Inde : deux étudiants africains, accusés de non-respect du confinement, lynchés sur leur campus

Deux étudiants africains du “Roorkee Institute of Technology” dans le nord de l’Inde ont été victimes d’un déchaînement de violences le 15 juillet 2020. Plusieurs vidéos les montrant attaqués par des agents de sécurité privée ont circulé sur les réseaux sociaux dans les jours qui ont suivi, entraînant le renvoi de plusieurs responsables du campus. Selon certains activistes, ces images sont le reflet du racisme que subissent les personnes originaires du continent africain dans le pays. 

Le Roorkee Institute of Technology, situé dans l’État de l’Uttarakhand dans le nord de l’Inde, a été le théâtre le 15 juillet de violences visant deux étudiants africains. Selon une enquête du média indépendant indien The Quint, Ibrahim Diaby, ressortissant du Nigéria et de la Guinée, était accusé par la direction de l’université de ne pas respecter les mesures de confinement et de sortir du campus sans autorisation. Mais l’un de ses amis a expliqué que l’administration ne lui avait fourni aucune dérogation de sortie depuis le mois de mars et qu’il avait dû tout de même sortir pour “acheter à manger et faire réparer son téléphone et son ordinateur portable”. SUITE

One Reply to “Inde : deux étudiants africains, accusés de non-respect du confinement, lynchés sur leur campus”

  1. Hi , I don’t think this kind of behaviorisme its not tolerated.You should give an exemple so that it never happens again.

    My regards,

    Emely Banda.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *