CAMEROUN – Recrutement des 25000 : Des fonctionnaires dans la liste des présélectionnés

L’opération est censée procurer du travail aux jeunes chômeurs, des noms des fonctionnaires sont pourtant débusqués par la commission.

Depuis mardi dernier, la liste des premiers présélectionnés au recrutement des 25 000 jeunes à la fonction publique est connue. Dans l’enseignement supérieur, l’on retrouve 1013 noms tandis que chez les chercheurs on compte 186 candidats admis en présélection. Seulement, le lendemain de la publication de cette liste, certains présélectionnés qui se sont livré à une opération de remerciements publics à travers les colonnes de journaux, ont suscité des interrogations à l’instar de Achille Elvice Bella, en service à la division du dialogue social du ministère de l’Enseignement supérieur où il est chargé d’études assistant. Dans l’édition de Cameroon tribune de mercredi, ce dernier exprimait avec emphase sa gratitude au président la République. «C’est un sentiment de joie légitime de faire partie des premiers présélectionnés de ce vaste programme spécial de recrutement ; (…) je considère ma présélection comme une interpellation de la nation», déclarait-il dans les colonnes du quotidien gouvernemental mercredi dernier.

En dehors de cet historien qui formait le voeu que cette opération très délicate puisse «s’effectuer sur la base du mérite, de la promotion de l’excellence et de l’objectivité», et qui précise qu’il est agent de l’université et non de l’Etat, l’on retrouve toujours dans la filière enseignement supérieur qui a ouvert le bal des présélections avec la recherche scientifique, des noms de candidats qui sont en fonction depuis des années dans différentes administrations publiques du pays. Parmi eux, Aubin Kisito Bessala, professeur de lycée d’enseignement général (Pleg) option philosophie en service à l’école normale supérieure, Eric Wilson Fofack, Pleg d’histoire, Arnaud Cheumani Yona, enseignant de chimie, Alain Charly Tagne Kuate, Bernard Dabole et Tize Zra tous enseignants de chimie organique, tandis que Anicet Siakam Wendji dispense quant à lui des cours de chimie minérale.

Indignation
Interrogés au sujet de cette intrusion des noms de fonctionnaires et de contractuels d’administration dans cette liste de présélectionnés, les membres de la commission de coordination et de supervision du recrutement spécial des 25 000 jeunes diplômés à la fonction publique ne cachent pas leur indignation face à cette situation. «Les Camerounais sont essentiellement malhonnêtes; cette opération a été montée pour des personnes qui n’ont pas de travail et qui éprouvent des difficultés à entrer dans la Fonction publique. Mais on ne comprend pas que des fonctionnaires ayant déjà un matricule et des contractuels d’administration fassent encore des dossiers pour cette opération», s’est indigné un membre du secrétariat permanent. 

D’après lui, les huit cas dont votre journal a eu connaissance ne représentent rien face à l’ampleur de la situation. «Nous avons été saisis de cette situation le lendemain de la publication des listes ; nous avons mené notre enquête et on s’est rendu compte que la situation est plus grave qu’on ne l’imagine. On a à ce jour pu détecter déjà plus d’une centaine de cas de fraudes. Ce qui arrive poursuit-il, n’est pas de notre faute ; nous avons examiné les dossiers en fonction de ce qui nous était présenté et on a publié les résultats sur la base des critères retenus par la primature, et, maintenant, on se retrouve face à ces cas de fraudes.La liste des fraudeurs sera présentée au ministre qui prendra des mesures appropriées» 
D’après ce responsable, tous les cas de fraude détectés seront soumis à l’appréciation du ministre de la Fonction publique et des sanctions suivront pour toutes les situations irrégulières dét par la commission.

Pierre Célestin Atangana

http://www.quotidienmutations.info

05/08/2011

Leave a Reply

Your email address will not be published.