FEMMES – Mme Clinton plaide pour la scolarisation accrue des femmes et des filles

Washington – La secrétaire d'État, Hillary Rodham Clinton, a dit lors d'une conférence internationale qu'offrir une éducation aux femmes et aux filles leur permet de contribuer considérablement à leurs collectivités.

« Les preuves montrent de manière irréfutable que même une année supplémentaire d'éducation conduit à des revenus substantiellement supérieurs pour les femmes et les filles, leur permettant d'améliorer leur niveau de vie et celui de leur famille et de contribuer à leur collectivité et à leur pays », a déclaré Mme Clinton le 26 mai à l'occasion du lancement à Paris du Partenariat mondial de l'UNESCO en faveur de l'éducation des femmes et des filles.

« Nous avons vu que lorsque les femmes et les filles ont la possibilité de poursuivre leurs études, le PIB [produit intérieur brut] augmente pour toute la société », a-t-elle souligné.

Mme Clinton est le premier secrétaire d'État à se rendre au siège de l'UNESCO à Paris.

Les raisons pour lesquelles il faut offrir une éducation aux femmes et aux filles ne sont pas seulement économiques, a-t-elle indiqué.

« Le taux de natalité, les infections par le VIH, les situations de violence au foyer, les mutilations génitales déclinent tous quand l'éducation augmente, a dit Mme Clinton. La moitié de la baisse du taux de mortalité infantile, réalisée entre 1970 et 1990, peut être attribuée à une meilleure éducation des femmes et des filles. »

à la conférence, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a déclaré que la chance d'acquérir des connaissances crée une nouvelle génération de mères qui élèveront des jeunes femmes éduquées et autonomisées.

« L'éducation transmet un message – un message de confiance et d'espoir, a ajouté M. Ban. Elle dit à un enfant 'tu as un avenir, tes idées comptent'. »

Selon l'UNESCO, on estime qu'il y a 39 millions de filles en âge scolaire dans le monde qui ne vont ni à l'école primaire ni à l'école secondaire. Deux tiers des 796 millions d'adultes analphabètes sont des femmes, et seulement un tiers des pays ont concrétisé la parité entre les sexes au niveau de l'école secondaire, précise l'UNESCO.

Mme Clinton a noté que, dans les collectivités les plus pauvres, les filles qui ne sont pas scolarisées aujourd'hui risquent beaucoup plus que les garçons de ne jamais l'être. Cette situation contribue à la stagnation économique et sociale dans leur collectivité, a-t-elle ajouté.

« Aucune société ne peut réaliser son plein potentiel si la moitié de sa population est privée de la chance de concrétiser le sien », a déclaré Mme Clinton.

Les États-Unis se sont joints à l'UNESCO pour mener une nouvelle étude visant à examiner l'état de l'éducation pour les femmes et les filles dans le monde. Mme Clinton a dit que cette étude ciblera deux domaines cruciaux : l'alphabétisation des adultes et les études secondaires qui, d'après les experts, sont le point de jonction vital dans l'éducation des femmes et des filles.

27 mai 2011

Leave a Reply

Your email address will not be published.