Mali – Salon de recrutement Tremplin’2009 de Paris

Salon de recrutement Tremplin’2009 de Paris : L’APEJ renseigne les jeunes de la diaspora

Les salons de recrutement font aujourd’hui partie des outils de recherche d’emploi pour les jeunes diplômés mais aussi pour les cadres au même titre que la réponse aux offres d’insertion. A l’autre bout de la chaîne, ils s’intègrent aussi dans les politiques de recrutement des entreprises. C’est pour promouvoir cette approche que l’APEJ a participé du 2 au 7 juillet dernier à Paris au premier salon de recrutement de l’Association des Diplômés et Etudiants Maliens de France.

Malgré l’avènement de nombreux outils de recherche d’emplois (site web d’emplois, sites d’entreprises et de cabinets de placement, presse spécialisée, annonces radiodiffusées, etc.), les salons de recrutement détiennent la notoriété du contact direct entre les recruteurs et les demandeurs d’emplois.

Le salon « Tremplin’2009 » organisé à l’initiative de l’ADEM-France avait pour but de favoriser l’insertion professionnelle des étudiants, jeunes diplômés et cadres africains en Afrique.

Pour cette première édition, l’ADEM a associé de grandes entreprises principalement présentes en Afrique (telles que Bolloré Africa Logistics), mais aussi plusieurs entreprises et structures privées maliennes à la recherche de compétences. L’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (APEJ) qui a pour mission principale de concourir à l’insertion des jeunes a pris part aux différentes activités du salon au même titre que l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE).

La journée du 4 juillet qui a été consacré à l’espace de recrutement à la Maison des Initiatives Etudiantes (MIE) a enregistré la participation du Directeur National de l’Emploi, Drissa Koïta, du Représentant de l’Ambassadeur du Mali en France, M. Oumar Boubèye Maïga ainsi que du Directeur Général de l’APEJ, Modibo Kadjoké et du Coordonnateur du projet BIT/APERP Mali, Saliha Doumbia.

Les partenaires du salon étaient largement représentés : Bolloré Africa Logistics, Afip, Animafac, Campus France, le Cifam, le comité Afrique du Medef International, Enda Europe, Malijob.com, Etudiants et développement, Entrepreneurs en Afrique, la presse malienne à Paris et le Cigem.

Les organisateurs de l’évènement ont mis l’accent sur les objectifs de l’ADEM dont la valorisation des compétences des étudiants et des diplômés maliens en France et l’insertion professionnelle de ceux-ci au Mali, notamment à travers l’initiative «Boussole». Ce salon représente la 3è grande activité de l’association après le forum sur l’insertion professionnelle des jeunes de juillet 2008 à Paris et le forum sur l’adéquation formation-emploi de la même année à Bamako.

A la suite du Directeur National de l’Emploi qui a rapporté le message de soutien du Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, le représentant de l’Ambassadeur du Mali en France s’est félicité de la pertinence des objectifs de l’évènement qui contribuera à donner des réponses à une importante préoccupation des jeunes de la diaspora malienne qui n’ont jamais été omis dans les programmes nationaux de l’emploi et de la formation professionnelle.

L’espace de recrutement s’est déroulée en deux phases. Dans un premier temps, l’auditoire a pu apprécier l’étendue des missions et des produits de l’ANPE, de l’APEJ et du Projet Entrepreneurs en Afrique et plus particulièrement des dispositifs en matière d’accompagnement des jeunes promoteurs d’entreprises. Le Directeur Général de l’APEJ a évoqué des raisons objectives qui ont prévalu à la création de l’APEJ dont la mission est de concourir à la création d’emplois pour les jeunes, hommes et femmes de 15 à 40 ans, urbains ruraux, diplômés ou non notamment en facilitant leur accès au marché du travail et au crédit.

Les quatre composantes des axes d’intervention

Les axes d’intervention sont repartis entre quatre composantes que sont le renforcement des capacités des jeunes par le biais des stages de qualification, le volontariat et l’apprentissage, le développement de la culture d’entreprise chez les jeunes, la mise en place d’un dispositif de financement et de garantie, l’appui-conseil aux collectivités locales pour la conception et la mise en œuvre de programmes multisectoriels d’investissements intensifs en emploi et l’instauration de partenariats pour le développement de l’emploi des jeunes.

Le sujet de l’auto-emploi a suscité un grand intérêt auprès du public dont les questions ont porté sur les contours de la création d’entreprise et la mobilisation des investissements. L’application de l’approche dite haute intensité de main d’œuvre (HIMO) employée par l’APEJ dans ses interventions urbaines et rurales (pavage, dallage, aménagements, pistes rurales, etc.) a également fait l’objet d’intérêt, notamment chez les associations de migrants.

Dans un second temps, les candidats ont pu accéder aux différents stands afin d’obtenir les renseignements utiles, postuler pour des offres ouvertes et alimenter les bases de données en fonction de leurs spécialités.

Il faut noter que les étudiants et les jeunes diplômés Maliens qui résident en France présentent de grands atouts de pointe en terme de niveau de formation et de spécialités : finances, gestion, managements, stratégies, marketing, économie, industrie, commerce, informatique, langues, assurance, audit, administration, etc.

Le souhait d’exercer au Mali est également partagé à condition que les emplois soient sécurisés et assez valorisants. Le marché de l’entreprenariat est également très porteur dans plusieurs branches d’activités à l’heure où le gouvernement a consenti d’énormes efforts pour assouplir les démarches et les procédures liées à l’investissement, notamment à travers le guichet unique de l’API. De nombreux immigrés souhaitent cependant l’ouverture d’un guichet spécial pour les Maliens de l’extérieur.

Les activités du salon se sont poursuivies le 5 juillet avec la rencontre entre les acteurs institutionnels et les associations de migrants au siège de l’Adecyf à Montreuil. Présidée par M. Soumeylou Boubèye MAÏGA, Président du Conseil d’Administration de l’APEJ, cet espace à permis au public d’appréhender les outils développés pour répondre aux préoccupations des jeunes en matière de d’emplois : politique, employabilité, financement, formation, formalités, développement local et emplois ruraux, créneaux et secteurs porteurs, etc.

Parmi les activités, il convient également de citer des rencontres avec les jeunes migrants à l’AGECA, l’évaluation du salon, l’exposé sur les interventions du BIT et principalement de l’APERP au Mali.

Des mesures ont été définies afin de poursuivre cette dynamique de communication qui vient renforcer les dispositifs existants pour l’ensemble des groupes cibles. Les différents participants se sont réjouis du succès de cette première et se sont donnés rendez-vous pour des occasions aussi riches que pertinentes dans les objectifs et dans les impacts concrets.

Le salon a permis aux structures du Département de l’emploi de renseigner leurs bases de données et de satisfaire les besoins d’informations des jeunes, au recruteurs d’opérer des présélections pour de nombreux postes et aux maliens de France de mesurer l’engagement des autorités à prendre en charge la question de la formation et de l’emploi.

De nombreux chantiers de partenariat ont pu également se dessiner entre les acteurs institutionnels français et maliens dans le domaine de l’accompagnement des jeunes promoteurs.

*Sources CICOM APEJ

Source:
L’Indépendant
22/07/2009

Leave a Reply

Your email address will not be published.