Education Pour Tous 2000-2015 : progrès et enjeux

Bilan des progrès réalisés vers l’Education Pour Tous (EPT)

Objectif 1 – Éducation et protection de la petite enfance
Développer et améliorer sous tous leurs aspects la protection et l’éducation de la petite enfance, et notamment des enfants
les plus vulnérables et défavorisés
■ Malgré une baisse de près de 50 % des taux de mortalité infantile, 6,3 millions d’enfants sont morts avant l’âge de
5 ans, en 2013, de maladies qu’il est, dans la plupart des cas, possible de prévenir.
■ Les progrès accomplis pour améliorer la nutrition infantile ont été considérables. Pourtant, en 2013, un enfant
de moins de 5 ans sur quatre souffrait de malnutrition dans le monde, signe d’une déficience chronique en
nutriments essentiels.
■ En 2012, au niveau international, 184 millions d’enfants étaient scolarisés dans l’enseignement préprimaire, soit une
progression de près de deux tiers par rapport à 1999.

kenya_2015Objectif 2 – Enseignement primaire universel
Faire en sorte que d’ici 2015 tous les enfants, notamment les filles, les enfants en difficulté et ceux appartenant à des
minorités ethniques, aient la possibilité d’accéder à un enseignement primaire obligatoire et gratuit de qualité et de le suivre
jusqu’à son terme
■ Les taux nets de scolarisation dans le primaire se sont sensiblement améliorés et devraient atteindre 93 % en 2015,
contre 84 % en 1999.
■ Les taux nets de scolarisation, qui ont considérablement progressé, se sont accrus d’au moins 20 points de
pourcentage entre 1999 et 2012 dans 17 pays, dont 11 en Afrique subsaharienne.
■ Bien que l’on constate une certaine augmentation des taux de scolarisation, près de 58 millions d’enfants n’étaient
pas scolarisés en 2012, et les efforts de réduction de ce chiffre stagnent.

■ En dépit des progrès en termes d’accès, l’abandon scolaire reste préoccupant : dans 32 pays,
situés pour la plupart en Afrique subsaharienne, on estime qu’au moins 20 % des enfants
scolarisés dans le primaire n’y resteront pas jusqu’en dernière année.
■ À l’échéance de 2015, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, près de 100 millions
d’enfants, soit un sur six, n’auront pas achevé l’enseignement primaire.

Objectif 3 – Compétences des jeunes et des adultes
Répondre aux besoins éducatifs de tous les jeunes et de tous les adultes en assurant un accès équitable
à des programmes adéquats ayant pour objet l’acquisition de connaissances ainsi que de compétences
nécessaires dans la vie courante
■ Sous l’effet conjugué d’une hausse des taux de transition et de taux de rétention accrus, le taux
brut de scolarisation dans le premier cycle de l’enseignement secondaire est passé de 71 % en
1999 à 85 % en 2012. Le taux d’inscription dans le premier cycle de l’enseignement secondaire a
augmenté rapidement depuis 1999. En Afghanistan, en Chine, en Équateur, au Mali et au Maroc,
le taux brut de scolarisation du premier cycle du secondaire a progressé d’au moins 25 points
de pourcentage.
■ La transition du primaire au secondaire reste marquée par des inégalités. Ainsi, aux Philippines,
parmi les élèves ayant achevé l’enseignement primaire, à peine 69 % des enfants issus des
familles les plus pauvres sont passés dans le premier cycle du secondaire, contre 94 % des
enfants issus des familles les plus riches.
■ Depuis 1999, la majorité des 94 pays à revenu faible et intermédiaire disposant de données ont
légiféré pour rendre gratuit le premier cycle de l’enseignement secondaire soit, dans 66 de ces
pays, en inscrivant cette disposition dans la constitution soit, dans les 28 autres pays, en adoptant
d’autres mesures juridiques. En 2015, quelques pays seulement continuent à imposer des droits
de scolarité dans le premier cycle de l’enseignement secondaire dont le Botswana, la Guinée, la
Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’Afrique du Sud et la République-Unie de Tanzanie.

Objectif 4 – Alphabétisme des adultes
Améliorer de 50 % les niveaux d’alphabétisation des adultes, et notamment des femmes, d’ici à
2015, et assurer à tous les adultes un accès équitable aux programmes d’éducation de base et
d’éducation permanente
■ Le monde compte près de 781 millions d’adultes analphabètes. Le taux d’analphabétisme a
légèrement reculé de 18 % en 2000 à 14 % en 2015, ce qui signifie que l’objectif de Dakar prévoyant
de réduire l’analphabétisme de moitié n’a pas été atteint.
■ Sur les 73 pays qui affichaient un taux d’analphabétisme inférieur à 95 % en 2000, seuls 17 auront
réduit ce taux de moitié en 2015.
■ La parité entre les sexes dans le domaine de l’alphabétisme a progressé mais de manière
insuffisante. La plupart des 43 pays où l’on recensait en 2000 moins de 90 femmes alphabètes
pour 100 hommes se sont rapprochés de la parité, même si aucun d’entre eux n’atteindra cet
objectif à l’horizon 2015.

Objectif 5 – Égalité des sexes
Éliminer les disparités entre les sexes dans l’enseignement primaire et secondaire d’ici 2005 et instaurer
l’égalité dans ce domaine en 2015 en veillant notamment à assurer aux filles un accès équitable et sans
restriction à une éducation de base de qualité avec les mêmes chances de réussite
■ Soixante-neuf pour cent des pays disposant de données ont atteint la parité entre les sexes
dans l’enseignement primaire en 2015 ou devraient y parvenir. Les progrès sont plus lents dans
l’enseignement secondaire, où l’on estime que 48 % des pays réaliseront la parité entre les
sexes en 2015.
■ La lutte contre les fortes disparités entre les sexes progresse. En 2012, le nombre de pays où l’on
recensait moins de 90 filles scolarisées pour 100 garçons est passé de 33 à 16.
■ Parmi les enfants non scolarisés, les filles ont plus de risques que les garçons de ne jamais
aller à l’école (48 % contre 37 %). En revanche, les garçons sont plus susceptibles d’abandonner
l’école (26 % contre 20 %). Une fois scolarisées, les filles ont plus tendance à atteindre les
classes supérieures.
■ En Afrique subsaharienne, ce sont toujours les filles les plus pauvres qui ont le plus de risques
de ne jamais être scolarisées. En Guinée et au Niger, en 2012, plus de 70 % des filles les plus
pauvres n’avaient jamais été scolarisées dans le primaire, contre moins de 20 % des garçons
les plus riches.

Objectif 6 – Qualité de l’éducation
Améliorer sous tous ses aspects la qualité de l’éducation dans un souci d’excellence de façon à obtenir
pour tous des résultats d’apprentissage reconnus et quantifiables, notamment en ce qui concerne la
lecture, l’écriture et le calcul et les compétences indispensables dans la vie courante
■ Les taux d’encadrement ont baissé au niveau primaire dans près de 83 % des 146 pays disposant
de données. Dans un tiers des pays disposant de données, cependant, moins de 75 % des
enseignants du primaire ont reçu une formation conforme aux normes nationales.
■ Dans le premier cycle de l’enseignement secondaire, sur 105 pays disposant de données,
87 avaient un taux d’encadrement inférieur à 30:1.
■ En 1990, 12 évaluations de l’apprentissage ont été réalisées selon les normes nationales, en 2013
ce chiffre était passé à 101.

Pour en savoir plus: Cliquez ici

Et aussi: Cliquez ici

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *