Le GMAT

Qu’est-ce que le GMAT ?
Le GMAT est un test utilisé à travers le monde par près de 1.700 écoles de gestion. Près de 1.000 programmes de MBA exigent les résultats du GMAT pour la sélection des étudiants.

D’une durée d’environ 4 heures, le GMAT évalue principalement la capacité d’une personne à raisonner et à analyser. Il mesure certaines aptitudes essentielles pour la réussite des études dans un programme tel que le MBA.

Le GMAT ne teste pas une connaissance spécifique en business ou autre sujet en particulier. Les qualités testées sont celles que tu dois normalement avoir acquises au cours de ton parcours académique. Le test est noté de 200 à 800 points.

Le GMAT-CAT (Computer-Adaptive Test)
En vigueur depuis octobre 1997, le CAT a remplacé l’ancienne version du GMAT qui se déroulait sur papier. Dans cette nouvelle version, le test se déroule sur ordinateur et, fait important par rapport à la version papier, la difficulté s’adapte au niveau du candidat (adaptive). Ainsi, la première question des deux parties est de difficulté moyenne. La suivante sera plus difficile en cas de bonne réponse ou plus facile en cas de mauvaise réponse. Plus on répond juste aux questions difficiles et plus on augmente son score. Une bonne réussite au GMAT dépend donc en partie d’un bon entraînement au test, ce qui permet de mieux en saisir les mécanismes.

Il est nécessaire d’avoir un minimum de connaissance en informatique vue que le test se déroule sur ordinateur.

Format du test

Rédaction de textes
Exercices d’analyse:
Analyse d’un problème – 1 sujet – 30 minutes
Analyse d’une argumentation – 1 sujet – 30 minutes

Section quantitative
Questions à choix multiples
Résolution de problèmes – 37 questions – 75 minutes

Section qualitative
Compréhension, raisonnement et correction d’énoncés – 41 questions – 75 minutes

Durée totale : environ 4 heures

Durant la première partie du test, notée de 0 et 6, il s’agit de traiter deux sujets d’expression écrite (rédaction de deux essais) en 30 minutes chacun. Viennent ensuite des QCM (cinq réponses sont proposées) en mathématiques (37 questions en 75 minutes) et en anglais écrit (41 questions en 75 minutes).

Astuces pour le GMAT
Il est essentiel de bien se familiariser avec le déroulement des différentes parties du test avant le jour J : cela te permettra de gagner un temps précieux.

Il est important de répondre à toutes les questions quitte à « deviner » les réponses. En effet, ton score final sera bien plus pénalisé si tu ne répondes rien (ce qui équivaut à une réponse fausse) que si tu réponds au hasard (4 réponses possibles, donc 25% de chances d’avoir juste).

Les 10 premières questions de chaque partie (Quantitative et Verbal) sont très importantes : il faut impérativement les réussir pour faire monter ton score à un niveau tel que quoi qu’il arrive par la suite, tu ne « redescendes » pas à un niveau trop bas. A l’inverse, si tu rates ces 10 premières questions, il te sera très difficile de remonter la pente pour atteindre le niveau de questions qui donnent un bon score final. Accorde-toi donc du temps aux 10 premières questions, moins aux questions suivantes.

Attention, il est impossible de revenir sur une question car il faut impérativement répondre pour avoir accès à la suivante.

Toutefois, les 7 ou 8 dernières questions sont également importantes. En effet, 4 ou 5 questions ne comptant pas dans ta note finale vont se glisser dans le QCM. Les responsables du GMAT font cela à des fins de sondage : cela permet de jauger le niveau « moyen » des candidats. Cela ne sert à rien pour toi, mais permet de s’assurer de la pertinence des niveaux de questions du GMAT. Tu n’auras aucun moyen de repérer ces questions au cours de ton QCM. Toutefois, ces questions sont intéressantes dans ta stratégie : elles sont toujours placées au milieu du QCM.

Partie Quantitative : ici, ce qui compte, c’est la rapidité (comme pour le reste du test d’ailleurs). Donc, inutile de te lancer dans des calculs longs et faisant appel à pleins de théorèmes : le raisonnement n’est pas noté. Ce qui compte c’est la réponse. Ne perds donc pas trop de temps si tu n’arrives pas à répondre à la question.

