Les migrants permettent à Western Union et compagnie de toucher le jackpot

Ils s’appellent Sofiane, Andrea et Claude. Ils sont marocains, bulgares ou congolais. Tous passent par des sociétés de transfert, telles que Western Union, Moneygram ou Ria, pour envoyer de l’argent depuis Bruxelles vers leur famille restée au pays.

Pour Sofiane, ce sera 70 euros pour le mariage de son cousin près de Rabat au Maroc, Andrea envoie chaque mois 200 euros à sa mère qui habite un village de l’Est de la Bulgarie. Claude, lui, préfère rester discret sur le montant transféré en République démocratique du Congo.

Le principe est simple. Plutôt que de faire un virement classique depuis un compte bancaire vers un autre, la personne vient au guichet d’une de ces enseignes avec un montant “en cash”. On lui fournit ensuite un code qu’il envoie à ses proches à l’étranger. Après quelques minutes et quelques vérifications, ces derniers, munis du code envoyé, peuvent aller chercher l’argent dans une de ces sociétés de transfert, que ce soit à Kinshasa, Rabat ou Sofia.

Source: http://www.lalibre.be

Leave a Reply

Your email address will not be published.