Études à l’étranger: un plus pour l’avenir?

L’étranger et notamment les autres pays d’Afrique, l’Europe, les États Unis, la Chine et la Russie attirent de plus en plus de candidats camerounais pour des études post baccalauréat porteuses d’opportunités.

Après l’obtention du baccalauréat, plusieurs familles recherchent la possibilité pour leur enfant, de quitter le Cameroun pour poursuivre des études dans un cadre plus avantageux. Elles espèrent ainsi optimiser leurs atouts professionnels et développer leur autonomie.

Sur ce chemin qui semble pointer vers le haut, il est important de bien cibler les intermédiaires et de bien comprendre les processus d’émigration afin de ne pas se faire escroquer.

Centres de formation

Avant toute chose, il est important d’énumérer quelques raisons qui motivent le choix de poursuivre ses études à l’étranger. Notamment : le désir d’atteindre des objectifs de carrière; la recherche d’une formation de qualité supérieure; le besoin d’optimiser ses atouts professionnels par de nouvelles rencontres, l’envie de découvrir une nouvelle culture; la volonté de développer son autonomie et son indépendance.

Et parmi les pays que les Camerounais lorgnent particulièrement, il y a  la France, l’Espagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Suède, les Etats-Unis, la Suisse, l’Allemagne, l’Australie, le Canada, la Chine et la Russie.
Pour permettre aux jeunes camerounais d’atteindre leurs objectifs d’etudes à l’étranger, des centre de formation publics et privés accueillent tous les jours de jeunes postulants. Ces centres s’occupent généralement de guider moyennant paiement, les familles et les jeunes bacheliers dans leurs démarches.

Réussir le processus

Ces centres de formation qui préparent les jeunes bacheliers à étudier à l’étranger, on en trouve partout dans les grandes villes camerounais et particulièrement à Yaoundé et à Douala. Sur internet, des sites y sont également dédiés. Pour s’engager dans cette démarche , il faut avoir un passeport, se renseigner sur sa destination, passer des tests de langue, faire sa demande de visa (visa étudiant). Notons que toutes ces étapes nécessitent des moyens financiers conséquents, tout comme le simple fait d’être accompagné par une agence ou un centre de formation. Il faut donc prévoir plusieurs millions de Fcfa pour l’ensemble du processus. SUITE

Leave a Reply

Your email address will not be published.