CAMEROUN – Université de Maroua: Le défi infrastructurel persiste

Six ans après sa création, les activités de l’université se déroulent dans des locaux provisoires loués.

L’administration ainsi que l’ensemble des établissements de l’université de Maroua continuent d’occuper des propriétés louées par des structures étatiques. Une politique locative qui selon des experts grève de manière exponentielle les dépenses de fonctionnement de l’institution. Cette année plus que par le passé, la pression des infrastructures va se poser avec l’ouverture de nouveaux établissements. Si dans les deux établissements-pionniers que sont l’Ecole normale supérieure (ENS) et l’Institut supérieur du Sahel (ISS), la gestion des contraintes infrastructurelles est rentrée dans les usages administratifs, la mise en place progressive des nouveaux établissements va requérir de nouvelles infrastructures d’accueil. Cependant, les responsables se veulent rassurants.

A l’ancien Collège de l’Espoir crédité de 4 800 places et érigé en campus numéro un,  quatre nouveaux amphithéâtres dont deux de 250 places et deux de 500 places ont augmenté la capacité d’accueil de l’université. L’actuel Centre de documentation sera transformé en bureaux et amphithéâtre pour la nouvelle faculté des Sciences économiques et de Gestion. D’autres bâtiments rétrocédés à l’université depuis 2009 sont en train d’être réfectionnés et réhabilités pour les besoins de la cause. En attendant les résultats du concours d’entrée dans les deux cycles de l’ENS et l’ouverture de nouveaux établissements, les activités pédagogiques ont démarré depuis le 1er octobre.

Cette année, les étudiants peuvent désormais s’inscrire en ligne et payer leurs frais de préinscription ainsi que les droits universitaires via les guichets d’une société de transfert d’argent. La faculté des Sciences et celle des Lettres et Sciences humaines qui verront leurs premiers étudiants accéder en 2e année comptent lancer leurs premiers masters. La Faculté des Sciences économiques et de Gestion va accueillir ses premiers étudiants cette rentrée. L’Institut des Mines et des Industries pétrolières ouvre ses portes dans la ville de Kaélé, à environ 80 Km de Maroua. Selon le Pr Ako Edward Oben, recteur de l’université de Maroua, les réglages pour l’ouverture effective de cet établissement sont très avancés. Comme à Maroua, cette école va fonctionner provisoirement dans des bâtiments loués ou cédés par l’Etat. Quant à la faculté des sciences juridiques et politiques, son ouverture est annoncée pour 2016. L’université de Maroua entend mieux communiquer avec le lancement annoncé de Radio Campus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *