La réussite d’un Algérien au Canada


 

 

Le fondateur de cette fantastique aventure de Magiciens sans frontières est un Algérien qui voulait réussir tout en donnant de la joie
aux enfants victimes de violences.
 

En arrivant au Canada, au début des années 1990, Fouad Filali, originaire de la ville de Azzaba dans l’Est algérien, ne se doutait pas qu’il fêtera une vingtaine d’années plus tard, en tant que fondateur, le dixième anniversaire de Magiciens sans frontières, un regroupement de près de 150 magiciens bénévoles qui apportent soutien et réconfort aux enfants victimes de violences partout dans le monde.
En Algérie, il était détenteur d’un ingéniorat d’Etat en mines et métallurgie de l’université de Annaba. Après avoir travaillé à El Hadjar et enseigné dans des  lycées  à Azzaba et Skikda, il est tenté par l’aventure de l’ailleurs. Avec 200 dollars en poche, «empruntés à un ami», tient-il à préciser, Fouad Filali a entamé sa vie canadienne comme serveur dans un restaurant – le paternel avait ouvert le premier restaurant dans la ville de Azzaba vers la fin des années 1960.

Sur conseil de son entourage, il a laissé tomber ses démarches pour refaire ses études au Canada. En effet, il n’y a pas mieux pour un Algérien diplômé universitaire que d’émigrer au Québec pour changer carrément de carrière et d’orientation professionnelle vu la quasi-fermeture des métiers et professions dans cette province. La réussite de cette métamorphose, quoique pas toujours assurée, n’a pas freiné l’élan de ce gentleman qui «piquait dans la caisse du restaurant de papa pour aider les pauvres». On ne se décrète pas altruiste, on l’est ou on ne l’est pas.

De serveur dans les restaurants du vieux Montréal, Fouad Filali se retrouve à la tête de six établissements situés sur et proches de la célèbre place Jacques Cartier de Montréal.  Au Menara, où la cuisine maghrébine est à l’honneur, il fait appel à un magicien marocain pour donner des spectacles. Il joue à l’assistant du magicien.
Fouad Filali, qui a toujours été émerveillé par le monde des prestidigitateurs, ne savait pas encore qu’en Amérique du Nord où tout peut être enseigné, des cours de magie sont donnés par des écoles spécialisées. C’est le magicien marocain qui l’oriente vers l’une d’elles où il s’inscrit à un programme de magie. La réussite dans les affaires lui donne de l’indépendance et du temps qu’il consacrera volontiers à sa passion. Naîtra après le concept de Magiciens sans frontières qui se base sur une approche thérapeutique du divertissement qui utilise la magie. Ainsi, 150 000 enfants de 18 pays (Colombie, Angola, Algérie, Liban…) ont pu s’émerveiller des tours de magie lors des tournées de Fouad Filali et ses amis.

Magiciens sans frontières va les rencontrer dans les orphelinats et les hôpitaux. Il se rappelle toujours du premier chèque représentant les bénéfices d’un spectacle de magie qu’il a donné lors d’une cérémonie au professeur Khiati de la Forem et destiné aux enfants victimes du séisme de Boumerdès de 2003. Pour le dixième anniversaire de Magiciens sans frontières, un spectacle est prévu à Montréal ce samedi. Il est destiné aux petits et grands. «Lors d’un tour de magie, l’enfant rencontre son rêve et l’adulte renoue avec son enfance. Au final, l’enfant et l’adulte se rencontrent», conclut Fouad Filali. – Plus de détails sur : www.masaf.fr.

Source: El Watan, 12/02/2011

 

 
 

Leave a Reply

Your email address will not be published.