MAROC – Financer ses études supérieures par une bourse, ça existe

Les bacheliers démunis ou ayant réussi leur bac avec mention ont droit à des bourses. Certaines peuvent aller, à partir de la rentrée prochaine, jusqu’à 4 000 DH par mois.

Tous les bacheliers désireux de poursuivre leurs études au Maroc ou à l’étranger n’ont pas la capacité de les financer en comptant sur leurs propres moyens, et ceux-là constituent la très grande majorité. Les plus brillants qui disposent d’un excellent dossier scolaire ont la chance de se voir attribuer des bourses d’excellence, les plus démunis parmi eux ont aussi la possibilité de postuler à des bourses d’études au niveau national. Toutes ces bourses sont généralement octroyées par des ministères, des organismes à but non lucratif, des fondations, et par des entreprises. Bien entendu, elles sont octroyées sous forme de dons, et les étudiants qui en bénéficient ne sont pas tenus de les rembourser après la fin de leurs études. Tel n’est pas le cas des crédits bancaires que certains établissements financiers de la place accordent aux étudiants désireux de poursuivre leurs études, tant dans des écoles supérieures privées marocaines que  dans des établissements universitaires à l’étranger.
Commençons d’abord par ces bourses d’excellence accordées aux plus brillants des étudiants, appelées bourses de mérite.

Ces bourses de mérite sont octroyées par le ministère de tutelle pour encourager les élèves brillants à entamer des études supérieures dans les meilleures conditions. Il s’agit de ceux qui ont réussi le concours d’entrée à une grande école française d’ingénieurs ou de commerce après avoir réussi les deux années des classes préparatoires. Pour l’année 2011-2012, à titre d’exemple, 70% des ces bourses (soit 107) ont été accordées pour les écoles d’ingénieurs (dont la liste est fixée par le ministère lui-même, voir tableau), les 30% restants l’ont été pour les écoles de commerce. Mais en sus de ces bourses de mérite, le ministère accorde aussi aux bacheliers démunis moins brillants des bourses pour poursuivre leurs études supérieures. Cette bourse est d’un montant qui va de 650 DH à 1 300 DH par trimestre, selon qu’on suit ses études dans les établissements de résidence de l’étudiant, ou que l’on vient d’autres villes du Royaume. Une chose est sûre, le dépôt des dossiers se fait auprès des lycées pour les élèves de la deuxième année du cycle du baccalauréat, ou auprès des délégations du ministère de tutelle pour les candidats libres et ceux préparant un baccalauréat étranger. C’est une commission au ministère qui décide de l’octroi de ces bourses. Cela dit, les étudiants de 3e cycle, en master ou en doctorat ont aussi le droit de postuler à ces bourses, à une seule condition : l’excellence académique. Le montant de ces dernières va de 1 300 DH par trimestre pendant un an renouvelable une seule fois, à 2 300 DH par mois pour les étudiants de doctorat et pour une durée maximum ne dépassant pas 36 mois. Ce sont les présidents des Universités qui décident de l’octroi de ces bourses en dernier ressort. Rappelons que pour l’année 2011-2012, un total de quelque 181 000 bourses universitaires ont été octroyées contre un peu plus de 147 000 l’année d’avant.

La bourse de l’étudiant-chercheur atteindra 4 000 DH l’année prochaine

A noter que des augmentations substantielles, selon les promesses de Lahsen Daoudi, ministre de l’enseignement supérieur, concerneront à partir de l’année universitaire prochaine les bourses accordées aux étudiants-chercheurs inscrits en en doctorat. Cette bourse passera de 2 300 DH à 4 000 DH par mois, façon d’améliorer leurs conditions de travail à ces étudiants, ce qui aidera par ricochet à la recherche scientifique sans laquelle il n’y aura pas de progrès.
Il y a un deuxième type de bourses, octroyées cette fois-ci par la Fondation marocaine de l’étudiant (FME). Ce sont les bacheliers les plus démunis issus des maisons de protection sociale (orphelinats) et ceux qui ont eu leur bac avec mention qui en profitent pour pouvoir poursuivre leurs études dans les établissements de formation professionnelle, mais souvent dans les écoles supérieures privées. Pour la rentrée universitaire 2012-2013, la FME distribuera 100 bourses d’excellence.
Depuis la création de cette fondation en 2002, 346 bacheliers ont bénéficié de cette aide, dont 133 ont obtenu leur diplôme et intégré brillamment le marché du travail, et parmi eux «quelques-uns sont devenus des chefs d’entreprise», se félicite Mehdi Bouziane, directeur de la FME. A l’horizon 2018, ce sont quelque 1 200 étudiants qui en bénéficieront, ce qui représente à terme la prise en charge de 150 nouveaux boursiers par an.
Le troisième type de bourses est octroyé par la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’éducation-formation, il s’agit des bourses «Istihqaq» (du mérite). Annuellement, ce sont 500 bourses qui sont octroyées aux 500 meilleurs bacheliers, enfants des adhérents à cette fondation, ce qui va leur permettre de poursuivre leurs études dans les établissements supérieurs publics du Maroc. Il y a une bourse régionale (pour les bacheliers ayant eu les meilleures notes à l’échelon régional), et une autre nationale (pour les bacheliers ayant obtenu les meilleures notes à l’échelon national). La première est de 2 400 DH pour les trois ans du premier cycle, payables en deux fois chaque année. Elle est de 1 800 DH par mois, pour les deux ans du second cycle, payables sur 10 mois par an. La deuxième bourse, la nationale, est de 1 000 DH par mois. Pour l’octroi de ces bourses, le candidat doit remplir un dossier qui devra être envoyé à l’académie régionale d’éducation et de formation (téléchargeable sur le site www.fm6education.ma).

Il y a, enfin, un quatrième type de bourse accordée par la Fondation Académia pour le mérite et l’excellence. Là, il s’agit en fait plus de prêt que de bourse, accordé aux étudiants les plus méritants. Cette association à but non lucratif créée à l’initiative de plusieurs entreprises marocaines pour soutenir les étudiants excellents dans la poursuite de leurs études au sein d’écoles de renommée mondiale, accorde chaque année une dizaine de prêts d’honneur à ces étudiants sur la base d’une sélection prenant en compte les résultats de l’étudiant, l’école dans laquelle il est admis, ainsi que le revenu des parents. Le montant du prêt est de 60 000 DH par an (soit 10 mensualités de 6 000 DH).
Conformément au contrat établi entre la Fondation et l’étudiant, celui-ci s’engage à rembourser le prêt octroyé sur la base d’un taux et d’un échéancier prédéfinis. Conçu pour alléger les charges de l’étudiant, le prêt d’honneur ne commence à être remboursé qu’un an après la fin des études, à un taux de 3,5%, laissant ainsi des mensualités constantes avoisinant les 1 500 DH. (Le dossier de candidature est téléchargeable sur le site http://www.fondation -academia.org/ new_maquette/dossier-candidature.pdf).

A fin 2010, cette fondation a accordé un total de 178 prêts d’honneur (66% de garçons et 34% de filles) parmi lesquels une majorité (55%) ont opté pour des études d’ingénieurs, 40% pour des études de commerce et de gestion et 5% pour d’autres filières. Le montant total des prêts accordés s’élève à 18 millions de DH.

La Vie éco
www.lavieeco.com

19/7/2012

3 Replies to “MAROC – Financer ses études supérieures par une bourse, ça existe

  1. Je suis en master1 professionnel filière diplomatie. Je cherche une aide financière pour continuer en master2. Nationalité tchadienne j’étudie à l’Université yaoundé du Cameroun.

  2. coma faire pour pousuivre mes etudes e europe. est ce possible d’avoir ue boure? je suis au maroc

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *