Étudier en Europe : témoignage d’un parcours universitaire

Si je vous dis : « étudier en Europe », vous allez me répondre échange Erasmus ? Cela ne reflète plus la réalité. Les parcours universitaires en Europe sont devenus très attractifs.

Oui, Erasmus est bien la figure de proue du programme d’échanges entre universités européennes. Mais ce n’est pas la seule option.Des étudiants de plus en plus nombreux décident d’effectuer leur licence, master, ou échange à l’étranger en Europe. En période de pandémie sanitaire, la proximité géographique et la qualité des programmes rend le parcours universitaire en Europe très alléchant.
Quelles sont les spécificités et les avantages des programmes Européens ? Léo Bedouk fait le point sur son expérience universitaire en Master à Maastricht.

Étudiants européens : des avantages administratifs formidables

Tout d’abord, il existe bien des avantages administratifs, liés directement à la libre circulation des citoyens européens à travers les frontières de l’UE. La monnaie commune également, et la facilité de déménager dans un nouveau pays sans titre de séjour, ou visa étudiant. Pas si mal, quand les procédures sont parfois fastidieuses, voire même onéreuses.
Petit exemple assez pertinent, certains de mes camarades de classe à Maastricht sont techniquement des étudiants transnationaux : ils se réveillent en Belgique, ou en Allemagne, et se retrouvent en cours aux Pays-Bas en quinze minutes de vélo pour certains, ou une petite demi-heure de train pour d’autres.
Pas de contrôle aux frontières, pas de passeport nécessaire non plus, juste un bon vélo. Et on change de pays comme de slip, tous les matins et tous les soirs.

Étudier en Europe : un parcours universitaire ultra pratique

Certes, on peut difficilement faire plus européen que Maastricht où l’UE, telle qu’on la connaît aujourd’hui, est née il n’y a même pas trente ans.
Autre avantage administratif : la couverture sociale et médicale. On l’obtient relativement facilement, avant même le départ dans un pays voisin.
À titre de comparaison, lorsque je me suis installé à Buenos Aires (Argentine) pour mon année d’échange avec l’étranger, j’ai passé mon premier mois à remplir des documents, aussi bien pour mon visa étudiant, que pour pouvoir me faire soigner dans les hôpitaux publics, et ce n’était pas de la tarte.
Cette année, j’ai débarqué à Maastricht comme si je partais en week-end. Un passage à la mairie d’une quinzaine de minutes et c’était réglé. Pareil pour pouvoir trouver des jobs étudiants en parallèle de vos études,  le cadre juridique le permet naturellement. Pratique, hein ? SUITE

Leave a Reply

Your email address will not be published.