CAMEROUN – Ecam propose 100.000 emplois à l’horizon en 2015

Le projet qui s’appuie sur l’Etat, les entreprises et les jeunes est le coeur du programme de trois ans du regroupement patronal.

Au Cameroun, d’après la note d’information emprunt obligataire, le taux de sous emploi est de 75,8% et le taux de chômage à 13%. Il est plus qu’évidement que la question de l’emploi devient, par la violence des statistiques, une question essentielle actuelle et avenir de notre économie.
C’est la raison pour laquelle sur les cinq points (100.000 emplois horizon 2015, la loi des finances 2012, le Doing Business, le cadre des rencontres et la newsletter), présentés à la presse à la suite du Conseil d’administration de Entreprises du Cameroun (Ecam) tenu à Douala hier, le 2 novembre 2011, l’élément qui aura le plus cristallisé l’attention c’est celui dénommé «Une entreprise, un emploi. Horizon 100.000 emplois 2015». Dans un document de 36 pages, Ecam a couché sa vision, ses objectifs ainsi que les différents moyens qui devront conduire au plein succès de ce projet.

Tout part du constat établi dans le préambule du projet qui indique que «l’emploi concerne l’entreprise, la jeunesse, le développement, les familles, la paix sociale et l’avenir. C’est dans la perspective de cet esprit de compénétration avec les problèmes de notre temps, que l’emploi est apparu comme l’un des tous premiers terrains, certes délicats mais combien naturel vers lequel Ecam se propose d’orienter son action.» «Horizon 100.000 emplois 2015» se bâtit autour et avec plusieurs partenaires que sont : l’Etat et ses démembrements, les organisations patronales comme Ecam, les entreprises, les jeunes chercheurs d’emplois, les médias, les organisations internationales et les bailleurs de fonds, etc.

Il est attendu de l’Etat, dont l’adhésion est primordiale, trois mesures essentielles : Le paiement aux Pme avec obligation pour l’Etat et démembrements de payer dans un délais de 60 jours maximum, une loi devra être votée dans ce sens et un observatoire de délais de paiement créé, puis il faudra que l’Etat oriente la dépense publique vers les Pme en leur réservant au moins 30% des marchés publics, la restructuration des outils d’intervention de l’Etat comme le Fne, le Piasi, etc. et enfin la mise en place d’une politique de bonification d’intérêt et de prêt à taux préférentiels.

90.000 entreprises
Ecam devra, à la suite de l’Etat, accompagner les Pme dans la réalisation des marchés publics qui leur sont attribués à travers la formation, le renforcement des compétences et le cautionnement. La création d’un fonds de garantie permettra aux Pme un accès plus facile au crédit et pour les plus jeunes Ecam va créer, les pépinières d’emploi généralistes et spécialisées. Quant aux entreprises, troisième acteur majeur de l’initiative, elles vont se réconcilier avec le grand public mais surtout par leur adhésion au projet transformer leur vie et développement ainsi que celui des milliers de famille camerounaises. Ecam ne va pas créer des entreprises, d’autres structures notamment les entreprises, ont cette vocation, ils vont créer le cadre et interconnectés les différents acteurs pour que le projet multisectoriel soit une réalité d’ici 2015. «Cet objectif peut-même être atteint avec 2015. Puisque le Cameroun compte près de 90.000 entreprises, si chacune d’elle prend l’engagement dans un cadre normalisé avec l’Etat, de créer un seul emploi par an, nous aurons largement dépassé ce chiffre à l’échéance», précise François Nyoumsi, chef d’entreprise et membre du Conseil d’administration d’Ecam.

Marion Obam

From my Trip to Cameroon: Fashion, Shoes, 6pm and FinishLine.com

03/11/2011

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *