EFFET DU COVID SUR LES ETUDIANTS EN FRANCE: LE MAL-ETRE DES ETUDIANTS EN FRANCE!

Disparition de Diary Sow : « Elle est partie de son plein gré, il n’y a rien d’autre à ajouter »

L’étudiante sénégalaise, disparue depuis le 4 janvier, a fait savoir qu’elle allait bien, tout en prévenant qu’il ne fallait pas chercher d’« explication rationnelle » à son acte.

Diary Sow « va bien », selon son parrain, Serigne Mbaye Thiam, le ministre de l’eau et de l’assainissement du Sénégal. Cette jeune étudiante de 20 ans, en deuxième année de classe préparatoire scientifique au lycée parisien Louis-le-Grand, n’avait plus donné signe de vie depuis le 4 janvier.

Depuis, la disparition de la « meilleure élève » du Sénégal avait bouleversé son pays et d’autres nations africaines. En France, les services consulaires, sur ordre direct du président sénégalais Macky Sall, et la diaspora se sont mobilisés comme jamais pour tenter de la retrouver. Une enquêtepour « disparition inquiétante de majeur » a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne. Celle-ci privilégiait, depuis quelques jours, la piste d’une disparition volontaire, ce qui semble bien être le cas.

En effet, jeudi 21 janvier au soir, Serigne Mbaye Thiam a publié sur son compte Twitter, avec l’accord de la famille, des extraits d’une lettre qu’il a reçue de Diary Sow et dans laquelle elle « brise le silence » après plusieurs échanges ces derniers jours. Dans cette missive adressée à cet ancien ministre de l’éducation nationale – et dont le contenu est pour le moins mystérieux –, Diary Sow assure être « partie librement ». « Je ne me cache pas. Je ne fuis pas. Considère cela comme une sorte de répit salutaire dans ma vie, écrit-elle. Si je ne m’étais pas manifestée jusqu’à présent, c’est pour la simple raison que j’étais dans l’impossibilité de le faire. »

Une « petite pause pour retrouver mes esprits »

La jeune femme ne donne pas plus d’explication sur les raisons de son départ. Elle fait comprendre qu’elle a eu un « désir irrépressible, irraisonné et si profondément irrationnel » de faire une « petite pause, pour retrouver mes esprits ». Ce désir n’aurait rien avoir avec la difficulté de ses études. SUITE

Leave a Reply

Your email address will not be published.