Situation de la femme arabe chef d’entreprise

Situation de la femme arabe chef d’entreprise

L’IFC (Société Financière Internationale) et le CAWTAR (Centre de la Femme Arabe pour la Formation et la Recherche) viennent de publier un important rapport sur la situation de la femme arabe Chef d’entreprise à la base d’enquêtes de terrain menées dans cinq pays arabes, à savoir : la Jordanie, les Emirats Arabes Unis, le Bahreïn, la Tunisie et le Liban.

Les enquêtes se sont intéressées à un total de 1 228 femmes chefs d’entreprise et sur des échantillons inégaux de par le nombre à cause de diverses raisons dont la principale est le départ en vacances d’été, le travail des enquêteurs ayant démarré au mois d’octobre 2006 pour prendre inévitablement fin au mois de mai de la même année.

Aussi, les échantillons par pays ont-ils été comme suit : Bahreïn : 245, Jordanie : 444, Liban : 232, Tunisie : 197, et les EAU : 110.

Les principaux objectifs des enquêtes ont porté sur quatre volets essentiels : la particularité des femmes chefs d’entreprise et de leurs entreprises ; la contribution desdites entreprises à la croissance économique et à la création d’emploi ; les défis face auxquels sont exposées les femmes arabes chefs d’entreprise ; et les recommandations exprimées par celles-ci en direction des pouvoirs publics et du secteur privé en vue de leur venir en aide.

Attendu l’importance du rapport, Webmanagercenter en propose de larges échos à ses lecteurs.

I – Généralités

Les femmes investisseuses dans la zone du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord concernées par le rapport sont dites bien en avance par rapport à leurs homologues européennes et de l’Amérique du Nord de par la taille de leurs entreprises.

Une comparaison ayant pris le dollar en tant qu’unité a permis de savoir que les retombées financières d’entre 6 et 33% des entreprises concernées par le rapport sont estimées à plus de 100 mille dollars par an, ce qui représente une moyenne de 18 %, sachant que cette moyenne n’excède pas les 13% aux Etats-Unis.

La plupart des femmes concernées par l’étude au Bahreïn et en Tunisie sont propriétaires exclusives de leurs entreprises (59% au Bahreïn, 55% en Tunisie, 8% en Jordanie et les EAU, et 41% au Liban).

En matière de création d’emploi, les entreprises tunisiennes sont en tête avec une moyenne de 19,3 employés, cependant qu’en bas de la liste on trouve la Jordanie avec seulement une moyenne de 6 employés.

Autre facteur pris en considération : la durée moyenne de vie de l’entreprise arabe. Au Liban, elle est de 10,6 ans ; au Bahreïn, 10,2 ans ; en Tunisie, 8,6 ans ; en Jordanie, 6,1 ans ; et aux EAU, 5,9 ans.

Les femmes chefs d’entreprise ayant poursuivi des études au-delà du secondaire sont une moyenne de 91% au Bahreïn, 79% en Tunisie, 76% en Jordanie et aux EAU, et 40 % au Liban.

Tout comme un peu partout dans le monde, les femmes chefs d’entreprise au Moyen-Orient et en Afrique du Nord sont âgées entre 35 et 54 ans.

L’état civil montre que les femmes chefs d’entreprise sont mariées à concurrence de 72% en Tunisie, 65% au Bahreïn et aux EAU, 61% en Jordanie, et 56% au Liban. Les Jordaniennes ont le plus d’enfants avec une moyenne de 3,2, cependant que les femmes émiraties ont une moyenne de 1,4 enfant (les Tunisiennes : 1,8 enfant).

Par Mohamed BOUAMOUD
07/04/2008
http://www.webmanagercenter.com

Autre lien utile
Wilson Center

Leave a Reply

Your email address will not be published.