COTE D’IVOIRE – La maternelle : une école pour enfants ou une garderie ?

Il est 8 h 30 mn au Groupe Les Pingouins, une école maternelle d’Abidjan. Comme dans la majorité des écoles pré-scolaires de Côte d’Ivoire, la journée commence par le tour indispensable aux toilettes pour le bien être des tous petits. Les Manchots, Les petits poucets, La Colombe…autant d’appellations qui désignent les groupes d’éducation pré-scolaires et qui accueillent chaque année des milliers d’enfants. De nombreux parents ont choisi ces écoles pour l’éducation de leurs enfants mais au fond les raisons qui le plus souvent motive ce choix diffère d’une famille à l’autre.

Lors de notre enquête, nous avons demandé aux Ivoiriens de nous donner une définition de l’école maternelle. 7 personnes sur 10 nous donnaient une définition qui se rapprochait plus de la garderie que d’un espace dédié à l’éducation des enfants. La maternelle est présentée comme un espace où les enfants vont apprendre à faire des dessins, à chanter, à manger un petit goûté et apprendre des récitations. Au-delà certains Ivoiriens le présente comme un endroit qui permet aux parents de souffler ! « Garder les enfants à la maison dans une ville comme Abidjan où l’homme et la femme travaillent n’est pas chose facile. Les filles de ménage ont souvent une éducation qui dépeint sur les enfants. La maternelle nous permet d’avoir non seulement un espace sécurisé pour les enfants où ils peuvent s’épanouir » nous explique Mr Kouyo Francis cadre dans le bâtiment.

Cette conception qui consiste à considérer l’école maternelle comme une garderie est celle que refuse d’accepter les acteurs de l’enseignement pré-scolaire. Les classes de la maternelle sont bien au contraire des espaces d’apprentissage où les enfants se préparent pour l’immersion dans l’univers de l’école primaire. « Nous ne sommes pas des nounous mais des enseignantes ! Nous sommes simplement formés pour nous occuper des enfants et leur apprendre les bases de la socialisation dans le milieu scolaire. De nombreux Ivoiriens ne le comprennent pas certainement parce qu’ils ne se rapprochent pas de nous » affirme Mme Kouassi Alphonsine enseignante. En effet Mme Kouassi regrette que de nombreux parents se contentent juste d’inscrire leurs enfants sans jamais se soucier de ce qu’ils apprennent. La maternelle contrairement aux idées reçues ou préconçues n’est pas seulement un espace de jeu, de chant ou de récitation même si ces disciplinent contribuent à l’éveil des enfants. L’arithmétique, la lecture et dans certains groupes l’apprentissage de l’anglais sont au programme.

Toutes ces “matières” contribuent à une meilleure formation des enfants en attendant leur entrée au CP 1 (Cour Elémentaire 1ère année). D’ailleurs les Directeurs d’écoles primaires confirment que lors de l’enrôlement des enfants au CP 1 l’un des premiers renseignements qu’ils demandent aux parents est de savoir si « le petit garçon ou la petite fille est passé par la maternelle ! » Les enseignants que nous avons croisé le confirment « les enfants qui sont passés par les trois classes de la maternelle s’acclimatent et suivent mieux les cours ». Cet avantage de la maternelle est bien connu des parents mais encore faut-il avoir les moyens d’y inscrire ses enfants. En effet les prix affichés par certains groupes scolaires font froid dans le dos. Entre 150.000 et 250.000 f CFA par endroit voir 300.000 ou plus pour le grand luxe ! « Les frais d’inscription sont souvent trop élevés pour de nombreux parents : c’est à la limite le salaire qui fait vivre des familles entières ! Privés ou publics, je pense que le Ministère de l’Education Nationale doit mettre de l’ordre dans l’éducation pré-scolaire. Les prix doivent être revus pour encourager les parents à inscrire leurs enfants » plaide Mr Komenan, un père de famille.

L’école maternelle à toute son utilité qu’on la considère ou non comme une garderie. Les Ivoiriens dans leur grand ensemble veulent bien y inscrire leurs enfants pour les préparer à une meilleure insertion dans les écoles primaires mais ils caressent le vœu secret de voir les prix baisser. Cela serait sans doute une motivation supplémentaire pour choisir les groupes pré-scolaires pour l’encadrement des tous petits.

SUY Kahofi pour ExcelAfrica
06/06/13

Leave a Reply

Your email address will not be published.