France – Organisation de l’Enseignement Supérieur

Organisation de l’Enseignement Supérieur en France

En France, l’enseignement supérieur se caractérise par une pluralité de centres d’enseignement ayant des finalités, des structures et des conditions d’entrée différentes. Cependant, deux principaux types d’établissements coexistent: les Universités et les Grandes Ecoles.

Sommaire
Des formations dans tous les domaines et à tous les niveaux
La France, espace privilégié de formation de l’Afrique francophone
Le calendrier universitaire

Des formations dans tous les domaines et à tous les niveaux

Les universités ou l’enseignement supérieur long
Plus de 50% des élèves qui obtiennent le Baccalauréat (diplôme de fin des études secondaires) ou un diplôme équivalent vont à l’université. La formation y dure en moyenne 4 ans (Maîtrise).

Il existe plus de 80 universités publiques en France.

Ces universités :

dispensent un enseignement théorique et pratique avec une finalité professionnelle dans tous les domaines (lettres, arts, sciences humaines, sciences juridiques, sciences politiques, économie, gestion, sciences exactes, médecine, pharmacie, technologie…)

forment des étudiants à l’enseignement et à la recherche.

Les Grandes Ecoles
Elles offrent une formation de haut niveau avec une finalité professionnelle : formation d’ingénieurs généralistes, de cadres supérieurs et de décideurs de l’administration, de l’industrie et des services. La plupart de ces établissements sont publics et tous (tant publics que privés) sont reconnus par le Ministère de l’Education français.

Certaines Grandes Ecoles sont plus prestigieuses que d’autres. L’entrée est très sélective et se fait par concours après une préparation de deux ans en cycle préparatoire ou par diplôme en première ou deuxième année (Titulaires de Deug, Licence, Maîtrise etc.)

Les filières professionnelles (BTS, IUT, IUP)
Elles forment des techniciens supérieurs, des ingénieurs études. Bref, des responsables d’entreprise immédiatement opérationnels.

On distingue :

Les BTS : Brevets de Techniciens Supérieurs (Bac + 2)
– Ils sont préparés dans les lycées d’enseignement supérieur ;
– L’admission se fait sur dossier ;
– La formation est centrée sur des domaines strictement définis (tourisme, hôtellerie, automobile, construction, publicité, santé…) et comprend des stages en entreprise ;
– Il existe de nombreuses possibilités pour poursuivre les études après le BTS.

Les IUT : Instituts Universitaires de Technologie (Bac + 2)
– Ils sont rattachés aux universités ;
Ils proposent des spécialisations en ingénierie, gestion d’entreprise, nouvelles technologies etc ;
– L’admission se fait sur dossier ;
– Il existe des possibilités de poursuivre les études après l’obtention du DUT – diplôme universitaire de technologie.

Les IUP : Instituts Universitaires Professionnels (Bac + 4)
– Ils sont rattachés aux universités ;
– Ils forment des cadres dans des domaines spécialisés (ingénierie, gestion d’entreprise, agriculture, nouvelles technologies etc.) ;
– L’admission se fait sur dossier.

Les écoles spécialisées
Elles préparent en 2-3 ans pour des postes dans la profession de santé (sage-femme; infirmier,…), hôtellerie, design etc.

D’autres écoles supérieures proposent des formations spécifiques de haut niveau dans beaucoup de domaines: art, architecture, agriculture, magistrature, administration, etc. L’entrée dans ces écoles est très sélective.

Les écoles privées
Dans la grande majorité, il s’agit d’écoles d’ingénieurs ou d’écoles de commerce et de gestion. Comparées aux universités, instituts et écoles du public, ces écoles coûtent très chères. Les frais de scolarité sont en moyenne de 4.500 euros par an (environ 3 millions de francs CFA).

La France, espace privilégié de formation de l’Afrique francophone

Malgré une politique de restriction des visas, la France reste l’espace privilégié de formation de l’Afrique francophone. Plus de 50% des quelques 180.000 étudiants étrangers inscrits dans les Grandes Ecoles, universités et instituts rattachés en 2002 viennent d’Afrique.

Qui sont les étudiants étrangers en France?
L’étudiant étranger type sur le sol français est un garçon de 25 ans. Il est inscrit en 3e cycle lettres ou sciences humaines, à Paris, et vise un diplôme supérieur à bac+5. Comme ses homologues français, il est assez insatisfait des conditions générales de ses études, expose l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE)….
(Source : L’Observatoire Boivigny est une publication de l’association Boivigny, 9 juillet 2005)

Réparation des étudiants africains dans les universités françaises en 2001-2002

Pays Nombre d’étudiants
1. Maroc 26.075
2. Algérie 13.601
3. Tunisie 7.250
4. Sénégal 6.166
5. Cameroun 3.664
6. Cote d’Ivoire 3.125
7. Madagascar 2.953
8. Congo 2.569
9. Gabon 2.266
10. Maurice 1.573
Source: Statistiques sur les étudiants étrangers à l’université en 2001-2002, Education.gouv.fr.

Domaines d’études
En règle générale, les étudiants africains choisissent majoritairement les filières littéraires au détriment des filières scientifiques (alors que ces dernières sont celles qui permettent de rapidement trouver un emploi à l’issue de la formation). Dans les filières économiques (AES inclus), on retrouve particulièrement les Sénégalais, les Ivoiriens et les Congolais alors que les Camerounais optent majoritairement pour les Sciences et les STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives).

Le calendrier universitaire

En France, l’année universitaire débute en octobre et se termine en mai pour les universités, de septembre à juin pour les autres établissements de l’enseignement supérieur.

Leave a Reply

Your email address will not be published.