Portrait – Harvard University, la “Dream Team” sénégalaise (Success Story)

Portrait – Harvard University, la “Dream Team” sénégalaise (Success Story)

REUSSIR – Pour beaucoup de jeunes, étudiants comme cadres, et depuis toujours, la Harvard University est ce qu’il y a de mieux, dans le monde, en matière de formation professionnelle.

En effet, la fameuse université située à Cambridge, dans le Massachusetts, est à la fois, la première, la plus ancienne, la plus riche et surtout la plus prestigieuse aux Etats-Unis et dans le monde. Pas moins de 40 prix Nobel sont sortis de ses rangs. Un corps professoral réputé, des étudiants venant de partout et avec plus de cent nationalités.

Par eux, actuellement, six compatriotes, Sénégalais bon teint, qui sont parvenus à accéder à ce Panthéon du Savoir, ce haut lieu de production de l’élite qui dirige les affaires du monde. Ils sont pensionnaires de la Harvard Business School, l’école de management la plus cotée et la Kennedy School of Government, l’école de sciences politiques, qui forme la haute administration américaine et mondiale, qui est l’équivalent de l’ENA en France. Ils sont deux filles, brillantes et volontaires, Nayé Bathily et Léna Séne, qui ont le leadership dans le sang pour avoir des papas « très politiques ». On n’est pas la fille de Abdoulaye Bathily (LD) ou de Ibrahima Séne (PIT) sans ressentir, dans ses entrailles, cette fibre de conquérant. Le communisme étant bel et bien mort, elles sont alors parties à la conquête de l’Amérique du Savoir et du Business pour se forger un destin, non pas local, mais plutôt international.

Elles sont des enfants de la mondialisation au même titre que leurs condisciples, garçons, à savoir Momar Dieng, Ousseynou Nakoulima, Souleymane Martial Ba ou Fodé Ndiaye, qui n’a pas souhaité participer à cet exercice, tenu à un devoir de réserve. Avant eux, d’autres valeureux compatriotes ont suivi un cursus à Harvard. Dont le tout premier, au début des années 70, est le doyen Papa Alioune Ndao, banquier à Londres et plus récemment, Pape Madiaw Ndiaye (fondateur du fonds d’investissement AFIG) Cheikh Oumar Seydi (DRH/ IFC Groupe Banque Mondiale à Washington) ou Ramatoulaye Diallo (ex-AFIG, sœur de Mamadou Lamine Diallo)…

NAYE A. BATHILY « Redonner de ce que j’ai reçu… » Naye Bathily a débuté sa carrière professionnelle au sein de grandes organisations internationales. Au siège de la Banque mondiale à Washington, elle est consultante à la Division de la communication, où elle lance notamment le concept « Projet du mois » et collabore à la publication de l’ouvrage « Our Dream is a World free of Poverty ». Depuis 2001, elle est en charge des relations avec les parlementaires du monde entier au bureau des relations extérieures à Paris. Elle est la première recrue à ce poste et participe activement à la création, au sein de cette institution, du premier réseau parlementaire mondial sur la Banque mondiale. Une plate forme unique permettant le dialogue des membres des parlements de tous pays sur les enjeux majeurs liés aux problématiques de développement. Au cours des sept dernières années, elle a initié et orchestré nombre d’ateliers de réflexion et de conférences internationales impliquant des centaines de représentants élus du monde entier, autour de thématiques spécifiques aux pays émergents. « Gouvernance », « Gestion des ressources naturelles », « Sida et VIH », sont quelques uns des sujets qui y sont développés. Elle œuvre également et plus particulièrement en Afrique pour une meilleure mobilisation et coopération des parlementaires sur le continent. Son action se déroule ponctuellement sur le terrain des opérations financées par la Banque, puisqu’elle initie durant cette période, quelque vingtaine de visites de haut niveau de parlementaires de tous pays dont des membres du Congrès Américain et du Parlement Européen dans les pays bénéficiaires de l’aide au développement. Elle a, dans ce cadre, coordonné et participé à des rencontres internationales de parlementaires avec une dizaine de chefs d’Etats et de nombreux dirigeants du Secteur privé et de la Société civile en Afrique, en Asie et au Moyen Orient.

En 2004, elle s’engage et devient un des piliers du réseau de professionnels africains de la Diaspora « Espace Jappo » qui favorise la rencontre et la promotion des cadres originaires du Sénégal et dont elle demeure encore aujourd’hui membre du conseil d’administration.

Actuellement, en Master d’Administration publique à l’Université de Harvard, elle a rejoint le prestigieux programme Edward Mason à la Kennedy School of Government de Harvard en 2008. Ce programme de Master a formé nombre de leaders politiques et de la diplomatie internationale. Comme la première femme, devenue présidente en Afrique, Ellen Johnson Sirleaf du Libéria, le président Felipe Caldero du Mexique ou bien encore le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki Moon. En septembre 2008, elle franchit un pas supplémentaire vers de possibles fonctions publiques puisqu’elle est admise à participer au très convoité programme de formation politique de la Kennedy School de Harvard « From Harvard square to the Oval office » qui favorise une meilleure représentativité des femmes dans le service public.

Auparavant, elle a obtenu en 1998, avec mention honorable, un double diplôme en Relations et Commerce internationaux de l’Université de Maryland et, par la suite, elle a complété le cycle de formation LEAD International en 2005 (Leadership pour l’Environment et le Development, Londres), Depuis longtemps, Naye a toujours souhaité de servir son continent : « Je suis une privilégiée, ayant reçue un bon niveau d’éducation, une expérience de plus de dix ans dans le développement international et, par la même, de comprendre ce dont un pays a besoin pour se développer ». Elle ajoute avec conviction : « Je veux contribuer à un changement significatif au Sénégal et plus largement en Afrique. Il est largement temps de redonner un peu, voire beaucoup, de ce que j’ai reçu ».

LENA SENE Ancienne stagiaire à la Maison Blanche Quant à Léna Sène, elle est étudiante en MBA à la Harvard Business School. Juste avant Harvard, elle avait été sélectionnée, avec 13 autres Américains, au niveau national, au White House Fellowship, un programme de leadership qui existe aux Etats Unis depuis 44 ans. Ce qui lui a permis de travailler comme stagiaire, à la Maison Blanche, sous le magistère d’un certain Georges W. Bush…

Avant sa nomination au titre de Fellow, Léna avait été Représentante d’Investissement dans le Private Investment Management Division de Lehman Brothers et Banquière à JP Morgan Private Bank. Où elle a co-fondé le Global Private Banking Analyst Forum, une initiative qui a abouti à un échange mondial des meilleures pratiques dans le Private Bank. Dans son rôle de Coordonnateur Mondial du Forum, Léna a supervisé les représentants du Chili, Chine, France, Italie, Espagne, Suisse, Royaume-Uni et des États-Unis. Elle a été choisie comme la seule “JPMorgan Chase Rising Star” durant la conférence annuelle de Women’s Bond Club en 2003. Léna est l’une des fondatrices de Network 20/20, une ONG visant les jeunes dirigeants intéressés à s’engager activement dans le débat sur les questions de politique étrangère aux Etats Unis et à l’étranger. Elle a dirigé la première délégation internationale de Network 20/20 en Turquie où la délégation a rencontré les principaux chefs d’entreprises, des dirigeants d’ONG et d’organisations religieuses ainsi que le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan et ses top conseillers et ministres.

En 2005, elle a dirigé une autre délégation de 14 membres de 20/20 ’s en Pologne. Lena est née aux États-Unis et a grandi au Sénégal, en Russie et en Ukraine. De mère ukrainienne, elle parle couramment l’anglais, le français, le russe et le wolof. Léna a été membre du Conseil d’Administration de l’Association des Nations Unies de New York et membre de l’Economic Club de New York. Elle détient les NASD Licences 7 et 63. Elle est diplômée de Bates College avec un Bachelor’s degree en économie.

MOMAR DIENG Des mathématiques au développement international Candidat à la maîtrise en administration publique et développement international, toujours à Kennedy School de l’Université de Harvard, Momar Dieng s’est spécialisé dans la planification stratégique et l’élaboration des politiques économiques pour les pays en voie de développement. Il est également l’éditeur du Journal de Politique Africaine de Harvard.

Avant d’intégrer Harvard, Momar était professeur de Physique Mathématique à l’Université d’Arizona. Il a obtenu son doctorat de Mathématiques en 2005 à l’Université de Californie- Davis où sa thèse était axée sur un sujet complexe, « les matrices aléatoires et les systèmes intégrables ». Tout en poursuivant une carrière prometteuse en enseignement et en recherche, Momar a appuyé plusieurs activités visant à intégrer les TIC en soutien dans une série de projets éducatifs, y compris le développement de logiciels scientifiques pour aveugles. Comme il a une propension naturelle au leadership, Momar a aussi servi de mentor au prestigieux McNair Scholars Program et présidé l’Association des étudiants noirs de l’Université de Californie.

Il a reçu le Prix Alice Leung d’excellence dans la recherche à l’Université de Californie et le Prix du Chancelier de l’Université de Californie pour la Communauté et de la Diversité en reconnaissance de son leadership innovant au sein la communauté universitaire.

Indépendamment de ses réalisations académiques et de la recherche en mathématiques, notre compatriote a également été très actif dans les domaines de la technologie et du renforcement des capacités dans notre pays. En 2007, sous l’égide de sa société de conseil en TIC, Afrique Web Services, il a conçu, construit et géré une plateforme de suivi des élections pour la Présidentielle au Sénégal, en partenariat avec des ONG locales et la Société civile. Il a aussi été finaliste de l’édition 2008 de la Lighting Africa Development Marketplace Competition, organisée par la Banque Mondiale pour avoir conçu et piloté un projet d’éclairage rural solaire à Dassilamé Sérère (Sénégal). D’autres projets notables incluent la création d’une plateforme web de traduction de vocabulaire scientifique et technique en langues nationales qui supporte, entre autres, le développement d’une plateforme web multilingue de comptabilité pour les PME/PMI.


SOULEYMANE MARTIAL BA Un financier pur et dur
Souleymane Martial Ba est étudiant en deuxième année à la Harvard Business School.

Auparavant, il était employé au Carlyle Group, une des plus grande sociétés d’investissement privés au monde avec un capital de 92 milliards de dollars. A Carlyle, Souleymane a joué un rôle clé dans les investissements dans les secteurs des transports et de l’automobile, particulièrement durant la gestion de l’acquisition de Hertz, la plus grande compagnie de location de voitures au monde.

Avant de joindre Carlyle Group, le jeune financier a eu à travailler à Morgan Stanley, une banque d’investissements basée à New York, dans les restructurations, les cessions d’entreprises et les offres publiques d’achat. Il a été particulièrement actif dans les négociations de la cession d’une partie de la société Alcan d’un montant de 4,5 milliards de dollars et dans des obligations à rendements élevés d’un montant de 400 millions pour Silgan Holdings et 200 millions de dollars pour Smurfit-Stone.

Souleymane a reçu sa licence en sciences économiques à Wesleyan University où il a été honoré Phi Beta Kappa.


OUSSEYNOU NAKOULIMA Un banquier, X Mines Paris
Actuellement en deuxième année de MBA à Harvard Business School.

Ousseynou a travaillé pendant cinq ans à la Banque Africaine de développement (BAD) comme Chargé d’investissement sur des projets d’infrastructures et de partenariats public privé. Avant cela, il a occupé des fonctions de Chargé de risques de crédit dans une banque parisienne.

Il est parti en France après le bac C, obtenu avec mention au Sénégal pour faire les classes préparatoires. Il est diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole des Mines de Paris.

15 juin 09
Source: http://www.reussirbusiness.com

One Reply to “Portrait – Harvard University, la “Dream Team” sénégalaise (Success Story)”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *