Etudes supérieures à l’étranger : 12 universités canadiennes à la pêche aux étudiants

Etudes supérieures à l’étranger : Douze universités canadiennes à la pêche aux étudiants à Dakar

La volonté du Canada d’accueillir dans ses universités le maximum d’étudiants étrangers recoupe le désir des jeunes Sénégalais d’aller poursuivre leurs études supérieures à l’étranger en général et en Amérique du Nord en particulier. Un salon destiné aux parents et étudiants pour ‘vendre la destination Canada’ s’est ouvert, hier, à Dakar.

Durant deux jours (lundi 25 et mardi 26 janvier 2010), douze institutions d’enseignement supérieur canadiennes venant de sept provinces et quatre écoles supérieures basées à Dakar et offrant des programmes conjoints avec des universités canadiennes permettront aux élèves, étudiants et parents d’avoir une meilleure compréhension de la destination Canada pour les études post-Baccalauréat. Le salon qui a été ouvert, hier, au Méridien président par les autorités de l’ambassade du Canada à Dakar, en présence du ministre de l’Enseignement supérieur et des Cur, sera une occasion pour procéder à des admissions préliminaires.
La première journée d’hier a été marquée par un engouement certain, surtout des élèves de terminales des lycées de Dakar. C’est le cas de Khadidiatou Dione, élève en classe de terminale au Collège Sacré-Cœur. ‘J’ai été informée de la tenue de ce salon par le directeur de notre établissement. Pour le moment, je ne suis pas encore intéressée par les études au Canada, car mon ambition est de faire une licence au Sénégal dans la mesure où il y a une coopération entre des institutions d’enseignement supérieur sénégalaises et canadiennes, avant d’aller poursuivre mes études au Canada. Ce salon nous intéresse beaucoup. C’est la raison pour laquelle nous avons fui les cours pour venir’, soutient-elle. Mouhamadou Saliou Barro, élève en terminale scientifique du lycée d’excellence, ne dit pas autre chose : ‘Je suis intéressé par les études au Canada. Seulement, je trouve qu’elles sont chères, à moins d’avoir une exonération’.

Luc Brutnette, directeur du Collège Sacré Cœur et Canadien d’origine, signale qu’au départ, ‘les autorités de l’ambassade allaient trouver les élèves dans leurs écoles pour les informer des opportunités d’études au Canada. Mais, vu le nombre d’établissements, c’était très difficile. C’est pourquoi maintenant, ils invitent les élèves dans un endroit. Et cela donne plus de possibilités de rencontres entre les élèves et les responsables des universités canadiennes’. D’après notre interlocuteur, le mérite de ce salon, c’est qu’il donne des informations précises sur les filières d’études. ‘Certains élèves ont de vagues informations sur ce qu’ils veulent faire. Ce salon est l’occasion de s’informer sur le chemin qu’ils veulent emprunter pour réussir dans la vie. Car on ne fait pas des études pour le plaisir d’étudier, il faut que cela débouche sur un métier’, indique le directeur du Collège Sacré Cœur.

Pour sa part, le conseiller à la coopération de l’ambassade du Canada à Dakar, Ivan Roberts, dira que ‘le but de cet événement est de faire de la publicité pour l’enseignement supérieur au Canada. Nous pensons que c’est une option très attirante pour les étudiants sénégalais de venir au Canada en termes de prix, de qualité de l’éducation et de possibilités de travail pendant leur séjour’, explique-t-il. Interpellé sur les coûts élevés des études au Canada, le conseiller à la coopération de l’ambassade du Canada relativise : ‘Tout est relatif. Le Canada n’est pas parmi les pays les plus chers au monde. Les études supérieures sont plus chères aux Etats-Unis ou dans certains pays d’Europe. Il y a néanmoins des possibilités de bourses pour les Sénégalais. Par exemple, les bourses de la francophonie auxquelles le Canada contribuent pour diminuer le coût des études au Canada’.

AMADOU TIDIANE BA (MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR) : ‘Le Sénégal continuera l’effort de soutien à ses étudiants au Canada’

‘Le Sénégal continuera l’effort de soutien à ses étudiants au Canada’. Telle est l’assurance donnée, hier, par le ministre de l’Enseignement supérieur et des Cur, le Pr Amadou Tidiane Bâ, à l’issue de sa visite des stands des douze universités canadiennes venues vendre leurs programmes à Dakar. Le ministre de l’Enseignement supérieur reconnaît lui-même que les études au Canada sont réputées chères. ‘Depuis que j’ai pris fonction au niveau du ministère de l’Enseignement supérieur, j’ai constaté que les études sont très chères là-bas. Je reçois beaucoup de parents qui ont envoyé ou veulent envoyer leurs enfants là-bas. Ils viennent me demander quel appui l’Etat pouvait apporter, après m’avoir expliqué les efforts louables qu’ils faisaient. Parce que c’est plusieurs millions par an pour étudier au Canada’. Et de rappeler que le Québec et le Sénégal sont liés par une convention qui permet aux étudiants sénégalais de bénéficier d’exonération dans les frais de scolarité. ‘Entre le Canada, le Québec plus exactement et le gouvernement du Sénégal, il y avait une convention qui offrait des exonérations sur les frais d’inscriptions. Il y en avait au départ 120 par an. Mais, il y a longtemps. En ce moment, il n’y avait pas cet engouement et l’Etat n’utilisait pas les 120 exonérations. Par la suite, le Québec a baissé les exonérations jusqu’à 90, quitte à revenir plus tard sur les 120 possibilités. Il s’est trouvé que, plus tard, il y a d’autres demandes venant des autres pays africains donc le Sénégal est resté à 90 jusqu’à cette année’, informe-t-il.

Le Pr Amadou Tidiane Bâ précisera encore qu’il a reçu du Québec ‘un projet de convention visant à réduire ce quota’. ‘Je dois dire qu’à côté de ces exonérations, le Sénégal donnait à ceux qui le souhaitent, une aide de 100 000 francs mois et par étudiant. Et cette aide va continuer, selon la qualité des études. Car ce seront des bourses d’excellence. Et nous pouvons même envisager d’augmenter le montant de cette aide si le nombre d’exonérations doit baisser du côté québécois’, rassure-t-il.

Par ailleurs, le ministre de l’Enseignement supérieur a fait part de ses impressions à l’issue de sa visite. ‘Mes impressions sont très bonnes. Mais je ne suis pas surpris. Car je connaissais déjà la qualité de l’enseignement au Canada. Les universités canadiennes ont certainement constaté l’engouement, c’est pourquoi, elles sont sorties pour venir présenter ici au niveau de Dakar leur offre de programme. Les universités canadiennes offrent parfois une formation qui correspond aux profils souhaités dans nos pays. Parce que c’est à la fois académique et très pratique. Le côté académique, c’est l’influence francophone, le côté pratique, c’est l’influence américaine. Ce qui offre un profil de type français que nous connaissons et américain’. Ajoutant que ‘la qualité de la formation des universités canadiennes était déjà bien connue au Sénégal parce que l’Ecole polytechnique de Thiès a été mise en place par l’Ecole polytechnique de Montréal.Il y a d’autres institutions comme l’Institut des sciences de l’environnement du Québec qui a fortement appuyé l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar que j’ai dirigé. Donc, je ne suis pas surpris par l’engouement des élèves pour la qualité des universités canadiennes’.

Mamadou SARR
26/01/10
Source: http://www.walf.sn

One Reply to “Etudes supérieures à l’étranger : 12 universités canadiennes à la pêche aux étudiants”

  1. BONJOUR;je suis Algerien titulaire d’un diplome de master 2 bac+5 en lettres et langue francaise je veux poursuivre mes etudes et je veux une reduction des frais de mes etudes de doctorat en litterature francaise et une bourse si possible merci d’avance

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *