ORIENTATION – Cameroun: Les bacheliers à la conquête des grandes écoles

Ils suivent depuis début juillet des cours préparatoires aux concours d'entrée dans les grandes institutions. Depuis le vendredi 15 juillet 2011, jour de proclamation des résultats des examens officiels pour les élèves de la classe de Terminale, Francine est désormais titulaire d'un baccalauréat "D". A peine a-t-elle réussi à cet examen qu'elle pense déjà à l'avenir.

« Le bac est certes la finalité du secondaire, mais c'est le début de l'apprentissage. Après les réjouissances, il faudrait penser à se préparer pour la suite, ceci en présentant des concours pour intégrer des écoles professionnelles qui puissent nous garantir une bonne formation », affirme t- elle.

Afin de poursuivre son cursus académique dans une grande école supérieure, cette nouvelle bachelière suit des cours de préparation au concours d'admission à la faculté de médecine de l'université de Yaoundé I.

De lundi à vendredi, elle se rend au collège André Malraux situé au carrefour Ange Raphael à Douala pour y suivre des cours de préparation afin d'être prête le jour J. Francine n'est pas la seule bachelière rongée par l'anxiété de « l'après Bac ».

« Je suis ravi d'avoir eu mon examen mais je suis inquiet par rapport à la suite car je ne souhaite pas aller perdre le temps à l'université pour me retrouver sans emploi plus tard, raison pour laquelle je souhaite entrer dans une école spécialisée », déclare Stéphane, titulaire d'un baccalauréat "C". A l'instar de ces deux bacheliers, nombre de diplômés se ruent vers les centres de préparations des concours d'entrée dans les grandes écoles.

Techniciens

Les plus prisés sont entre autres la Faculté de médecine et sciences pharmaceutiques (Fmsp) de l'université de Douala, de Yaoundé, Buea, Dschang ou encore celle de Ngaoundéré, l'Université des montagnes (Udm).

Les techniciens quant à eux préparent entre autre concours, celui d'admission aux Ecoles préparatoires scientifiques du Cameroun (Epsc), les concours d'ingénierie à l'instar de Polytechnique, la Faculté du géni industriel (Fgi) ou la Fasa.

«Les cours sont dispensés tous les jours du lundi au vendredi de 8h à 15h avec 1h de pause dans l'intervalle 11h-12h. Les évaluations se font tous les samedis», explique Ferdinand Nguessong, coordonnateur du groupe Epsc à Douala.

A l'école Saint Thomas, les salles de répétition sont pleines. L'effectif est de 30 élèves par salle. A Saint Charles Borromée, « les cours sont dispensés aux étudiants de manière individuelle. Ça dépend de la disponibilité de l'élève et du professeur », souligne un professeur d'anglais.

Les cours sont dispensés par les doctorants, les étudiants en cycle de professionnalisation, les enseignants d'universités, des lycées et collèges. Les apprenants doivent débourser 40.000 Fcfa au collège André Malraux ainsi qu'à Saint Thomas.

Un montant qui inclut la documentation et des papiers de travaux Dirigés. Pas de répit pour ces bacheliers. Pour le groupe "Nguekambi" du collège André Malraux, les cours préparatoires pour les étudiants désireux d'intégrer les facultés de médecine des universités d'Etat ont débuté le lundi 18 juillet 2011 et s'achèveront le mercredi 31 août 2011. Le groupe "Epitheton" dispense ses cours à l'école publique primaire de Bonamoussadi. Ici, la période de cours a été définie du 25 juillet au 03 septembre 2011.

From my Trip to Cameroon: Fashion, Shoes, 6pm and FinishLine.com

09/08/2011

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *