TOGO – Enseignement supérieur : Les étudiants menacent de recourir à la contestation

Deux semaines après la rencontre académique dans les deux universités du Togo, chacune des deux vit ses remous. Si à Kara ce sont des arrestations d’un enseignant et de trois étudiants qui ont failli faire dégénérer la situation, à Lomé, c’est la non respect par les autorités d’un accord signé avec les syndicats représentatives des étudiants qui est en cause.

Pour se prononcer sur la question, les étudiants se sont rassemblés en assemblée générale sur le campus, le jeudi 24 novembre, à l’initiative du Mouvement pour l’Emancipation de l’Etudiant Togolais (MEET). A l’ordre du jour de cette grande mobilisation devant l’amphi 600, baptisée « Place Tahrir), en référence au lieu symbole de la révolution égyptienne, le suivi de l’accord signé entre le Gouvernement et les différentes organisations représentatives des étudiants et les tentatives de déstabilisation du MEET.

Conduit par leur président Abou Seydou, dont la sanction d’exclusion prononcée par les autorités de l’Université de Lomé, a provoqué une mobilisation populaire l’année dernière, les responsables du MEET, ne sont pas allés par quatre chemins. Ils ont dénoncé le retard dans la mise ne exécution de l’accord signé depuis le 07 juillet 2011. Que ce soit dans le flou qui persiste sur les conditionnalités pour avoir accès à la bourse, l’absence du décret relatif à la bourse, dont la première lecture en Conseil des ministres n’st intervenue que le 18 novembre 2011 et les quatre forages promis et qui ne sont toujours pas encore fonctionnels. Le seul déjà construit pour alimenter les cités, ne l’a pas été dans les règles, déplorent par ailleurs les étudiants.

Les étudiants exigent que la tranche d’aide, passe à six, « au cas contraire, ils nous trouveront sur leurs chemins », menacent les étudiants « Le 15 septembre 2011, les principaux mouvements estudiantins et la partie gouvernementale se sont retrouvés en atelier à Tsévié, mais toutes les inquiétudes soulevés par le MEET, quant à la lenteur dans la mise en œuvre de l’accord, ont été balayées du revers de la main » a informé le responsable du MEET qui estime que « le Gouvernement fait traîner les choses, pour finalement ne pas les honorer », a-t-il fustigé

Au cours de cette assemblée générale dite d’informations et de sensibilisation, les étudiant sont également revenus les pré requis contenus dans l’accord à propos du système LMD. Le constat fait sur ce point est que les autorités ont remis en cause, le point d’accord sur ces pré requis et certains étudiants ne donc pu monter en année supérieure, faute de délivrance de relevés. Les étudiants ont également dénoncé des manœuvres de déstabilisation du MEET.

L’assemblée générale a pris fin sur une note de mobilisation, sur fond de mécontentement. « Nous allons relancer la dynamique de contestation, si les autorités ne rectifient pas le tir », a conclu pour finir, un responsable du MEET.

http://koaci.com

25/11/2011

Leave a Reply

Your email address will not be published.