Partie Quantitative, suite (Data Sufficiency) : il est impératif de connaître par cœur la formulation des questions : tu n’auras pas le temps de la relire le jour de l’examen.

Astuces pour réussir la partie Data Sufficiency :

1. Face à une question (partie Data Sufficiency) : tout d’abord, pose-toi la question de savoir ce qu’on te demande.

2. Ensuite, Lis les informations du 1er paragraphe.

Les informations du 1er paragraphe sont-elles suffisantes pour résoudre/répondre à la question ?.
a. Si OUI, la solution sera soit la réponse A ou la réponse D.

Ensuite, regarde les informations du 2ème paragraphe :

Les informations du 2ème paragraphe sont-elles suffisantes pour résoudre/répondre à la question ?.
Si OUI, la solution sera la réponse D (signifiant que chaque paragraphe (le paragraphe 1 ou le paragraphe 2) permet SEUL de résoudre le problème.
Si NON, la solution sera la réponse A.

b. Si NON, la solution sera soit B, C ou E.

Ensuite, regarde les informations du 2ème paragraphe.

Les informations du 2ème paragraphe sont-elles suffisantes pour résoudre/répondre à la question ?
Si OUI, la réponse sera B.
Si NON, la réponse sera soit C ou E.
Ensuite, regarde les informations contenues dans les paragraphes 1 et 2 ensemble.

Ces informations (la combinaison des deux paragraphes) sont-elles suffisantes pour résoudre/répondre à la question ?
Si OUI, la réponse sera C (signifiant que la combinaison des deux paragraphes est nécessaire).
Si NON, la réponse sera E (signifiant que les informations ne permettent pas de répondre à la question).

Partie Verbal : les concepteurs du test cherchent toujours à tester les mêmes connaissances grammaticales. Apprend leurs pièges classiques, tu connaîtras les bonnes réponses.

Les essais : apprends par cœur quelques structures types à plaquer sur le thème de l’essai qui te sera proposé. Le but n’est pas de faire une longue dissertation avec pleines de citations. Au contraire, tu devras ici prouver que tu sais tenir dans les limites d’un exercice convenu. Le correcteur attend que tu respectes certaines formes, que tu emploies certains mots. Il recherche également un raisonnement structuré. C’est l’ « E-rater », un programme informatique, qui corrigera en partie tes deux essais. Les essais sont également corrigés par un correcteur. Si ce dernier et l’ « E-rater » sont d’accord sur la note, tu recevras leur score. Par contre, si leurs notations diffèrent, un troisième correcteur départagera les deux précédents.

Quel score exige-t-on ?
Le score de 550 points est, en moyenne, le minimum requis par les Business Schools. Cependant, 600 est le score minimal pour intégrer un MBA de niveau correct.
Remarque : l’importance que les directeurs d’admissions accordent au GMAT varie en fait en fonction du candidat : on passera plus aisément sur le score moyen au GMAT obtenu par un ingénieur que sur celui d’un étudiant en matières littéraires, car dans le cas de ce dernier, le GMAT est le seul indicateur de sa capacité à apprendre les sciences.

Comment se préparer au GMAT ?
Il est fortement recommandé de bien se préparer avant de passer le GMAT, et ce, plusieurs semaines avant le jour J. Le GMAT peut être préparé au moyen de cours, de livres ou à l’aide d’un cédérom de préparation, GMAT POWERPREP, qui peut être téléchargé gratuitement sur le site officiel du GMAT.

Coût du test
Passer le GMAT coûte cher. Environ 200 dollars américains. C’est donc un investissement qu’il ne faut pas prendre à la légère : le test se prépare bien à l’avance (1 mois au moins).

Pour en savoir plus
Nous t’invitons à consulter www.gmat.org
Tu y trouveras :
une description détaillée du GMAT ;
la façon de se préparer au test ;
des exemples de questions et la possibilité de télécharger la documentation préparatoire ;
la liste des centres de tests et leur numéro de téléphone ;
des explications sur la présentation des résultats.

Leave a Reply

Your email address will not be published.