliers, les étudiants en général, ne se découragent pas. Fascinés aussi par les systèmes anglo-saxons, ils ont de plus en plus les yeux rivés vers l’autre côté de l’Atlantique, les USA. Pour cette catégorie d’étudiants, ils doivent savoir qu’il faut envoyer son dossier plusieurs mois à l’avance. L’entrée universitaire est généralement en septembre et il faut envoyer le dossier avant le début du mois de janvier. Sachant qu’en général, la majorité des universités sont payantes (et sont très chères) mais il y a des chances au niveau de quelques universités comme Harvard, Yale, Stanford où les étudiants, dont les ‘’dossiers sont en béton”, n’aient à payer que de petites sommes calculées selon le revenu des parents (parfois des étudiants ne paient rien du tout).

Cependant, il est recommandé aux étudiants, pour avoir des dossiers ficelés, de bien travailler dès la première année du bac pour pouvoir avoir de bonnes notes. Il faut aussi penser à l’avance à avoir un bon score en TOEFL (il faut avoir 550 points). Il est recommandé pour les inscriptions de chercher directement le site Web de l’université choisie et suivre les instructions d’admission.
Par ailleurs, après le déclin des bourses étrangères des pays européens, ce sont aujourd’hui des pays ayant d’autres cultures et langues qui veulent séduire les étudiants marocains.

C’est le cas du pays du soleil levant qui prévoit six types de bourses au profit des étudiants marocains. En effet, six types de bourses du gouvernement japonais (Bourse Monbukagakusho) octroyées par le MEXT (Ministère de l’Education, de la Culture, du Sport, de la Science et de la Technologie) sont proposés aux étudiants marocains par le biais de l’ambassade de ce pays au Maroc. Il s’agit d’une bourse destinée aux bacheliers scientifiques et littéraires pour une durée de 5 ans (7 ans pour la médecine, médecine dentaire et médecine vétérinaire). Une bourse pour les bacheliers scientifiques et techniques souhaitant avoir une formation technique ou technologique spécialisée, pour une durée de 4 ans (4 ans et demi pour la technologie maritime et le diplôme octroyé à la fin du cursus de cette filière ne correspond pas à un diplôme d’ingénieur). Une autre pour tous les bacheliers souhaitant avoir une formation professionnelle pratique, pour une durée de 3 ans. Une quatrième dans le domaine de la recherche au profit des titulaires d’une licence et plus, pour une durée d’un an et demi, de 2 ans ou plus. La cinquième, destinée aux enseignants, pour la recherche en science de l’éducation dans des universités japonaises, pour une durée nécessaire à l’accomplissement d’un stage d’enseignant (pour la période d’octobre 2010 à mars 2012). La sixième bourse, pour les étudiants de spécialité en langue japonaise ou en civilisation japonaise, pour une durée d’une année. Pour toutes ces bourses, la décision d’attribution se fait à travers une présélection des candidats au niveau de l’ambassade et ensuite par le biais d’une deuxième sélection finale au niveau du MEXT.

Mais il faut signaler que l’année scolaire japonaise démarrant au mois d’avril, les boursiers sélectionnés commenceront leurs études au Japon à partir de ce mois de l’année suivante pour les bacheliers et à partir de ce même mois ou du mois d’octobre de l’année suivante pour les étudiants en recherche. Tous les cours étant en japonais, les boursiers commencent leurs études par une période d’apprentissage de la langue japonaise d’une durée d’un an pour les étudiants bacheliers et de six mois pour les étudiants chercheurs.

D’autres pays asiatiques s’intéressent aussi aux étudiants marocains : la Chine qui est liée avec le Maroc par un partenariat. Partenariat signé entre cette République populaire et le Maroc suivant lequel le gouvernement chinois a accordé 40 bourses aux étudiants marocains. Ainsi, chaque pays qui oeuvre pour le rayonnement de sa langue, sa culture, son histoire… prévoit des bourses d’études au profit des étudiants étrangers. C’est dans ce sens que les services consulaires restent les meilleures sources d’information s’agissant des bourses d’études proposées par tel ou tel pays.

Brahim mokhliss
Par Brahim mokhliss | LE MATIN

Source: http://www.lematin.ma
5 juillet 2010

2 Replies to “Etudes à l’étranger – Les bourses d’études de plus en plus rares

  1. Salut
    je suis un jeune cadre burkinabé,j’ai une maitrise en sciences économiques et un diplome de cadre en gestion de ressources humaines.Je souhaiterai obtenir une bourse en Buissness administration mais je ne sais où m’orienter donc je voudrais savoir si vous pouvez m’aider avec des sites de recherche de bourses SVP.

  2. je suis burundaise je veux continuer mes etudes pour avoir le master en droit des affaires je suis licencier en droit .je veux vous demander de m’indiquer comment je peux proceder pour l.obtenir svp aider moi,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *