SENEGAL – Forum sur l’emploi, la formation et l’inclusion des jeunes

Le groupe de la Banque Mondiale (BM) a organisé, hier, à la place du Souvenir, un forum sur l’emploi, la formation et l’inclusion des jeunes en Afrique subsaharienne. Se déroulant du 6 au 7 juin, il a pour objectif de préparer des jeunes à l’emploi productif et leur inclusion professionnelle et sociale.

Dans ce contexte d’incertitude des jeunes qui ne peuvent pas acquérir des compétences techniques et professionnelles adéquates qui leur permettront de trouver un emploi productif, la Banque mondiale a initié un forum pour étudier la question de l’emploi dans les pays qui composent cette partie subsaharienne de l’Afrique et les possibilités d’y remédier. D’où le thème : « Forum sur l’emploi, la formation et l’inclusion des jeunes : partage des connaissances en Afrique subsaharienne ».

« La problématique du chômage des jeunes est un défi universel. En Afrique, particulièrement en Afrique subsaharienne, elle exige une démarche stratégique pertinente intégrant la mise en place d’un cadre de politiques publiques cohérentes, adaptées et inclusives, axées sur la croissance et l’emploi afin de créer les conditions pour une insertion des jeunes dans le tissu économique de nos pays respectifs », a soutenu le ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne, Mame Mbaye Niang, venu présider cette rencontre.

Selon les statistiques de l’Organisation internationale du travail (Oit), note le ministre, sur les 75 millions de jeunes au chômage que comptait le monde en 2013, 38 millions provenaient du continent africain. « En faisant le diagnostic de l’emploi des jeunes en Afrique subsaharienne, il est possible de relever deux extrémités : d’une part, le faible niveau d’insertion des jeunes issus de l’enseignement secondaire et supérieur et, d’autre part, la forte capacité d’absorption en main-d’œuvre du secteur informel qui, selon les dernières statistiques au Sénégal, englobe plus de 95% des activités ou entreprises informelles ».

Pour Mme Louise Cord, directeur des Opérations de la Bm pour le Sénégal, la Mauritanie, la Guinée-Bissau, la Gambie et le Cap-Vert, si une proportion importante de jeunes n’arrive pas à trouver de l’emploi, la société perd une ressource importante pour la croissance inclusive. « Une telle situation crée de l’insécurité économique. Sans travail, les jeunes deviennent plus vulnérables à la tentation d’une migration incertaine ou même aux sirènes de la radicalisation, y compris les formes les plus violentes », met-elle en garde.

Par ailleurs, elle soutient qu’une stratégie globale et ambitieuse pour la jeunesse requiert une action coordonnée.

Notamment, assurer que les 300.000 jeunes qui sont chaque année sur le marché du travail aient des compétences dont a besoin le marché. Ce qui, pour elle, passe par une amélioration de la qualité de l’éducation « traditionnelle ». Autre solution, améliorer l’accès à la formation technique et professionnelle en assurant des liens étroits entre les écoles et les instituts de formation et le secteur privé.

Ainsi, la Bm entend encourager la création de programmes pour faciliter l’accès à un travail de qualité et compte mettre l’accent sur les médias sociaux pour réduire l’insuffisance d’information sur le marché du travail. Ainsi, beaucoup d’étudiants venant des instituts et de l’Université Cheikh Anta Diop étaient de la partie.

Marame Coumba SECK

– See more at: http://www.lesoleil.sn

————-
Forum sur l’emploi, la formation et l’inclusion des jeunes : Partage des connaissances en Afrique francophone Dakar, le 6 et 7 juin 2016Les défis :

Plus de la moitié de la population en Afrique subsaharienne a moins de 25 ans, et chaque année, pour la prochaine décennie à venir, il est prévu que 11 millions de jeunes entrent sur le marché du travail. Ceci est à la fois l’un des plus grands défis et l’une des plus grandes opportunités du continent : assurer la préparation des jeunes à l’emploi productif et l’inclusion est essentiel pour parvenir à une croissance partagée et lutter contre la pauvreté.

Les études de la Banque mondiale sur l’Emploi des Jeunes en Afrique subsaharienne et sur Les Jeunes Non Scolarisés et Déscolarisés d’Afrique Sub-saharienne mettent en évidence qu’environ 88 millions de jeunes – c’est-à-dire environ la moitié des jeunes du continent – sont en rupture de scolarisation, et qu’environ un jeune sur cinq ne travaille pas et n’étudie pas non plus. Environ 80% des jeunes en Afrique sont en situation d’emploi précaire et ce taux est beaucoup plus élevé dans les zones rurales. Cette problématique est plus élevée chez les femmes que les hommes. En outre, beaucoup de ceux qui ne terminent pas leurs études primaires ou même l’enseignement supérieur, n’acquièrent pas les compétences techniques, sociales et émotionnelles adéquates à la transition vers un emploi productif.

L’Afrique est donc aujourd’hui confrontée aux défis liés au grand nombre de jeunes déscolarisés ou non scolarisés, au taux élevé d’emploi précaire et chômage des jeunes, et au manque de compétences nécessaires pour un emploi productif. Ces problèmes profonds touchant les jeunes vont bien au-delà de la responsabilité d’un seul secteur ou d’un seul ministère. Il faut donc trouver des solutions pluridisciplinaires pour développer les compétences pertinentes, favoriser la transition vers un emploi productif, et mieux intégrer les jeunes non scolarisés ou déscolarisés.

Le programme :

Le forum sur L’emploi, la formation et l’inclusion des jeunes : partage des connaissances en Afrique francophone vise à rassembler, pendant deux journées, les derniers apprentissages régionaux en la matière. Plus particulièrement, les discussions porteront sur les difficultés rencontrées par les pays qui font face à de larges cohortes de jeunes déscolarisés, au manque d’emplois de qualité chez les jeunes, au décalage entre les compétences des jeunes et les attentes du secteur privé, ainsi qu’aux questions relatives à l’inclusion des jeunes.

Le forum rassemblera des décideurs politiques, des partenaires au développement, des experts régionaux, et des jeunes.

Pour identifier les contraintes majeures et proposer des priorités politiques pluridisciplinaires pour améliorer le développement de compétences, l’intégration des jeunes vulnérables et l’emploi productif des jeunes, le forum s’articulera autour de sessions interactives pour mettre en avant les perspectives d’acteurs clé et de panels régionaux pour partager les pratiques innovatrices et prometteuses pour l’emploi, la formation et l’inclusion des jeunes.

La chronologie générale pour toutes les sessions se fera en trois étapes :

(1) instaurer un dialogue avec des experts régionaux et apprendre de leurs expériences ;

(2) discuter en profondeur les contraintes et solutions ; et

(3) proposer un plan d’action sur les priorités pour apporter une meilleure gestion de ce domaine.

 

PROGRAMME

 Lundi  6 juin 2016

09 h 00 – 10 h 00        SESSION 1 : Cérémonie d’ouverture

Discours d’ouverture

Discours et présentations :

  • Madame Louise Cord,  Directeur des Opération de la Banque mondiale
  • Premier Ministre du Sénégal ou une/un Membre du Gouvernement du Sénégal
  • Présentation d’un spécial  JT Rappé de Xuman et Keyti sur l’emploi

 

10 h 00 – 11 h 00        SESSION 2 : Perspective régionale – l’emploi des jeunes en Afrique subsaharienne

Présentation des résultats de rapport régional de la Banque mondiale sur l’emploi des jeunes en Afrique subsaharienne, suivie d’une session Questions/Réponses

 Présentateur : Deon Filmer, Economiste principal, Banque mondiale
Modérateur : Mamadou Ndoye de RevEvolution

Objectif : Cette session présentera les conclusions de la recherche de la Banque mondiale menée en Afrique sub-saharienne sur la façon d’aborder le problème de l’emploi des jeunes dans  la région. Quels sont les obstacles ? Comment peuvent-ils être surmontés ?  

Questions / Réponses

 

11 h 00 – 12 h 45        SESSION 3 : Perspectives sur l’emploi des jeunes au Sénégal

11:00 – 11:20 Perspectives sur l’emploi des jeunes au Sénégal

Présentateur:   Aline Coudouel, économiste principale, Banque mondiale

 

11:20 – 12:45 Table ronde : Quelle est la situation des jeunes sénégalais en terme d’emploi ?

Moderateur :   Oumy Ndour de RTS (chaîne nationale télévisée)

Panel:

  • Mariam Tendou Kamara Diop, directrice de Bantou et la campagne
  • Binta Coudy De, fondatrice de Jjiguenetech
  • Représentant de l’ANPEJ
  • Représentant du secteur privé

Objectif : Cette session a pour objectif de faire ressortir les principaux défis concernant l’emploi des jeunes productifs à partir d’un panel diversifié composé d’intervenants représentant les jeunes entrepreneurs, les jeunes diplômés, le gouvernement et le secteur privé. Elle servira également de cadre de réflexion  sur les programmes et les politiques prioritaires qui devraient être axés sur les années à venir.

 

12 h 45 – 13 h 45        SESSION 4 : À l’écoute des Jeunes

De jeunes entrepreneurs  et de jeunes diplômés discuteront des défis et des opportunités au Sénégal à travers un panel

Modérateur : Thierno Niang de RevEvolution : brève introduction et modération des discussions.

Objectif : Cette session permettra  d’entendre la voix  des jeunes entrepreneurs et des jeunes diplômés travaillant dans divers domaines au Sénégal en vue d’avoir un aperçu des obstacles auxquels ils sont confrontés ou qu’ils ont eu à surmonter par leur motivation et leur niveau de détermination.

 

13 h 45 – 14 h 30        PAUSE

Diffusion de la vidéo « Espoir d’un emploi »

 

14 h 30 – 16 h 45        SESSION 5 : Trouver des solutions pour connecter les jeunes et l’emploi

14:30 – 15:30 : Table ronde d’experts régionaux

Modérateur : Deon Filmer, Economiste principal, Banque mondiale

 Panel:

  • Mieux relier les jeunes et l’emploi : l’Expérience du Bénin – M. Didier Maixent Djeigo, Directeur Général de l’Agence Nationale pour l’Emploi
  • Améliorer la productivité des jeunes en facilitant leur accès aux facteurs de production : l’expérience de la Côte d’Ivoire, BCP-Emploi
  • Les opportunités pour les jeunes dans le domaine de l’Agriculture – l’expérience du Sénégal / Aifa Fatimata Niane Ndoye, Economiste agriculture, Banque mondiale
  • Le rôle que peut jouer la formation professionnelle – L’expérience du Congo / Auxence Léonard Okombi), Secrétaire Général, Ministère de l’enseignement Technique, Professionnel, Formation qualifiante et de l’emploi

15:30 – 16:30 : Groupes de travail – tables rondes thématiques

  • Les participants des tables partageront leurs expériences, évoqueront les défis qu’ils ont rencontrés, et indiquerons comment ils les ont surmonté
  • Sur le thème qui leur a été attribué, ils chercheront à définir ensemble des actions prioritaires

 

16:30 – 16:45 : Conclusion et enseignements tirés de la 1ère journée

Objectif : Un groupe de discussion et des séances de travail du groupe traiteront des solutions concrètes pour aider les jeunes Africains à obtenir un emploi de qualité.

 17 h 00 – 18 h 00        COCKTAIL

Exposition photos de Vincent Tremeau – (jeunes en Afrique durant le cocktail)


Mardi 7 juin 2016

9 h 00 – 10 h 30            SESSION 6 : Comment surmonter les obstacles des jeunes en rupture de scolarité et améliorer la qualité et pertinence des compétences

 09:00 – 09:30 : Présentation du rapport régional de la Banque mondiale sur les jeunes non scolarisés en Afrique subsaharienne : Quels sont les principaux facteurs associés à la jeunesse hors de l’école et les principaux points d’entrée pour résoudre ce problème en Afrique ?

Présentateur : Emanuela DiGropello, Chef de Programme, Banque mondiale

09:30 – 10:30 : Table ronde

Moderateur : Mademba Ndiaye, spécialiste principal en communication, Banque mondiale

 Objectif: Cette session permettra aux participants d’écouter des partenaires au développement  au sujet de la recherche et de leurs programmes en vue de former et/ou d’intégrer les jeunes qui ne  vont pas à l’école  sur le marché du travail, en fonction de leurs différentes capacités. De façon plus large,  elle mettra aussi en évidence les facteurs clé, les contraintes liés à l’acquisition de compétences en Afrique (la qualité de l’éducation, le problème des jeunes qui ne vont pas à l’école, la pertinence limitée des compétences), les interventions politiques pour améliorer la qualité de l’éducation, fournir des options aux jeunes qui ne vont pas à l’école, et en général, améliorer la pertinence des compétences dans le marché du travail.  

Panel :

  • Représentant du Gouvernement
  • Représentant de l’UNICEF
  • Raja Bentaouet Kattan, Banque mondiale
  • Représentant de l’AFD

 Questions / Réponses

 

10 h 45- 12 h 45          SESSION 7 : Trouver des solutions pour combler les lacunes en matière de compétences et d’inadéquation des compétences

 Un groupe de discussion suivi d’une séance de travail du groupe permettront de chercher des solutions concrètes visant à aider les jeunes non scolarisés en Afrique Sub-saharienne à acquérir des compétences valorisées sur le marché du travail et / ou à pouvoir s’intégrer sur ce marché.

 10:45 – 11:45 : Table ronde d’experts régionaux

 Modérateur : Aline Coudouel, Economiste principale, Banque mondiale

Panel :

  • La pertinence des compétences pour le marché du travail : Perspectives des employeurs et des institutions d’éducation et de formation – L’expérience du Cameroun : M. Zacharie Ngueng, Ministère de la Formation professionnelle
  • Les programmes de développement des compétences pour les jeunes vulnérables non scolarisés – L’expérience du Congo Brazzaville
  • Le rôle de l’apprentissage dans l’acquisition de compétences pour les jeunes vulnérables : L’expérience de la Côte d’Ivoire, M. Adama Bamba, coordinateur de projet « L’Emploi des jeunes »
  • Approches pour réintégrer les jeunes en rupture scolaire (acquisition de compétences et travaux publics) : L’expérience du Togo – Omar Agbangba, Directeur Générale, Agence nationale du volontariat au Togo
  • L’insertion des jeunes à travers le sport, L’expérience du Sénégal: Diagna Ndiaye, conseiller du Président Macky Sall

11:45 – 12:45 : Groupes de travail – tables rondes thématiques

  • Les participants des tables partageront leurs expériences, évoqueront les défis qu’ils ont rencontrés, et indiquerons comment ils les ont surmonté
  • Sur le thème qui leur a été attribué, ils chercheront à définir ensemble des actions prioritaires

Objectif : En soulignant les approches régionales et la séance de travail de groupe, cette discussion se penchera sur les solutions concrètes aux inadéquations des compétences afin d’aider les jeunes non scolarisés en Afrique à obtenir de meilleures compétences et de pouvoir s’intégrer dans le marché du travail.

 

12 h 45 – 13 h 30        SESSION 8 : L’art comme moyen d’insertion pour la jeunesse

Une discussion style “TED Talk” de Amadou Fall Ba sur comment mieux inclure la jeunesse sénégalaise à travers la musique et la culture.

Présentateur : Amadou Fall Ba, responsable de pôle Africulturban de la Mairie de Dakar.

Une intervention sous forme de sketch de 5 minutes de la Troupe de théâtre « Espoir de la Banlieue » au sujet de la jeunesse et de l’art comme moyen d’insertion.

 

14 h 00 – 15 h 00        SESSION 9 : Conclusions du forum et actions prioritaires pour la décennie 2016 – 2026

Tirant les conclusions de l’ensemble de l’événement, quelles sont des pistes à suivre ?

  • Rapports sur les recommandations des tables rondes pour relever les défis à l’emploi des jeunes, au développement de leurs compétences, et à leur inclusion
  • Perspectives de la jeunesse
  • Perspectives du secteur privé
  • Perspectives du Gouvernement

Conclusion :

  • Louise J. Cord, Directeur des Opérations pour le Sénégal, Banque Mondiale
  • Représentant du Gouvernement du Sénégal

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *